Dimanche dernier, Anne-Sophie Jura, 28 ans, a été éliminée dès son entrée en lice aux Mondiaux de Budapest en moins de 48 kilos. "J'ai ressenti une émotion particulière après ma défaite lors des championnats du monde", explique Jura, 43e mondiale. "Pour la première fois, j'ai senti que je n'aurai plus l'occasion de me relever, du moins pas de cette manière, plus sur un tapis de compétition. Ce n'était pas forcément dans mes plans, mais j'ai écouté cette voix à l'intérieur de moi. Depuis quelques semaines, je sens mon corps de plus en plus usé mais au-delà de la douleur physique, une fatigue mentale? Mon c?ur adore le judo, adore se dépasser à chaque entraînement mais n'a plus cette 'étincelle' lors des compétitions? Cette flamme qui brûle en moi et m'a fait vivre des émotions inoubliables." "J'ai toujours cru qu'être forte c'était ne jamais abandonner, toujours se relever et recommencer", poursuit Jura. "Mais je pense qu'être forte c'est aussi apprendre à écouter cette petite voix à l'intérieur de toi qui te dit de t'arrêter au juste moment, que le temps est arrivé de te relever d'une façon différente, ailleurs, dans d'autres projets, dans la poursuite d'autres rêves, car lorsqu'un rêve s'éteint c'est pour faire de la place à un autre?" "Ce n'est pas une décision facile à prendre, ce que je vis actuellement est difficile et me demande beaucoup de courage", confie la judokate. "Même si je suis consciente que plein de nouveaux projets et challenges s'ouvriront à moi, ce changement me fait peur, mais je ne laisserai pas cette peur prendre les décisions à ma place!" Championne d'Europe juniore (U20) en 2009 et médaillée de bronze à l'Euro espoirs (U23) en 2014, Jura a participé deux fois aux Mondiaux, en 2018 et en 2021, et quatre fois à l'Euro. Son meilleur résultat est une cinquième place à l'Euro 2018, à Tel-Aviv. Son élimination précoce aux Mondiaux de Budapest avait mis fin à ses espoirs de qualification olympique. (Belga)

Dimanche dernier, Anne-Sophie Jura, 28 ans, a été éliminée dès son entrée en lice aux Mondiaux de Budapest en moins de 48 kilos. "J'ai ressenti une émotion particulière après ma défaite lors des championnats du monde", explique Jura, 43e mondiale. "Pour la première fois, j'ai senti que je n'aurai plus l'occasion de me relever, du moins pas de cette manière, plus sur un tapis de compétition. Ce n'était pas forcément dans mes plans, mais j'ai écouté cette voix à l'intérieur de moi. Depuis quelques semaines, je sens mon corps de plus en plus usé mais au-delà de la douleur physique, une fatigue mentale? Mon c?ur adore le judo, adore se dépasser à chaque entraînement mais n'a plus cette 'étincelle' lors des compétitions? Cette flamme qui brûle en moi et m'a fait vivre des émotions inoubliables." "J'ai toujours cru qu'être forte c'était ne jamais abandonner, toujours se relever et recommencer", poursuit Jura. "Mais je pense qu'être forte c'est aussi apprendre à écouter cette petite voix à l'intérieur de toi qui te dit de t'arrêter au juste moment, que le temps est arrivé de te relever d'une façon différente, ailleurs, dans d'autres projets, dans la poursuite d'autres rêves, car lorsqu'un rêve s'éteint c'est pour faire de la place à un autre?" "Ce n'est pas une décision facile à prendre, ce que je vis actuellement est difficile et me demande beaucoup de courage", confie la judokate. "Même si je suis consciente que plein de nouveaux projets et challenges s'ouvriront à moi, ce changement me fait peur, mais je ne laisserai pas cette peur prendre les décisions à ma place!" Championne d'Europe juniore (U20) en 2009 et médaillée de bronze à l'Euro espoirs (U23) en 2014, Jura a participé deux fois aux Mondiaux, en 2018 et en 2021, et quatre fois à l'Euro. Son meilleur résultat est une cinquième place à l'Euro 2018, à Tel-Aviv. Son élimination précoce aux Mondiaux de Budapest avait mis fin à ses espoirs de qualification olympique. (Belga)