Andy Murray et sa compagne Kim Sears vont en effet avoir leur 3e enfant dans les jours qui viennent. "La dernière fois que je m'étais retrouvé dans cette situation, j'étais en Australie et je ne veux plus vivre cela", dit l'Ecossais, retombé au 243e rang mondial. En début d'année, Murray n'aurait jamais pensé vivre pareille fin de saison. Avant l'Open d'Australie, le double champion olympique avait annoncé qu'il mettrait un terme à sa carrière cette année, espérant tirer sa révérence à Wimbledon. Mais la pose d'une prothèse de hanche en janvier a changé la donné. Murray a repris la compétition en simple cet été et il reste sur une tournée asiatique convaincante. "Ma vie a beaucoup changé depuis janvier", explique Andy Murray. "En Australie, je croyais que c'était presque fini. Quand j'ai décidé de me faire opérer, j'espérais avant tout être débarrassé de la douleur. Je suis très heureux d'être là où j'en suis. Je ne retrouverai certainement pas mon niveau mais je peux encore progresser". "Si je joue très bien, je pourrais éventuellement gagner ici", poursuit le triple vainqueur en Grand Chelem. "C'est mon quatrième tournoi d'affilée, et j'ai fait des progrès ces derniers mois. Mais mon corps a aussi besoin de repos, que j'aurai après Anvers. J'arrêterai alors pour quatre ou cinq semaines", dit Murray, qui entrera en lice mardi soir face à Kimmer Coppejans. (Belga)