Annemiek van Vleuten a confié après la course qu'elle n'était pas au courant que Kiesenhofer avait franchi la ligne avant elle. "Je ne savais pas, apparemment j'avais tort", a déclaré Annemiek van Vleuten. "J'ai des sentiments mitigés. Je suis fière de ma médaille olympique, car je n'en n'avais pas encore. J'ai fait une bonne course. C'était assez difficile, tout le monde regardait l'équipe néerlandaise", a ajoute Annemiek van Vleuten, 38 ans. Cette dernière a pris une belle revanche sur le mauvais sort olympique. En 2016 à Rio, elle était en tête et filait vers la médaille d'or lorsqu'elle a été victime d'une terrifiante chute dans la dernière descente, à 10 km de l'arrivée. Restée inconsciente un moment, elle avait été victime d'une commotion cérébrale et de fractures de trois vertèbres, et les secours avaient même craint pour sa vie. Championne olympique en 2016 à Rio, Anna van der Breggen explique le couac néerlandais par la spécificité de la course olympique. "C'est finalement la seule course où nous roulons sans oreillettes, sans communication", a-t-elle déclaré à la télévision néerlandaise NOS. "Nous avions repris plusieurs coureuses et nous pensions rouler pour la victoire, mais ce n'était pas le cas. C'est assez déroutant. Nous pouvons aller vers la voiture d'équipe pour avoir des infos, mais ça ne se fait pas dans la finale", ajoute Anna van der Breggen, 15e dimanche, qui s'est dit surprise par la victoire d'Anna Kiesenhofer. "Je ne la connais pas. Nous l'avons sous-estimée, oui. Je pense qu'Annemeik va profiter de sa médaille mais bien sûr, le sentiment est amer. Ce résultat est dommage, je suis déçue". (Belga)

Annemiek van Vleuten a confié après la course qu'elle n'était pas au courant que Kiesenhofer avait franchi la ligne avant elle. "Je ne savais pas, apparemment j'avais tort", a déclaré Annemiek van Vleuten. "J'ai des sentiments mitigés. Je suis fière de ma médaille olympique, car je n'en n'avais pas encore. J'ai fait une bonne course. C'était assez difficile, tout le monde regardait l'équipe néerlandaise", a ajoute Annemiek van Vleuten, 38 ans. Cette dernière a pris une belle revanche sur le mauvais sort olympique. En 2016 à Rio, elle était en tête et filait vers la médaille d'or lorsqu'elle a été victime d'une terrifiante chute dans la dernière descente, à 10 km de l'arrivée. Restée inconsciente un moment, elle avait été victime d'une commotion cérébrale et de fractures de trois vertèbres, et les secours avaient même craint pour sa vie. Championne olympique en 2016 à Rio, Anna van der Breggen explique le couac néerlandais par la spécificité de la course olympique. "C'est finalement la seule course où nous roulons sans oreillettes, sans communication", a-t-elle déclaré à la télévision néerlandaise NOS. "Nous avions repris plusieurs coureuses et nous pensions rouler pour la victoire, mais ce n'était pas le cas. C'est assez déroutant. Nous pouvons aller vers la voiture d'équipe pour avoir des infos, mais ça ne se fait pas dans la finale", ajoute Anna van der Breggen, 15e dimanche, qui s'est dit surprise par la victoire d'Anna Kiesenhofer. "Je ne la connais pas. Nous l'avons sous-estimée, oui. Je pense qu'Annemeik va profiter de sa médaille mais bien sûr, le sentiment est amer. Ce résultat est dommage, je suis déçue". (Belga)