Pour affronter le leader du groupe, Hein Vanhaezebrouck a fait confiance à des joueurs ayant peu ou carrément pas de temps de jeu jusqu'ici. Ainsi Frank Boeckx a pris place dans le but et Edo Kayembe, qui n'avait été titulaire que contre l'Union Saint-Gilloise et Trnava, a reçu une nouvelle chance.

La phase initiale n'a pas déclenché l'enthousiasme. Anderlecht a bien tenté de s'emparer du ballon mais commettait bien trop d'approximations pour s'infiltrer dans la défense adverse. Zakaria Bakkali a tenté sa chance dans les seize mètres mais Dominik Livakovic était attentif et a repoussé la première occasion du match (13e). Ivan Santini, qui sera averti en fin de période (45e+1), n'a pas été en mesure de faire mieux sur le rebond. Les Croates n'ont pas été plus dangereux. Mislav Orsic a permis à Boeckx de salir ses gants (21e) et Izet Hajrovic a propulsé le ballon loin au-dessus du but (25e).

En début de seconde période, le Dinamo s'est montré plus dynamique sur les contres. Mais la précision dans la passe n'y était pas à l'image d'un service d'Orsic pour Mario Gavranovic (50e). Comme il n'y avait pas de tension, on avait l'impression que le compte à rebours avait débuté. Anderlecht était inoffensif et le ballon n'est arrivé que de temps en temps chez Livakovic.

Dans ces conditions, Vanhaezebrouck a lancé trois autres jeunes: Hannes Delcroix pour Sebastiaan Bornauw (63e), Francis Amuzu pour Kenny Saief (69e) et Alexis Saelemakers pour Antonio Milic (71e). Cela n'a pas changé le cours de la rencontre: pas d'excitation, pas d'occasions, pas de buts. Les deux équipes n'ont plus vraiment appuyé sur l'accélérateur. Malgré un tir appuyé de Kayembe (79e), Anderlecht a terminé une modeste campagne européenne par un match tout aussi modeste.