Le président de la Commission centrale des arbitres Robert Jeurissen avait demandé au parquet fédéral d'enquêter sur les déclarations de John van den Brom et Bram Nuytinck. Les deux hommes avaient vertement critiqué l'arbitrage de M. Boucaut lors du match entre Zulte Waregem et Anderlecht dans le cadre de la 5e journée des play-offs 1. L'entraîneur d'Anderlecht avait notamment déclaré que Boucaut était "le pire arbitre en Belgique" et que "jouer contre l'équipe adverse et l'arbitre était trop difficile."

Le parquet a estimé "qu'il doit continuer à être possible de faire certaines remarques concernant l'arbitrage car la liberté d'expression est un principe légal en vigueur dans notre pays" ajoutant "tenir également compte de l'aspect émotionnel qui peut résulter d'un tel match, de la différence d'usage linguistique entre les Pays-Bas et la Belgique."

Mardi matin, le procureur fédéral Marc Rubens avait déclaré "qu'il y a toujours cette balance à effectuer entre la liberté d'expression qui est de vigueur en Belgique et l'obligation d'être mesuré dans ses propos."

Anderlecht devrait, selon toute vraisemblance, accepter cette proposition transactionnelle.

Le président de la Commission centrale des arbitres Robert Jeurissen avait demandé au parquet fédéral d'enquêter sur les déclarations de John van den Brom et Bram Nuytinck. Les deux hommes avaient vertement critiqué l'arbitrage de M. Boucaut lors du match entre Zulte Waregem et Anderlecht dans le cadre de la 5e journée des play-offs 1. L'entraîneur d'Anderlecht avait notamment déclaré que Boucaut était "le pire arbitre en Belgique" et que "jouer contre l'équipe adverse et l'arbitre était trop difficile." Le parquet a estimé "qu'il doit continuer à être possible de faire certaines remarques concernant l'arbitrage car la liberté d'expression est un principe légal en vigueur dans notre pays" ajoutant "tenir également compte de l'aspect émotionnel qui peut résulter d'un tel match, de la différence d'usage linguistique entre les Pays-Bas et la Belgique." Mardi matin, le procureur fédéral Marc Rubens avait déclaré "qu'il y a toujours cette balance à effectuer entre la liberté d'expression qui est de vigueur en Belgique et l'obligation d'être mesuré dans ses propos." Anderlecht devrait, selon toute vraisemblance, accepter cette proposition transactionnelle.