"Je préfère dire au niveau de l'attitude. Dans un sport individuel, l'athlète est souvent accompagné d'un psychologue, ou d'un coach mental. Ce n'est pas encore le cas systématiquement dans des équipes en sport collectif", a expliqué Ann Wauters en conférence de presse vendredi en terre lilloise. "Pourtant, c'est un aspect très important, qui peut apporter un plus. Nous l'avons vu avec les Belgian Cats depuis deux ans", a ajouté la Flandrienne, toujours en revalidation de sa blessure au genou (cartilage) et qui n'a pas encore prévu de rejouer en club. La Belgique a en effet décroché la médaille de bronze à l'Euro 2017 et la 4e place de la Coupe du monde en septembre dernier à Tenerife et dispose, selon les observateurs, d'un état d'esprit collectif à toute épreuve. C'est ce qu'Ann Wauters veut apporter et développer en créant sa société Smart Mind avec Ellen Schouppe, psychologue du sport et des Belgian Cats, et Matthias Haspeslagh. "Il faut pouvoir gérer la pression, soigner sa concentration, corriger les attitudes. J'ai envie de faire partager mon expérience et avec notre société, fondée il y a quelques mois, nous avons développé un modèle basé sur sept 'high-performing' attitudes. Il n'existe pas une seule attitude pour le sport de haut niveau, mais plusieurs attitudes, comme il y a plusieurs personnalités, qu'il faut connaître pour pouvoir mettre ensemble", a expliqué Ann Wauters qui a joué une saison à l'ESBVA, en 2015 avec au bout un titre en Eurocoupe face à Castors Braine en finale. "C'est ce petit détail qui peut faire la différence. Qui est difficile à expliquer mais que l'on retrouve dans des termes comme 'team spirit', 'chemistry'. J'ai la chance d'avoir rencontré ici à Villeneuve un staff et un coach très ouvert à cet aspect du sport de haut niveau, devenu aussi important que le staff médical, les kinés ou les préparateurs physiques". L'ESBVA est dans le creux, "ou plutôt sur courant alternatif, capable du pire comme du meilleur", a justifié Carmelo Scarna, le président du club nordiste qui figure dans le groupe de Castors Braine en Euroligue. "En s'associant avec Ann Wauters, nous voulions quelqu'un d'emblématique, qui a de l'expérience et qui connaît le club. Dans un premier temps, elle aidera Fred Dusart (le coach, ndlr) pour les joueuses intérieures. Et d'autre part, il nous manque peut-être de l'agressivité, de la gnac. Le mental et l'état d'esprit peuvent être améliorés grâce à ses conseils. Nous voulons afficher de nouvelles choses." L'ESBVA est 4e dans son championnat de France et dispute le 2 février un quart de finale compliqué à Lyon ASVEL en Coupe de France. En Euroligue, les Nordistes comptent un point de plus que Castors Braine, 7e et avant-dernier du groupe A. Leur duel le 16 janvier à Villeneuve-d'Ascq s'annonce d'ailleurs primordial pour la suite de la compétition. A l'aller, les Françaises l'avaient emporté 49-51 au Spiroudôme. Rien n'est encore fait pour les Françaises, mais elles ressentent la nécessité d'apporter quelque chose de nouveau dans leur structure et ont fait appel à Ann Wauters. (Belga)

"Je préfère dire au niveau de l'attitude. Dans un sport individuel, l'athlète est souvent accompagné d'un psychologue, ou d'un coach mental. Ce n'est pas encore le cas systématiquement dans des équipes en sport collectif", a expliqué Ann Wauters en conférence de presse vendredi en terre lilloise. "Pourtant, c'est un aspect très important, qui peut apporter un plus. Nous l'avons vu avec les Belgian Cats depuis deux ans", a ajouté la Flandrienne, toujours en revalidation de sa blessure au genou (cartilage) et qui n'a pas encore prévu de rejouer en club. La Belgique a en effet décroché la médaille de bronze à l'Euro 2017 et la 4e place de la Coupe du monde en septembre dernier à Tenerife et dispose, selon les observateurs, d'un état d'esprit collectif à toute épreuve. C'est ce qu'Ann Wauters veut apporter et développer en créant sa société Smart Mind avec Ellen Schouppe, psychologue du sport et des Belgian Cats, et Matthias Haspeslagh. "Il faut pouvoir gérer la pression, soigner sa concentration, corriger les attitudes. J'ai envie de faire partager mon expérience et avec notre société, fondée il y a quelques mois, nous avons développé un modèle basé sur sept 'high-performing' attitudes. Il n'existe pas une seule attitude pour le sport de haut niveau, mais plusieurs attitudes, comme il y a plusieurs personnalités, qu'il faut connaître pour pouvoir mettre ensemble", a expliqué Ann Wauters qui a joué une saison à l'ESBVA, en 2015 avec au bout un titre en Eurocoupe face à Castors Braine en finale. "C'est ce petit détail qui peut faire la différence. Qui est difficile à expliquer mais que l'on retrouve dans des termes comme 'team spirit', 'chemistry'. J'ai la chance d'avoir rencontré ici à Villeneuve un staff et un coach très ouvert à cet aspect du sport de haut niveau, devenu aussi important que le staff médical, les kinés ou les préparateurs physiques". L'ESBVA est dans le creux, "ou plutôt sur courant alternatif, capable du pire comme du meilleur", a justifié Carmelo Scarna, le président du club nordiste qui figure dans le groupe de Castors Braine en Euroligue. "En s'associant avec Ann Wauters, nous voulions quelqu'un d'emblématique, qui a de l'expérience et qui connaît le club. Dans un premier temps, elle aidera Fred Dusart (le coach, ndlr) pour les joueuses intérieures. Et d'autre part, il nous manque peut-être de l'agressivité, de la gnac. Le mental et l'état d'esprit peuvent être améliorés grâce à ses conseils. Nous voulons afficher de nouvelles choses." L'ESBVA est 4e dans son championnat de France et dispute le 2 février un quart de finale compliqué à Lyon ASVEL en Coupe de France. En Euroligue, les Nordistes comptent un point de plus que Castors Braine, 7e et avant-dernier du groupe A. Leur duel le 16 janvier à Villeneuve-d'Ascq s'annonce d'ailleurs primordial pour la suite de la compétition. A l'aller, les Françaises l'avaient emporté 49-51 au Spiroudôme. Rien n'est encore fait pour les Françaises, mais elles ressentent la nécessité d'apporter quelque chose de nouveau dans leur structure et ont fait appel à Ann Wauters. (Belga)