"Je parle par expérience quand je dis qu'une blessure grave fait partie des risques du métier. Je me rappelle très bien ma blessure horrible. Elle est survenue sur un contre, en deuxième mi-temps. Je poussais le ballon devant moi et quand j'ai voulu accélérer, j'ai senti quelque chose craquer dans ma jambe. J'ai immédiatement compris que mon match était terminé. J'ai demandé mon remplacement et je me suis allongé mais comme j'étais encore capable de marcher, j'ai refusé d'être évacué en brancard. Mon orgueil a pris le pas sur le reste.
...