Toutes compétitions confondues, Anderlecht a manqué à Bruges son 11e penalty sur 17. Si l'on tient compte des quatre tirs au but ratés en demi-finale de la Coupe de Belgique à Genk, on arrive à un total de 15 ratés sur 27. Lors de la première journée des play-offs 1, le défenseur Bram Nuytinck avait déjà laissé filer l'égalisation dans les dernières secondes de jeu face au Racing Genk. Outre le Néerlandais, Mbokani, Jovanovic, Biglia, Gillet et... Kljestan ont déjà loupé la concrétisation d'au moins un penalty cette saison.

Après son échec de dimanche, Mbokani a déclaré ne pas vouloir tirer le prochain penalty. "Il ne m'a pas perturbé parce que je ne regarde jamais le gardien adverse", a expliqué 'Dieu'. "Je voulais tirer à gauche mais j'ai changé d'avis au dernier moment. Je voulais égaliser après avoir offert l'assist à Bruno. La pression n'a en tout cas joué aucun rôle. Quoi qu'il en soit, c'est déjà mon troisième penalty raté cette saison, après ceux à Courtrai et au Standard. Le prochain, c'est pour Kljestan."

" Je suis prêt car après tous ces ratés je n'aurai vraiment plus rien à perdre ! ", a pour sa part déclaré l'Américain.

Trois points gaspillés : peu et beaucoup à la fois

Étrangement, la malédiction des penalties n'a coûté que trois points aux Mauves depuis le début de la saison. Durant la phase classique, Anderlecht a manqué la conversion d'un penalty à sept reprises. 100% de réussite à cet exercice lui aurait permis de compter un total de 70 unités, au lieu de 67. Après la division des points, le Sporting aurait donc entamé les play-offs 1 avec 35 et non 34 unités. Les loupés de Nuytinck et Mbokani ont ensuite fait perdre deux autres points aux Anderlechtois. Au final, cela ne fait 'que' 3 points perdus.

Un faible total, au vu de la malédiction qui frappe les joueurs d'Anderlecht, mais qui pourrait tout de même coûter très cher lorsqu'il faudra faire les comptes en fin de PO1, tant les écarts sont faibles en tête du classement.

Maxime Everaert (Stg.)

Toutes compétitions confondues, Anderlecht a manqué à Bruges son 11e penalty sur 17. Si l'on tient compte des quatre tirs au but ratés en demi-finale de la Coupe de Belgique à Genk, on arrive à un total de 15 ratés sur 27. Lors de la première journée des play-offs 1, le défenseur Bram Nuytinck avait déjà laissé filer l'égalisation dans les dernières secondes de jeu face au Racing Genk. Outre le Néerlandais, Mbokani, Jovanovic, Biglia, Gillet et... Kljestan ont déjà loupé la concrétisation d'au moins un penalty cette saison. Après son échec de dimanche, Mbokani a déclaré ne pas vouloir tirer le prochain penalty. "Il ne m'a pas perturbé parce que je ne regarde jamais le gardien adverse", a expliqué 'Dieu'. "Je voulais tirer à gauche mais j'ai changé d'avis au dernier moment. Je voulais égaliser après avoir offert l'assist à Bruno. La pression n'a en tout cas joué aucun rôle. Quoi qu'il en soit, c'est déjà mon troisième penalty raté cette saison, après ceux à Courtrai et au Standard. Le prochain, c'est pour Kljestan." " Je suis prêt car après tous ces ratés je n'aurai vraiment plus rien à perdre ! ", a pour sa part déclaré l'Américain. Trois points gaspillés : peu et beaucoup à la foisÉtrangement, la malédiction des penalties n'a coûté que trois points aux Mauves depuis le début de la saison. Durant la phase classique, Anderlecht a manqué la conversion d'un penalty à sept reprises. 100% de réussite à cet exercice lui aurait permis de compter un total de 70 unités, au lieu de 67. Après la division des points, le Sporting aurait donc entamé les play-offs 1 avec 35 et non 34 unités. Les loupés de Nuytinck et Mbokani ont ensuite fait perdre deux autres points aux Anderlechtois. Au final, cela ne fait 'que' 3 points perdus. Un faible total, au vu de la malédiction qui frappe les joueurs d'Anderlecht, mais qui pourrait tout de même coûter très cher lorsqu'il faudra faire les comptes en fin de PO1, tant les écarts sont faibles en tête du classement. Maxime Everaert (Stg.)