La récente augmentation de capital annoncée par Anderlecht va-t-elle coûter cher aux Mauves ? Le Fair-Play Financier version belge, présenté par la Pro League au mois de juin 2017, doit entrer en vigueur à partir de l'année prochaine, et évaluer la viabilité des comptes des clubs sur une période correspondant aux trois dernières années écoulées.

Au cours de cette période de trois ans, un club ne peut pas afficher une perte supérieure à cinq millions d'euros. Le chiffre peut aller jusqu'à 35 millions, à condition qu'une augmentation de capital de 30 millions d'euros soit effectuée. Injecter une somme plus importante pour masquer les pertes serait considéré comme un dopage financier, et une preuve de gestion intenable à long terme.

Selon nos confrères du Nieuwsblad, Anderlecht pourrait être la principale victime de l'application de ces règles. Les Mauves ont déjà effectué une augmentation de capital pour effacer de mauvais bilans. En février dernier, le rapport de la Fédération sur le Fair-Play Financier affirme ainsi qu'Anderlecht a procédé à une augmentation de capital de 27,3 millions d'euros pour l'année financière 2019.

Le dernier conseil d'administration bruxellois ayant débouché sur l'annonce d'une augmentation de capital de 70 millions d'euros, probablement indispensable pour effacer les pertes d'un exercice marqué par l'absence de coupe d'Europe, la crise sanitaire et les salaires royaux de certains membres du noyau, interpelle forcément, même si 50 de ces 70 millions sont une dette envers Marc Coucke transformée en actions.

"Si ce montant-là est nécessaire pour couvrir les pertes du club, Anderlecht pourrait contrevenir aux règles du Fair-Play Financier", explique ainsi l'économiste Thomas Peeters dans les colonnes d'Het Laatste Nieuws. En cas d'infraction avérée, le règlement prévoit un retrait de points pour la saison suivante (3 points pour la première infraction) et une diminution du nombre de joueurs à inscrire pour une compétition (deux joueurs en moins). Si ces irrégularités financières s'étalent dans le temps, les retraits de points pourraient devenir plus importants et être accompagnés d'une amende pouvant s'élever à 50% des droits TV.

"L'observation a tout son sens dans des circonstances normales, mais ce ne sont pas des circonstances normales", observe Karel Van Eetvelt dans Het Laatste Nieuws. "L'UEFA, la FIFA et la Pro League ont annoncé que les règles entourant le Fair-Play Financier pour la saison prochaine seraient assouplies à cause de la crise. Nous ne sommes pas inquiets."

Prévue le 12 juin prochain, l'Assemblée générale de la Pro League tendra-t-elle une bouée de sauvetage à Anderlecht en optant pour un assouplissement des règles financières ? En marge de la présentation du rapport rédigé par le cabinet Deloitte sur les finances du football belge, Pierre François n'a pas orienté son discours dans le sens souhaité par le Sporting : "Si on voit que tous les clubs ont perdu, ensemble, 91 millions d'euros la saison dernière et que seuls cinq clubs ont gagné de l'argent, c'est la preuve que quelque chose doit changer. C'est pour ça que je pense qu'il est important que le Fair-Play Financier soit appliqué. Ce sera un signal important pour montrer que les choses doivent changer. C'est en ce sens que je plaiderai lors de la prochaine assemblée générale."

Un signal que les dirigeants mauves repousseraient bien de quelques mois...

La récente augmentation de capital annoncée par Anderlecht va-t-elle coûter cher aux Mauves ? Le Fair-Play Financier version belge, présenté par la Pro League au mois de juin 2017, doit entrer en vigueur à partir de l'année prochaine, et évaluer la viabilité des comptes des clubs sur une période correspondant aux trois dernières années écoulées.Au cours de cette période de trois ans, un club ne peut pas afficher une perte supérieure à cinq millions d'euros. Le chiffre peut aller jusqu'à 35 millions, à condition qu'une augmentation de capital de 30 millions d'euros soit effectuée. Injecter une somme plus importante pour masquer les pertes serait considéré comme un dopage financier, et une preuve de gestion intenable à long terme.Selon nos confrères du Nieuwsblad, Anderlecht pourrait être la principale victime de l'application de ces règles. Les Mauves ont déjà effectué une augmentation de capital pour effacer de mauvais bilans. En février dernier, le rapport de la Fédération sur le Fair-Play Financier affirme ainsi qu'Anderlecht a procédé à une augmentation de capital de 27,3 millions d'euros pour l'année financière 2019.Le dernier conseil d'administration bruxellois ayant débouché sur l'annonce d'une augmentation de capital de 70 millions d'euros, probablement indispensable pour effacer les pertes d'un exercice marqué par l'absence de coupe d'Europe, la crise sanitaire et les salaires royaux de certains membres du noyau, interpelle forcément, même si 50 de ces 70 millions sont une dette envers Marc Coucke transformée en actions."Si ce montant-là est nécessaire pour couvrir les pertes du club, Anderlecht pourrait contrevenir aux règles du Fair-Play Financier", explique ainsi l'économiste Thomas Peeters dans les colonnes d'Het Laatste Nieuws. En cas d'infraction avérée, le règlement prévoit un retrait de points pour la saison suivante (3 points pour la première infraction) et une diminution du nombre de joueurs à inscrire pour une compétition (deux joueurs en moins). Si ces irrégularités financières s'étalent dans le temps, les retraits de points pourraient devenir plus importants et être accompagnés d'une amende pouvant s'élever à 50% des droits TV."L'observation a tout son sens dans des circonstances normales, mais ce ne sont pas des circonstances normales", observe Karel Van Eetvelt dans Het Laatste Nieuws. "L'UEFA, la FIFA et la Pro League ont annoncé que les règles entourant le Fair-Play Financier pour la saison prochaine seraient assouplies à cause de la crise. Nous ne sommes pas inquiets."Prévue le 12 juin prochain, l'Assemblée générale de la Pro League tendra-t-elle une bouée de sauvetage à Anderlecht en optant pour un assouplissement des règles financières ? En marge de la présentation du rapport rédigé par le cabinet Deloitte sur les finances du football belge, Pierre François n'a pas orienté son discours dans le sens souhaité par le Sporting : "Si on voit que tous les clubs ont perdu, ensemble, 91 millions d'euros la saison dernière et que seuls cinq clubs ont gagné de l'argent, c'est la preuve que quelque chose doit changer. C'est pour ça que je pense qu'il est important que le Fair-Play Financier soit appliqué. Ce sera un signal important pour montrer que les choses doivent changer. C'est en ce sens que je plaiderai lors de la prochaine assemblée générale."Un signal que les dirigeants mauves repousseraient bien de quelques mois...