"J'espère aller plus vite qu'à Berlin. C'est mon principal objectif", a raconté Naert vendredi. Naert ne se cache pas: il est en grande forme. "La préparation s'est très bien passée, les conditions climatiques sont meilleures qu'à Berlin et le départ ne sera pas trop lent et tactique car ce n'est pas un Championnat." En 2017, Naert avait couru en 2h10:16 à Rotterdam. "Le parcours est le même qu'il y a deux ans. Seulement, nous devrons traverser le pont Erasme dès le départ, mais avec l'adrénaline, je ne m'attends pas à ce que cela fasse mal. Nous devrons le traverser une deuxième fois, et cela sera le point décisif du parcours." Naert a reçu deux lièvres personnels de l'organisation. Il fait un petit pari en leur demandant de partir très vite. "Dans le passé, j'ai souvent été assez prudent. Je veux une fois prendre un risque. L'intention est d'arriver à mi-course avec un chrono entre 1h04:00 et 1h04:30. Si je vais droit dans le mur, tant pis." Son titre européen a donné à Naert une confiance supplémentaire. "Après l'Euro, j'ai eu un déclic. Sur toutes les distances du 10 kilomètres au semi-marathon, j'ai amélioré mon record personnel. Ma vitesse de base est clairement bonne." "Mon pourcentage de graisse est même plus faible qu'à Berlin, 4,5 pour cent", a ajouté Naert. "Je pense que je vais prendre un peu plus de marge la prochaine fois, car je suis vraiment à la limite. Je ne suis pas malade, mais il y a beaucoup de germes dans l'air. Je remarque que je suis sensible à cela." (Belga)

"J'espère aller plus vite qu'à Berlin. C'est mon principal objectif", a raconté Naert vendredi. Naert ne se cache pas: il est en grande forme. "La préparation s'est très bien passée, les conditions climatiques sont meilleures qu'à Berlin et le départ ne sera pas trop lent et tactique car ce n'est pas un Championnat." En 2017, Naert avait couru en 2h10:16 à Rotterdam. "Le parcours est le même qu'il y a deux ans. Seulement, nous devrons traverser le pont Erasme dès le départ, mais avec l'adrénaline, je ne m'attends pas à ce que cela fasse mal. Nous devrons le traverser une deuxième fois, et cela sera le point décisif du parcours." Naert a reçu deux lièvres personnels de l'organisation. Il fait un petit pari en leur demandant de partir très vite. "Dans le passé, j'ai souvent été assez prudent. Je veux une fois prendre un risque. L'intention est d'arriver à mi-course avec un chrono entre 1h04:00 et 1h04:30. Si je vais droit dans le mur, tant pis." Son titre européen a donné à Naert une confiance supplémentaire. "Après l'Euro, j'ai eu un déclic. Sur toutes les distances du 10 kilomètres au semi-marathon, j'ai amélioré mon record personnel. Ma vitesse de base est clairement bonne." "Mon pourcentage de graisse est même plus faible qu'à Berlin, 4,5 pour cent", a ajouté Naert. "Je pense que je vais prendre un peu plus de marge la prochaine fois, car je suis vraiment à la limite. Je ne suis pas malade, mais il y a beaucoup de germes dans l'air. Je remarque que je suis sensible à cela." (Belga)