Ils sont encore nombreux, venus des quatre coins du globe, à s'intéresser et tenter de comprendre le "miracle" de la formation belge. Comme figure de proue de cette réussite auprès des jeunes pointent en première ligne Anderlecht et le Standard, qui se sont enrichis et ont enrichi le foot international ces dernières années grâce à de nombreux jeunes talents sortis tout droit de leur Académie.

Aujourd'hui, l'image d'Épinal de notre formation en a pris un coup. A Anderlecht, on s'inquiète par exemple du manque de talents offensifs (ce qui fait pourtant partie de l'ADN du club ) dans les tranches d'âge les plus avancées. Rares sont ceux capables de faire la différence individuellement alors que les Aaron Leya Iseka, Dodi Lukebakio ou Samuel Bastien sont partis trouver leur bonheur ailleurs.

Au Standard, depuis la saignée de la "génération 99" avec les départs de Zino Vanheusden (Inter Milan), Adrien Bongiovanni (Monaco), Thibaud Verlinden (Stoke), Ilias Moutha-Sebtaoui (Manchester United), on s'inquiète de la relève. Le duo Van Buyten-Verjans a beau se féliciter d'avoir mis un terme cet été à l'exode habituel ces dernières années chez les jeunes rouches, de l'avis de plusieurs formateurs, le talent en place à l'Académie actuellement ne fait pas honneur à la réputation d'un centre qui a rapporté énormément d'argent depuis l'avènement de Witsel, Carcela, Fellaini.

Tant à Neerpede qu'au Sart-Tilman, il est désormais indispensable de se réinventer au risque de ne plus faire partie des modèles européens en terme de formation.

Par Thomas Bricmont

Ils sont encore nombreux, venus des quatre coins du globe, à s'intéresser et tenter de comprendre le "miracle" de la formation belge. Comme figure de proue de cette réussite auprès des jeunes pointent en première ligne Anderlecht et le Standard, qui se sont enrichis et ont enrichi le foot international ces dernières années grâce à de nombreux jeunes talents sortis tout droit de leur Académie. Aujourd'hui, l'image d'Épinal de notre formation en a pris un coup. A Anderlecht, on s'inquiète par exemple du manque de talents offensifs (ce qui fait pourtant partie de l'ADN du club ) dans les tranches d'âge les plus avancées. Rares sont ceux capables de faire la différence individuellement alors que les Aaron Leya Iseka, Dodi Lukebakio ou Samuel Bastien sont partis trouver leur bonheur ailleurs. Au Standard, depuis la saignée de la "génération 99" avec les départs de Zino Vanheusden (Inter Milan), Adrien Bongiovanni (Monaco), Thibaud Verlinden (Stoke), Ilias Moutha-Sebtaoui (Manchester United), on s'inquiète de la relève. Le duo Van Buyten-Verjans a beau se féliciter d'avoir mis un terme cet été à l'exode habituel ces dernières années chez les jeunes rouches, de l'avis de plusieurs formateurs, le talent en place à l'Académie actuellement ne fait pas honneur à la réputation d'un centre qui a rapporté énormément d'argent depuis l'avènement de Witsel, Carcela, Fellaini. Tant à Neerpede qu'au Sart-Tilman, il est désormais indispensable de se réinventer au risque de ne plus faire partie des modèles européens en terme de formation. Par Thomas Bricmont