L'arrivée de Kemar Lawrence au mois de janvier dernier semblait avoir effacé les lacunes rencontrées par Anderlecht au poste d'arrière gauche la saison dernière. Longtemps occupé par Sieben Dewaele, parfois comblé par Killian Sardella, le flanc gauche de l'arrière-garde bruxelloise paraissait avoir trouvé son nouveau pensionnaire incontestable en la personne du Jamaïcain, qui avait disputé ses quatre premières minutes de jeu au bout du festival face à Zulte Waregem (victoire 7-0), avant l'interruption du championnat mais qui débarquait surtout avec un torrent de louanges venues d'outre-Atlantique dans les valises.

Étonnant, dès lors, de voir le nom des Mauves lié à celui de Bogdan Mykhaylichenko, arrière gauche du Zorya Luhansk? Pas tellement. Parce que Lawrence n'a pas vraiment de concurrence sur ce poste, si ce n'est celle d'un Elias Cobbaut qui est considéré comme transférable par ses dirigeants, mais aussi parce qu'on dit de Peter Verbeke qu'il ne crache jamais sur l'opportunité de transférer un joueur à haut potentiel tout simplement parce que son poste est déjà occupé. Et avec l'Ukrainien, qui bénéficie d'une clause à un demi-million d'euros et que son club a mis en vitrine pour pallier ses problèmes financiers, l'occasion semble belle.

Mykhaylichenko fait parler ses qualités aux abords de la surface adverse, plus souvent que dans la sienne.

Le football du Zorya Luhansk, dominant et moderne, correspond à la philosophie que Vincent Kompany souhaite installer sur la pelouse du Lotto Park. Troisièmes du championnat à l'heure actuelle, les hommes de Viktor Skripnik aiment le ballon (deuxième possession moyenne du championnat avec 61,5%) et mettent tout en oeuvre pour le récupérer rapidement (meilleur PPDA* d'Ukraine avec 5,46, et meilleure équipe en challenge intensity** avec 7,8).

Au sein de ce football aux idées dominantes, Mykhaylichenko brille dans son couloir gauche. Le latéral dispute plus de duels offensifs (8,2) que défensifs (7,7) par rencontre, et fait forcément parler ses qualités aux abords de la surface adverse, plus souvent que dans la sienne. Adroit ballon au pied, avec 4,7 dribbles par match et surtout 70% de réussite dans l'exercice, il fait souvent la différence en solo dans son couloir (3,89 progressive runs, ces courses balle au pied qui font gagner plusieurs mètres à son équipe, meilleur défenseur d'Ukraine en la matière) et conclut généralement par un centre. Il est la référence du championnat dans l'exercice: 5,9 centres par match, avec une belle moyenne de 37% de réussite. À titre de comparaison, seul le Gantois Milad Mohammadi centrait plus souvent en Belgique cette saison.

S'il n'a finalement délivré aucun centre décisif malgré ce bon bilan - ses 2,9 expected assists auraient pourtant dû permettre aux attaquants de convertir ses offrandes - cette saison, il a par contre trouvé le chemin des filets, grâce à une autre statistique étonnante: avec 1,37 tir par match, Mykhaylichenko est le défenseur qui frappe le plus souvent au but en Ukraine. Pour trois buts à la clé, dont un face au Shakhar et un autre contre le Dynamo Kiev. Le point d'orgue d'une feuille de stats plutôt attrayante pour un homme à 500.000 euros.

Tous les chiffres sont issus de la base de données Wyscout.

* PPDA: passes per defensive action, soit le nombre de passes "autorisées" à l'adversaire avant de récupérer le ballon. Plus le chiffre est faible, plus le pressing est bon.

** Challenge intensity: nombre de duels, de tacles et d'interceptions par minute de possession adverse, paramètre idéal pour mesurer l'intensité défensive d'une équipe.

L'arrivée de Kemar Lawrence au mois de janvier dernier semblait avoir effacé les lacunes rencontrées par Anderlecht au poste d'arrière gauche la saison dernière. Longtemps occupé par Sieben Dewaele, parfois comblé par Killian Sardella, le flanc gauche de l'arrière-garde bruxelloise paraissait avoir trouvé son nouveau pensionnaire incontestable en la personne du Jamaïcain, qui avait disputé ses quatre premières minutes de jeu au bout du festival face à Zulte Waregem (victoire 7-0), avant l'interruption du championnat mais qui débarquait surtout avec un torrent de louanges venues d'outre-Atlantique dans les valises.Étonnant, dès lors, de voir le nom des Mauves lié à celui de Bogdan Mykhaylichenko, arrière gauche du Zorya Luhansk? Pas tellement. Parce que Lawrence n'a pas vraiment de concurrence sur ce poste, si ce n'est celle d'un Elias Cobbaut qui est considéré comme transférable par ses dirigeants, mais aussi parce qu'on dit de Peter Verbeke qu'il ne crache jamais sur l'opportunité de transférer un joueur à haut potentiel tout simplement parce que son poste est déjà occupé. Et avec l'Ukrainien, qui bénéficie d'une clause à un demi-million d'euros et que son club a mis en vitrine pour pallier ses problèmes financiers, l'occasion semble belle.Le football du Zorya Luhansk, dominant et moderne, correspond à la philosophie que Vincent Kompany souhaite installer sur la pelouse du Lotto Park. Troisièmes du championnat à l'heure actuelle, les hommes de Viktor Skripnik aiment le ballon (deuxième possession moyenne du championnat avec 61,5%) et mettent tout en oeuvre pour le récupérer rapidement (meilleur PPDA* d'Ukraine avec 5,46, et meilleure équipe en challenge intensity** avec 7,8).Au sein de ce football aux idées dominantes, Mykhaylichenko brille dans son couloir gauche. Le latéral dispute plus de duels offensifs (8,2) que défensifs (7,7) par rencontre, et fait forcément parler ses qualités aux abords de la surface adverse, plus souvent que dans la sienne. Adroit ballon au pied, avec 4,7 dribbles par match et surtout 70% de réussite dans l'exercice, il fait souvent la différence en solo dans son couloir (3,89 progressive runs, ces courses balle au pied qui font gagner plusieurs mètres à son équipe, meilleur défenseur d'Ukraine en la matière) et conclut généralement par un centre. Il est la référence du championnat dans l'exercice: 5,9 centres par match, avec une belle moyenne de 37% de réussite. À titre de comparaison, seul le Gantois Milad Mohammadi centrait plus souvent en Belgique cette saison.S'il n'a finalement délivré aucun centre décisif malgré ce bon bilan - ses 2,9 expected assists auraient pourtant dû permettre aux attaquants de convertir ses offrandes - cette saison, il a par contre trouvé le chemin des filets, grâce à une autre statistique étonnante: avec 1,37 tir par match, Mykhaylichenko est le défenseur qui frappe le plus souvent au but en Ukraine. Pour trois buts à la clé, dont un face au Shakhar et un autre contre le Dynamo Kiev. Le point d'orgue d'une feuille de stats plutôt attrayante pour un homme à 500.000 euros.