Ingrid Berghmans a décroché six titres mondiaux pour la Belgique, deux en -72kg (1984 et 1989) et quatre en toutes catégories (1980, 1982, 1984 et 1986). Gella Vandecaveye, en 1993 (-61kg) et 2001 (-63) a ajouté deux autres médailles d'or mondiale pour la Belgique. "C'est incroyable. Je suis proche de ma meilleure forme", a commenté Matthias Casse en soirée. "J'espère être tout à fait au sommet de ma forme aux Jeux de Tokyo. Je savais que le Géorgien était un judoka incroyablement fort et explosif. J'ai dû attendre et frapper juste quand il le fallait. C'était un moment de libération", a commenté l'Anversois en parlant du Géorgien Grigalashvili, qui l'avait éliminé en demi-finale des championnats d'Europe l'automne dernier. "C'était une compétition complètement différente, juste après l'interruption à cause du coronavirus. À l'époque, je cherchais encore ma forme. Je me suis amélioré à chaque tournoi. J'avais déjà été champion d'Europe et vice-champion du monde. Champion du monde, c'est autre chose. Je suis incroyablement heureux. Mais le grand objectif de l'année est encore à venir. Je dois rester calme et m'entraîner dur pendant six semaines afin de décrocher l'or à Tokyo." Matthias Casse a loué aussi son coach Mark Van der Ham avec qui il forme "un très fort duo qui permet de réussir de très bons résultats". "Je sens que je suis déjà en bonne forme, mais cela peut encore être amélioré. Je vais le prouver à Tokyo. En tout cas, ce Mondial me donne beaucoup de confiance. Je me sentais bien sur le tapis. J'étais détendu, aussi bien avant que pendant les combats. Si je vais à Tokyo avec ce sentiment, cela devrait sûrement bien aller. Aller chercher une médaille, c'est dans ma tête depuis très longtemps déjà", a conclu Casse, qui ne croit pas être arrivé trop tôt en forme. "Je veux tout faire pour y arriver". (Belga)

Ingrid Berghmans a décroché six titres mondiaux pour la Belgique, deux en -72kg (1984 et 1989) et quatre en toutes catégories (1980, 1982, 1984 et 1986). Gella Vandecaveye, en 1993 (-61kg) et 2001 (-63) a ajouté deux autres médailles d'or mondiale pour la Belgique. "C'est incroyable. Je suis proche de ma meilleure forme", a commenté Matthias Casse en soirée. "J'espère être tout à fait au sommet de ma forme aux Jeux de Tokyo. Je savais que le Géorgien était un judoka incroyablement fort et explosif. J'ai dû attendre et frapper juste quand il le fallait. C'était un moment de libération", a commenté l'Anversois en parlant du Géorgien Grigalashvili, qui l'avait éliminé en demi-finale des championnats d'Europe l'automne dernier. "C'était une compétition complètement différente, juste après l'interruption à cause du coronavirus. À l'époque, je cherchais encore ma forme. Je me suis amélioré à chaque tournoi. J'avais déjà été champion d'Europe et vice-champion du monde. Champion du monde, c'est autre chose. Je suis incroyablement heureux. Mais le grand objectif de l'année est encore à venir. Je dois rester calme et m'entraîner dur pendant six semaines afin de décrocher l'or à Tokyo." Matthias Casse a loué aussi son coach Mark Van der Ham avec qui il forme "un très fort duo qui permet de réussir de très bons résultats". "Je sens que je suis déjà en bonne forme, mais cela peut encore être amélioré. Je vais le prouver à Tokyo. En tout cas, ce Mondial me donne beaucoup de confiance. Je me sentais bien sur le tapis. J'étais détendu, aussi bien avant que pendant les combats. Si je vais à Tokyo avec ce sentiment, cela devrait sûrement bien aller. Aller chercher une médaille, c'est dans ma tête depuis très longtemps déjà", a conclu Casse, qui ne croit pas être arrivé trop tôt en forme. "Je veux tout faire pour y arriver". (Belga)