La commission recommande une série de modifications qui tiennent compte des inquiétudes des riverains mais vont à l'encontre des intentions du RSC Anderlecht. Par exemple, le troisième anneau devra être plus bas, les tours de parking prévues devront compter deux étages de moins, la salle de sports que le club construira au profit de la commune devra être plus luxueuse et le Sporting devra aussi assumer les coûts du plan de mobilité le jour des matches. Le RSCA y voit un jeu politique mais est pris par le temps. " De toute façon, nous avons besoin d'un plus grand stade à court terme, pour maintenir notre budget ", déclare le porte-parole du club, David Steegen.

Si toutes les parties tombent d'accord, le club pourra entamer les travaux en avril. Cela n'exclut pas qu'il quitte le territoire d'Anderlecht d'ici quelques années. L'URBSFA espère disposer d'un nouveau stade pour accueillir à Bruxelles une partie de l'EURO 2020. " Un stade à Bruxelles ne sera cependant rentable que si un club y joue. Anderlecht doit donc être partie prenante et assumer ses responsabilités. Il devra être le principal investisseur, c'est clair ", a déjà déclaré Steven Martens, le CEO de la Fédération. Anderlecht rappelle le long chemin administratif que doit parcourir le dossier concernant ce stade. Il n'y a aucune garantie qu'il voie le jour. Le manager Herman Van Holsbeeck: " Si ce stade était construit, nous serions fous de ne pas l'occuper mais c'est un projet à long terme. Pour l'heure, nous devons agrandir le stade Vanden Stock. "

Jan Hauspie & Pierre Danvoye

La commission recommande une série de modifications qui tiennent compte des inquiétudes des riverains mais vont à l'encontre des intentions du RSC Anderlecht. Par exemple, le troisième anneau devra être plus bas, les tours de parking prévues devront compter deux étages de moins, la salle de sports que le club construira au profit de la commune devra être plus luxueuse et le Sporting devra aussi assumer les coûts du plan de mobilité le jour des matches. Le RSCA y voit un jeu politique mais est pris par le temps. " De toute façon, nous avons besoin d'un plus grand stade à court terme, pour maintenir notre budget ", déclare le porte-parole du club, David Steegen.Si toutes les parties tombent d'accord, le club pourra entamer les travaux en avril. Cela n'exclut pas qu'il quitte le territoire d'Anderlecht d'ici quelques années. L'URBSFA espère disposer d'un nouveau stade pour accueillir à Bruxelles une partie de l'EURO 2020. " Un stade à Bruxelles ne sera cependant rentable que si un club y joue. Anderlecht doit donc être partie prenante et assumer ses responsabilités. Il devra être le principal investisseur, c'est clair ", a déjà déclaré Steven Martens, le CEO de la Fédération. Anderlecht rappelle le long chemin administratif que doit parcourir le dossier concernant ce stade. Il n'y a aucune garantie qu'il voie le jour. Le manager Herman Van Holsbeeck: " Si ce stade était construit, nous serions fous de ne pas l'occuper mais c'est un projet à long terme. Pour l'heure, nous devons agrandir le stade Vanden Stock. "Jan Hauspie & Pierre Danvoye