Peut-on parler de saison réussie pour le Standard ?
...

Peut-on parler de saison réussie pour le Standard ?Quand il annonce, dans sa vidéo parue lors du confinement, que l'objectif du Standard sera de participer aux play-offs 1, Bruno Venanzi sait-il déjà que la grande fête de fin de saison se limitera à quatre invités ? Au bout de la phase classique, les Rouches occupent une sixième place qui, douze mois plus tôt, offrait de bien meilleures perspectives. Malgré tout, les portes de l'indispensable Coupe d'Europe restent ouvertes, aussi bien via la finale de la Croky Cup que par la voie des European Play-offs, qui offriront un ticket automatique pour les tours préliminaires de la Conference League à leur vainqueur si Genk venait à remporter la Coupe. La qualification européenne étant l'objectif annoncé, la réussite sportive ne se jugera que dans les semaines à venir.D'ici là, le Standard recule d'un rang par rapport à la saison dernière, certains de ses cadres du printemps passé ont perdu de la valeur mais le retour au premier plan de la jeunesse liégeoise semble avoir compensé l'ensemble. Mbaye Leye a commencé par gagner, puis par tâtonner, avant de redonner au football rouche un certain enthousiasme en associant deux attaquants. Plus qu'à celle de son plafond, c'est désormais à la hauteur de son plancher que le club doit s'attaquer, pour éviter de connaître des creux aussi importants que ceux qui ont occasionné à Philippe Montanier, puis à Leye de trop longues séries de matches sans succès.Comment Anderlecht a enfin aligné les succès ?Le but tardif de Yari Verschaeren fait souffler les Mauves. Surtout, il leur offre un quatrième succès de rang, une joie que le Sporting bruxellois n'avait plus connu depuis le mois d'août 2018 et un départ canon sous les ordres d'Hein Vanhaezebrouck. Comme pour rappeler que la stabilité sportive s'est longtemps fait attendre au Lotto Park.Est-ce une surprise que le onze, à l'exception de Killian Sardella remplacé par Elias Cobbaut, n'ait connu aucune modification lors de cette série de succès ? Vincent Kompany semble enfin avoir trouvé la bonne formule pour créer le danger sans se découvrir démesurément. Anderlecht est la meilleure défense belge de 2021, avec seulement douze bus encaissés en quinze matches de championnat, et le retour en forme de Yari Verschaeren (trois buts et une passe décisive sur les quatre derniers matches) permet aux Bruxellois de ne pas dépendre démesurément de Lukas Nmecha à l'autre bout du terrain. Avec des latéraux bien plus offensifs qu'il y a quelques semaines et un duo Adrien Trebel - Albert Sambi Lokonga qui assure l'équilibre devant la défense, le RSCA paraît paré pour le sprint final.Karim Belhocine est-il au bout de son parcours à Charleroi ?Chez les Zèbres, Mehdi Bayat aime répéter qu'on ne se sépare pas d'un coach en cours de saison. Une fois venue l'heure du bilan, l'avenir de Karim Belhocine est forcément mis en question, au vu d'une série indigne qui fait de Charleroi la lanterne rouge du championnat depuis son élimination européenne en octobre dernier, avec seulement 28% des points pris. La réponse est d'ailleurs déjà connue, car il n'est pas encore officiel, mais déjà certain que l'histoire de Karim Belhocine à la tête de Charleroi connaîtra son épilogue dans les prochains jours, au plus tard dans les prochaines semaines.S'il n'est certainement pas le seul responsable d'une saison au cours de laquelle les patrons ont semblé trop rares sur le terrain, et où le mercato aux noms clinquants ne s'est pas transformé en une équipe renforcée sur la pelouse, le Franco-Algérien n'a jamais vraiment trouvé la solution à cette crise éternelle qui s'est emparée de son vestiaire dans la foulée de l'élimination face au Lech Poznan en barrages de l'Europa League. Charge à son successeur, au sujet duquel rien n'a encore filtré à l'heure actuelle, de relancer la machine carolo pour transformer cette saison manquée en accident de parcours.