En semaine, Vranjes, ancien joueur de l'AEK Athènes, avait fait parler de lui en postant sur Instagram une photo souhaitant la "bienvenue en Enfer" aux supporters de l'Ajax Amsterdam, qui a affronté l'AEK Athènes mardi en Ligue des champions dans une rencontre marquée par plusieurs incidents. Il avait ensuite supprimé sa publication. Le nouveau directeur sportif Michael Verschueren et Luc Devroe ont eu une conversation avec le joueur ce vendredi. Celui-ci a formulé des excuses via le communiqué du club. "Je me rends compte que j'ai commis une erreur et j'accepte l'amende que le club m'impose. Je me suis excusé auprès de Michael Verschueren et de Luc Devroe. Maintenant, je tiens également à m'excuser auprès de vous, les supporters du RSC Anderlecht. Je comprends que le message que j'ai posté est inacceptable. J'espère que vous accepterez mes excuses et que je pourrai à nouveau compter sur votre soutien. Ensemble, nous pouvons obtenir de bons résultats au RSC Anderlecht." L'épisode de la photo Instagram n'est pas la seule source d'ennuis pour le Bosnien. Vranjes affiche en effet un tatouage fasciste sur le bras droit qui représente Momcilo Dujic, un chef de guerre yougoslave ayant collaboré avec les nazis durant la seconde guerre mondiale. Un tatouage qui a été condamné fermement par la fédération bosnienne jeudi. Le communiqué d'Anderlecht ne mentionne en revanche pas la polémique autour de ce tatouage. (Belga)

En semaine, Vranjes, ancien joueur de l'AEK Athènes, avait fait parler de lui en postant sur Instagram une photo souhaitant la "bienvenue en Enfer" aux supporters de l'Ajax Amsterdam, qui a affronté l'AEK Athènes mardi en Ligue des champions dans une rencontre marquée par plusieurs incidents. Il avait ensuite supprimé sa publication. Le nouveau directeur sportif Michael Verschueren et Luc Devroe ont eu une conversation avec le joueur ce vendredi. Celui-ci a formulé des excuses via le communiqué du club. "Je me rends compte que j'ai commis une erreur et j'accepte l'amende que le club m'impose. Je me suis excusé auprès de Michael Verschueren et de Luc Devroe. Maintenant, je tiens également à m'excuser auprès de vous, les supporters du RSC Anderlecht. Je comprends que le message que j'ai posté est inacceptable. J'espère que vous accepterez mes excuses et que je pourrai à nouveau compter sur votre soutien. Ensemble, nous pouvons obtenir de bons résultats au RSC Anderlecht." L'épisode de la photo Instagram n'est pas la seule source d'ennuis pour le Bosnien. Vranjes affiche en effet un tatouage fasciste sur le bras droit qui représente Momcilo Dujic, un chef de guerre yougoslave ayant collaboré avec les nazis durant la seconde guerre mondiale. Un tatouage qui a été condamné fermement par la fédération bosnienne jeudi. Le communiqué d'Anderlecht ne mentionne en revanche pas la polémique autour de ce tatouage. (Belga)