Immédiatement après sa victoire, van der Poel a été ému jusqu'aux larmes, et lors de sa première interview télévisée, il était encore ému. "Incroyable. Mince. Je n'ai vu que dans les 300 derniers mètres que nous pouvions encore gagner. Et bon sang, ça a encore marché, je ne m'attendais vraiment pas à ça. Pfft, incroyable. Je ne comprends pas encore. Je ne sais pas comment c'est possible, comment j'ai fait", a reconnu le coureur de Corendon-Circus. A plus de 43 kilomètres de l'arrivée, van der Poel a été le premier favori à tenter d'ouvrir la course en passant seul à l'attaque. "J'ai essayé d'anticiper sur le Gulperberg. Ça n'a pas marché, mais je sentais que j'vais encore quelque chose dans les jambes pour la finale. Puis j'ai commencé à rouler à plein régime. J'avais encore un très bon pressentiment." "J'espérais qu'ils commenceraient à se regarder à l'avant parce que vous êtes là avec de grands noms. Et, oui, je me suis surpassé. Surtout parce que vous sentez qu'il y a encore quelque chose dans vos jambes. On remarque dans de telles classiques que c'est très difficile pour tout le monde à la fin. Par instinct, j'y vais encore, je m'échappe avec un groupe et nous revenons..." Où cela s'arrête-t-il ? "Je ne sais pas. Je vais d'abord essayer d'en profiter." . (Belga)

Immédiatement après sa victoire, van der Poel a été ému jusqu'aux larmes, et lors de sa première interview télévisée, il était encore ému. "Incroyable. Mince. Je n'ai vu que dans les 300 derniers mètres que nous pouvions encore gagner. Et bon sang, ça a encore marché, je ne m'attendais vraiment pas à ça. Pfft, incroyable. Je ne comprends pas encore. Je ne sais pas comment c'est possible, comment j'ai fait", a reconnu le coureur de Corendon-Circus. A plus de 43 kilomètres de l'arrivée, van der Poel a été le premier favori à tenter d'ouvrir la course en passant seul à l'attaque. "J'ai essayé d'anticiper sur le Gulperberg. Ça n'a pas marché, mais je sentais que j'vais encore quelque chose dans les jambes pour la finale. Puis j'ai commencé à rouler à plein régime. J'avais encore un très bon pressentiment." "J'espérais qu'ils commenceraient à se regarder à l'avant parce que vous êtes là avec de grands noms. Et, oui, je me suis surpassé. Surtout parce que vous sentez qu'il y a encore quelque chose dans vos jambes. On remarque dans de telles classiques que c'est très difficile pour tout le monde à la fin. Par instinct, j'y vais encore, je m'échappe avec un groupe et nous revenons..." Où cela s'arrête-t-il ? "Je ne sais pas. Je vais d'abord essayer d'en profiter." . (Belga)