Débarrassé des contraintes scolaires, Youri Tielemans devait profiter de cette saison pour s'installer sur le toit du championnat. Le départ a été fulgurant, aussi puissant que cette frappe envoyée dans le plafond du but de Laurent Henkinet pour décrocher les trois premiers points de la saison dans les arrêts de jeu face à Waasland-Beveren. Avec trois buts à la fin des grandes vacances, Youri était propulsé dans un rôle de " relayeur-frappeur " qui provoque les comparaisons avec le meilleur Frank Lampard. Parallèle étonnant, car la star des Blues brillait surtout par son flair sans le ballon quand l'ado des Mauves ne parle jamais mieux qu'avec un ballon au bout du pied. Le football naturel de Youri Tielemans est bien plus latin que britannique.

Pourtant, la Lampardisation de Youri Tielemans s'infiltre jusqu'aux phrases distillées par le numéro 31 à l'interview : " Je dois gagner en volume de jeu, faire davantage de courses sans ballon, me retrouver plus souvent dans le rectangle ", confie-t-il à Sport/Foot Magazine en début de saison. Une progression vers un jeu à l'anglaise qu'il commence à esquisser dans le chaos du losange de Besnik Hasi, où il est le seul à tirer son épingle du jeu sur le plan offensif. Mais malgré la présence conjointe de Tielemans, Steven Defour et Leander Dendoncker, le Sporting ne maîtrise ni la possession, ni la géométrie nécessaire pour équilibrer le losange. Le système était idéal pour faire grandir Youri entre les lignes tout en lui permettant d'élaborer sa gestion du rythme du match en possession du ballon, mais le onze mauve n'a jamais digéré les implications défensives du module.

Si le passage au 4-4-2 à plat éclaircira le ciel bruxellois, il fait resurgir un problème déjà constaté la saison dernière : Steven Defour et Youri Tielemans ne parviennent pas à jouer ensemble. Les deux hommes sont trop semblables pour être naturellement complémentaires, et aucun n'est prêt à se sacrifier pour magnifier le football de l'autre. Le Tielemans du dernier titre avait eu Cheikhou Kouyaté, le Defour actuel a Dendoncker. Un lieutenant qui avale les kilomètres pour installer son équipier dans les meilleures dispositions afin de dessiner le football mauve.

Aux côtés de l'indispensable Dendoncker, Hasi choisit donc le métier et le leadership de Defour. Le 4-4-2 fait ses preuves contre Saint-Trond, puis régale sur la pelouse de Zulte Waregem. Après des semaines de balbutiements, Besnik Hasi semble enfin avoir trouvé son système. Avec Tielemans sur le banc.

Par Guillaume Gautier

Retrouvez l'intégralité de l'article consacré à Youri Tielemans dans votre Sport/Foot Magazine

Débarrassé des contraintes scolaires, Youri Tielemans devait profiter de cette saison pour s'installer sur le toit du championnat. Le départ a été fulgurant, aussi puissant que cette frappe envoyée dans le plafond du but de Laurent Henkinet pour décrocher les trois premiers points de la saison dans les arrêts de jeu face à Waasland-Beveren. Avec trois buts à la fin des grandes vacances, Youri était propulsé dans un rôle de " relayeur-frappeur " qui provoque les comparaisons avec le meilleur Frank Lampard. Parallèle étonnant, car la star des Blues brillait surtout par son flair sans le ballon quand l'ado des Mauves ne parle jamais mieux qu'avec un ballon au bout du pied. Le football naturel de Youri Tielemans est bien plus latin que britannique.Pourtant, la Lampardisation de Youri Tielemans s'infiltre jusqu'aux phrases distillées par le numéro 31 à l'interview : " Je dois gagner en volume de jeu, faire davantage de courses sans ballon, me retrouver plus souvent dans le rectangle ", confie-t-il à Sport/Foot Magazine en début de saison. Une progression vers un jeu à l'anglaise qu'il commence à esquisser dans le chaos du losange de Besnik Hasi, où il est le seul à tirer son épingle du jeu sur le plan offensif. Mais malgré la présence conjointe de Tielemans, Steven Defour et Leander Dendoncker, le Sporting ne maîtrise ni la possession, ni la géométrie nécessaire pour équilibrer le losange. Le système était idéal pour faire grandir Youri entre les lignes tout en lui permettant d'élaborer sa gestion du rythme du match en possession du ballon, mais le onze mauve n'a jamais digéré les implications défensives du module.Si le passage au 4-4-2 à plat éclaircira le ciel bruxellois, il fait resurgir un problème déjà constaté la saison dernière : Steven Defour et Youri Tielemans ne parviennent pas à jouer ensemble. Les deux hommes sont trop semblables pour être naturellement complémentaires, et aucun n'est prêt à se sacrifier pour magnifier le football de l'autre. Le Tielemans du dernier titre avait eu Cheikhou Kouyaté, le Defour actuel a Dendoncker. Un lieutenant qui avale les kilomètres pour installer son équipier dans les meilleures dispositions afin de dessiner le football mauve.Aux côtés de l'indispensable Dendoncker, Hasi choisit donc le métier et le leadership de Defour. Le 4-4-2 fait ses preuves contre Saint-Trond, puis régale sur la pelouse de Zulte Waregem. Après des semaines de balbutiements, Besnik Hasi semble enfin avoir trouvé son système. Avec Tielemans sur le banc.Par Guillaume GautierRetrouvez l'intégralité de l'article consacré à Youri Tielemans dans votre Sport/Foot Magazine