"Plusieurs facteurs me font croire qu'on peut faire quelque chose d'intéressant contre Malaga", expliquait le coach d'Anderlecht, John van den Brom, en conférence de presse mardi et rapporté par la DH ce mercredi.

Fini donc l'excès de pessimisme au Parc Astrid. La mentalité (et le coach) a changé et l'objectif n'est plus de simplement éviter d'être ridicule. Après les nombreuses désillusions (Fenerbahce en 2007, Bate Borisov en 2008, Lyon en 2009 et le Partizan en 2010), les Mauves sont de retour en Ligue des Champions et ils comptent bien jouer un rôle plus important que celui de simple figurant.

"J'estime que nous avons fait des pas en avant. En championnat, on joue de mieux en mieux, la confiance est très grande au sein du groupe, et puisqu'on joue à domicile, on peut et doit faire la différence. Ici, on est capables de tout."

Cependant, l'entraîneur anderlechtois ne sous-estimait pas non plus la qualité de la formation ibérique. "C'est une très bonne équipe, qui fait très bien circuler le ballon et qui a beaucoup d'expérience, surtout en défense. Leur collectif est impressionnant, et ils ont des attaquants qui savent faire la différence. Ils étaient fantastiques contre le Zenit. J'ai du respect pour eux, mais cela s'arrête là. Je n'ai pas du tout peur, et mes joueurs non plus."

Il ne faudra pas compter sur van den Brom pour pervertir son jeu et faire évoluer ses joueurs à dix derrière le ballon. "Ce n'est pas un scandale de s'adapter à un adversaire comme Malaga. La Ligue des Champions n'est pas comparable au championnat de Belgique. Mais nous jouons chez nous : nous n'allons pas subir le jeu. Je compte sur nos propres qualités. D'ailleurs : ils ont battu Bilbao par 4-0, mais au niveau de la possession du ballon, c'était du 50-50."

Sportfootmagazine.be

"Plusieurs facteurs me font croire qu'on peut faire quelque chose d'intéressant contre Malaga", expliquait le coach d'Anderlecht, John van den Brom, en conférence de presse mardi et rapporté par la DH ce mercredi.Fini donc l'excès de pessimisme au Parc Astrid. La mentalité (et le coach) a changé et l'objectif n'est plus de simplement éviter d'être ridicule. Après les nombreuses désillusions (Fenerbahce en 2007, Bate Borisov en 2008, Lyon en 2009 et le Partizan en 2010), les Mauves sont de retour en Ligue des Champions et ils comptent bien jouer un rôle plus important que celui de simple figurant."J'estime que nous avons fait des pas en avant. En championnat, on joue de mieux en mieux, la confiance est très grande au sein du groupe, et puisqu'on joue à domicile, on peut et doit faire la différence. Ici, on est capables de tout."Cependant, l'entraîneur anderlechtois ne sous-estimait pas non plus la qualité de la formation ibérique. "C'est une très bonne équipe, qui fait très bien circuler le ballon et qui a beaucoup d'expérience, surtout en défense. Leur collectif est impressionnant, et ils ont des attaquants qui savent faire la différence. Ils étaient fantastiques contre le Zenit. J'ai du respect pour eux, mais cela s'arrête là. Je n'ai pas du tout peur, et mes joueurs non plus."Il ne faudra pas compter sur van den Brom pour pervertir son jeu et faire évoluer ses joueurs à dix derrière le ballon. "Ce n'est pas un scandale de s'adapter à un adversaire comme Malaga. La Ligue des Champions n'est pas comparable au championnat de Belgique. Mais nous jouons chez nous : nous n'allons pas subir le jeu. Je compte sur nos propres qualités. D'ailleurs : ils ont battu Bilbao par 4-0, mais au niveau de la possession du ballon, c'était du 50-50."Sportfootmagazine.be