" Van den Brom est un grand entraîneur autoproclamé ", estime Johan Derksen, rédacteur en chef de Voetbal International. " Tout allait bien pour lui à La Haye, mais quand il s'est retrouvé dans un contexte plus compliqué, à Vitesse, ça n'a plus aussi bien marché. Il s'est frité avec le président géorgien, qui voulait apparemment intervenir dans la composition de l'équipe. Mais bon, le personnage qui met tout l'argent dans le club a aussi le droit de s'exprimer, il faut l'accepter. En ayant à l'occasion des comportements très ordinaires, Van den Brom prouve qu'il n'est pas encore prêt pour travailler dans un grand club. "

David Endt, team manager de l'Ajax et attaché de presse du club amstellodamois lorsque Van den Brom y était joueur, est " persuadé qu'il peut entraîner au top. Maintenant, de là à dire qu'il est déjà prêt ? Quand il a signé à Anderlecht, la traditionnelle arrogance nationale a joué dans une partie de la population, des gens estimaient qu'il pouvait s'imposer directement là-bas, ils n'avaient pas l'impression que c'était une équipe du top. Pour eux, ce n'était jamais qu'une simple équipe belge... Mais ceux qui connaissent la spécificité de ce club étaient plutôt sceptiques sur ses chances. Anderlecht est quand même spécial et difficile. Beaucoup de Hollandais qui savent ça et connaissent Van den Brom pensaient qu'il n'était pas mûr."

Par Pierre Danvoye et Frédéric Van Heule

Retrouvez l'intégralité de l'article dans votre Sport/Foot Magazine

" Van den Brom est un grand entraîneur autoproclamé ", estime Johan Derksen, rédacteur en chef de Voetbal International. " Tout allait bien pour lui à La Haye, mais quand il s'est retrouvé dans un contexte plus compliqué, à Vitesse, ça n'a plus aussi bien marché. Il s'est frité avec le président géorgien, qui voulait apparemment intervenir dans la composition de l'équipe. Mais bon, le personnage qui met tout l'argent dans le club a aussi le droit de s'exprimer, il faut l'accepter. En ayant à l'occasion des comportements très ordinaires, Van den Brom prouve qu'il n'est pas encore prêt pour travailler dans un grand club. "David Endt, team manager de l'Ajax et attaché de presse du club amstellodamois lorsque Van den Brom y était joueur, est " persuadé qu'il peut entraîner au top. Maintenant, de là à dire qu'il est déjà prêt ? Quand il a signé à Anderlecht, la traditionnelle arrogance nationale a joué dans une partie de la population, des gens estimaient qu'il pouvait s'imposer directement là-bas, ils n'avaient pas l'impression que c'était une équipe du top. Pour eux, ce n'était jamais qu'une simple équipe belge... Mais ceux qui connaissent la spécificité de ce club étaient plutôt sceptiques sur ses chances. Anderlecht est quand même spécial et difficile. Beaucoup de Hollandais qui savent ça et connaissent Van den Brom pensaient qu'il n'était pas mûr."Par Pierre Danvoye et Frédéric Van HeuleRetrouvez l'intégralité de l'article dans votre Sport/Foot Magazine