Pourquoi tu vas avoir le Soulier d'Or en janvier ?

Dieumerci Mbokani : Parce que je suis bon depuis le début de l'année. Parce que j'ai fait la différence dans plusieurs gros matches. Tout simplement parce que j'ai été le meilleur joueur du championnat. Ça fait quelques années que je le mérite, non ? Déjà quand j'étais au Standard. A nouveau la saison passée. Et encore maintenant.

Tu as parlé d'injustice chaque fois que tu es passé à côté : l'injustice serait encore plus insupportable cette fois-ci ?

Je laisse les gens juger. Mais je ne sais toujours pas pourquoi je n'ai jamais eu le Soulier d'Or. Tout le monde voyait quand même que je le méritais !

Qui le mérite... presque autant que toi ?

Il y a quelques joueurs de Genk et de Bruges qui ont fait des belles choses par moments. Par exemple, Carlos Bacca est très bon depuis l'été. Mais il ne peut pas être un concurrent puisqu'il n'a rien fait au deuxième tour de la saison dernière. Jelle Vossen aussi m'a bien plu. Mais en tenant compte des deux tours du vote, je ne vois pas qui pourrait avoir autant de points que moi.

Tu as toujours une rancoeur par rapport aux prix individuels ? Pas un Soulier d'Or, pas un trophée de Footballeur Pro !

Bien sûr. Etre sur le palmarès de prix pareils me fait toujours rêver. Je veux qu'on me donne un beau trophée, puis je pars dans un autre championnat. J'ai eu le Soulier d'Ebène, c'est déjà très chouette. Maintenant, le Soulier d'Or. Puis éventuellement Footballeur Pro en fin de saison.

Quand on a ton talent et tes ambitions, on trouve si important de recevoir des récompenses en Belgique ?

Certainement. Un de mes buts est de laisser une trace dans le livre du football belge. Une ligne dans les palmarès. C'est un truc qu'on ne t'enlève plus jamais. Je veux continuer à exister ici quand je serai parti.

Par Pierre Danvoye

Retrouvez l'intégralité de l'interview dans votre Sport/Foot Magazine

Pourquoi tu vas avoir le Soulier d'Or en janvier ?Dieumerci Mbokani : Parce que je suis bon depuis le début de l'année. Parce que j'ai fait la différence dans plusieurs gros matches. Tout simplement parce que j'ai été le meilleur joueur du championnat. Ça fait quelques années que je le mérite, non ? Déjà quand j'étais au Standard. A nouveau la saison passée. Et encore maintenant.Tu as parlé d'injustice chaque fois que tu es passé à côté : l'injustice serait encore plus insupportable cette fois-ci ?Je laisse les gens juger. Mais je ne sais toujours pas pourquoi je n'ai jamais eu le Soulier d'Or. Tout le monde voyait quand même que je le méritais !Qui le mérite... presque autant que toi ?Il y a quelques joueurs de Genk et de Bruges qui ont fait des belles choses par moments. Par exemple, Carlos Bacca est très bon depuis l'été. Mais il ne peut pas être un concurrent puisqu'il n'a rien fait au deuxième tour de la saison dernière. Jelle Vossen aussi m'a bien plu. Mais en tenant compte des deux tours du vote, je ne vois pas qui pourrait avoir autant de points que moi.Tu as toujours une rancoeur par rapport aux prix individuels ? Pas un Soulier d'Or, pas un trophée de Footballeur Pro !Bien sûr. Etre sur le palmarès de prix pareils me fait toujours rêver. Je veux qu'on me donne un beau trophée, puis je pars dans un autre championnat. J'ai eu le Soulier d'Ebène, c'est déjà très chouette. Maintenant, le Soulier d'Or. Puis éventuellement Footballeur Pro en fin de saison.Quand on a ton talent et tes ambitions, on trouve si important de recevoir des récompenses en Belgique ?Certainement. Un de mes buts est de laisser une trace dans le livre du football belge. Une ligne dans les palmarès. C'est un truc qu'on ne t'enlève plus jamais. Je veux continuer à exister ici quand je serai parti.Par Pierre DanvoyeRetrouvez l'intégralité de l'interview dans votre Sport/Foot Magazine