Son histoire belge est éphémère. Quatorze apparitions sous le maillot d'Ostende, entre janvier et mai 2019. Suffisant, cependant, pour qu'Amin Nouri évoque toujours la Pro League avec le sourire. Les souvenirs sont d'ailleurs tout aussi positifs quand il s'agit de parler de Ronny Deila, nouveau coach des Rouches. Les deux hommes se sont côtoyés à Valerenga durant une période de 38 matches où Nouri était un indiscutable titulaire. De quoi accumuler quelques friandises précieuses pour ceux qui partent à la pêche aux infos au sujet du nouveau patron du jeu de Sclessin.

"Aussi bien sur le terrain qu'en-dehors, il était vraiment apprécié par les joueurs", rembobine l'arrière droit norvégien. "Il avait un vrai feeling avec nous, il nous comprenait naturellement. Malheureusement pour lui, l'équipe n'était pas assez stable à cette époque, donc on avait des hauts et des bas, mais ses idées de jeu étaient vraiment intéressantes."

Des concepts qui allaient notamment convaincre le City Football Group de lui confier les rênes de sa franchise new-yorkaise, et que Nouri résume en quelques principes : "Ronny aime jouer avec la possession. Ce qu'il veut, c'est jouer au football, avec de solides fondations. Il aime que les joueurs soient créatifs offensivement et pour cela, il réclame beaucoup de mouvement et un gros tempo. On a travaillé ensemble en 2018, mais ses idées de l'époque étaient déjà celles qu'on voit dominer le football actuel. C'est vraiment un bon coach."

Charge à lui de désormais le montrer à Sclessin, où les idées de jeu ont plutôt semblé difficiles à implanter ces dernières saisons.

Son histoire belge est éphémère. Quatorze apparitions sous le maillot d'Ostende, entre janvier et mai 2019. Suffisant, cependant, pour qu'Amin Nouri évoque toujours la Pro League avec le sourire. Les souvenirs sont d'ailleurs tout aussi positifs quand il s'agit de parler de Ronny Deila, nouveau coach des Rouches. Les deux hommes se sont côtoyés à Valerenga durant une période de 38 matches où Nouri était un indiscutable titulaire. De quoi accumuler quelques friandises précieuses pour ceux qui partent à la pêche aux infos au sujet du nouveau patron du jeu de Sclessin."Aussi bien sur le terrain qu'en-dehors, il était vraiment apprécié par les joueurs", rembobine l'arrière droit norvégien. "Il avait un vrai feeling avec nous, il nous comprenait naturellement. Malheureusement pour lui, l'équipe n'était pas assez stable à cette époque, donc on avait des hauts et des bas, mais ses idées de jeu étaient vraiment intéressantes."Des concepts qui allaient notamment convaincre le City Football Group de lui confier les rênes de sa franchise new-yorkaise, et que Nouri résume en quelques principes : "Ronny aime jouer avec la possession. Ce qu'il veut, c'est jouer au football, avec de solides fondations. Il aime que les joueurs soient créatifs offensivement et pour cela, il réclame beaucoup de mouvement et un gros tempo. On a travaillé ensemble en 2018, mais ses idées de l'époque étaient déjà celles qu'on voit dominer le football actuel. C'est vraiment un bon coach."Charge à lui de désormais le montrer à Sclessin, où les idées de jeu ont plutôt semblé difficiles à implanter ces dernières saisons.