Ariel Jacobs ne passera certainement pas le flambeau mauve à Michel Preud'homme, qui a rempilé jusqu'en 2016 à Al Shabab avec un salaire de 5 millions d'euros par an, de quoi dissuader les candidats-acheteurs. Ce ne sera pas Georges Leekens non plus, puisque les Mauves se sont fait brûler la politesse par le Club Bruges, même si, aux dires du secrétaire général, Philippe Collin, cette piste n'a jamais été activée. Ce ne sera pas Morten Olsen non plus, vu que la fédération danoise s'oppose à une double casquette d'entraîneur national et de club pour lui. A moins que le Sporting n'imite l'exemple brugeois, bien sûr. Mais on ne voit pas Gentleman Olsen tourner casaque à ses joueurs comme Mac the Knife.

Filière néerlandaise Le plus plausible, finalement, c'est que la direction anderlechtoise se tourne vers un coach néerlandais. Gertjan Verbeek l'a interpellée, cette année, en assurant la qualification de l'AZ au détriment du Sporting en seizièmes de finale de l'Europa League. Et ce, en dispensant à deux reprises du beau football. Il n'a pas échappé non plus à la vigilance des décideurs bruxellois, combien Adrie Koster avait, lui aussi, imprimé sa griffe offensive à Bruges avant de devoir céder le témoin au calculateur Christoph Daum. Enfin, personne n'a oublié non plus, au Parc Astrid, la leçon de football qu'est venue donner le Genk de Mario Been lors des récents play-offs.

Du coup, les mentors hollandais ont à nouveau la cote au sein du club bruxellois. Si Louis van Gaal ou Co Adriaanse paraissent tous deux hors de portée sur le plan financier, un 3e nom pourrait fort bien faire l'affaire : Fred Rutten, actif par le passé au FC Twente, à Schalke et au PSV, où il a été relayé par l'ex-international Phillip Cocu en mars dernier. Rutten, qui désirait prendre une année sabbatique après son renvoi chez les Lampistes ne serait pas réfractaire à une expérience en Belgique.

Retrouvez l'intégralité de l'article qui fait le tour d'horizon des dossiers en cours au Sporting d'Anderlecht dans le Sport/Foot Magazine de cette semaine. Bruno Govers, Sport/Foot Magazine

Ariel Jacobs ne passera certainement pas le flambeau mauve à Michel Preud'homme, qui a rempilé jusqu'en 2016 à Al Shabab avec un salaire de 5 millions d'euros par an, de quoi dissuader les candidats-acheteurs. Ce ne sera pas Georges Leekens non plus, puisque les Mauves se sont fait brûler la politesse par le Club Bruges, même si, aux dires du secrétaire général, Philippe Collin, cette piste n'a jamais été activée. Ce ne sera pas Morten Olsen non plus, vu que la fédération danoise s'oppose à une double casquette d'entraîneur national et de club pour lui. A moins que le Sporting n'imite l'exemple brugeois, bien sûr. Mais on ne voit pas Gentleman Olsen tourner casaque à ses joueurs comme Mac the Knife. Filière néerlandaise Le plus plausible, finalement, c'est que la direction anderlechtoise se tourne vers un coach néerlandais. Gertjan Verbeek l'a interpellée, cette année, en assurant la qualification de l'AZ au détriment du Sporting en seizièmes de finale de l'Europa League. Et ce, en dispensant à deux reprises du beau football. Il n'a pas échappé non plus à la vigilance des décideurs bruxellois, combien Adrie Koster avait, lui aussi, imprimé sa griffe offensive à Bruges avant de devoir céder le témoin au calculateur Christoph Daum. Enfin, personne n'a oublié non plus, au Parc Astrid, la leçon de football qu'est venue donner le Genk de Mario Been lors des récents play-offs. Du coup, les mentors hollandais ont à nouveau la cote au sein du club bruxellois. Si Louis van Gaal ou Co Adriaanse paraissent tous deux hors de portée sur le plan financier, un 3e nom pourrait fort bien faire l'affaire : Fred Rutten, actif par le passé au FC Twente, à Schalke et au PSV, où il a été relayé par l'ex-international Phillip Cocu en mars dernier. Rutten, qui désirait prendre une année sabbatique après son renvoi chez les Lampistes ne serait pas réfractaire à une expérience en Belgique. Retrouvez l'intégralité de l'article qui fait le tour d'horizon des dossiers en cours au Sporting d'Anderlecht dans le Sport/Foot Magazine de cette semaine. Bruno Govers, Sport/Foot Magazine