Amaury Capiot, 27 ans, faisait partie de Sport Vlaanderen - Baloise depuis ses débuts professionnels en 2015. Avec Arkéa-Samsic, Capiot, 3e du Tour de Wallonie cette année, espère avoir la possibilité de disputer son premier Grand Tour. "Je suis ravi de rejoindre les rangs de l'équipe Arkéa-Samsic, car cette formation n'a de cesse de grandir au fil des saisons", déclare Amaury Capiot sur le site d'Arkéa-Samsic. "C'est bon pour moi car cela va me permettre de franchir des paliers à titre individuel, de progresser. Arkéa-Samsic est aussi une formation qui a été amenée au cours de ces dernières saisons, à disputer des Grands-Tours, des classiques, épreuves que j'aime courir. J'ai déjà pu disputer pas mal de classiques, mais maintenant mon souhait est de pouvoir courir, si possible, un Grand-Tour". S'il espère prendre le départ d'une course de trois semaines, Capiot reste un spécialiste des courses d'un jour. "Ma préférence, je tiens à le dire, va aux courses d'un jour", dit-il. "Je suis un puncheur avant tout, mais je peux également me débrouiller en cas d'arrivée au sprint massif. Je ne compte pas parmi les coureurs les plus rapides, mais je suis en capacité de tirer mon épingle du jeu dans ce domaine de course. J'aime comme classiques les Flandriennes : Le Tour des Flandres et Paris-Roubaix". Amaury Capiot vient rejoindre Benjamin Declercq et Christophe Noppe au sein du groupe qu'Arkéa-Samsic met en place pour les classiques flandriennes. (Belga)

Amaury Capiot, 27 ans, faisait partie de Sport Vlaanderen - Baloise depuis ses débuts professionnels en 2015. Avec Arkéa-Samsic, Capiot, 3e du Tour de Wallonie cette année, espère avoir la possibilité de disputer son premier Grand Tour. "Je suis ravi de rejoindre les rangs de l'équipe Arkéa-Samsic, car cette formation n'a de cesse de grandir au fil des saisons", déclare Amaury Capiot sur le site d'Arkéa-Samsic. "C'est bon pour moi car cela va me permettre de franchir des paliers à titre individuel, de progresser. Arkéa-Samsic est aussi une formation qui a été amenée au cours de ces dernières saisons, à disputer des Grands-Tours, des classiques, épreuves que j'aime courir. J'ai déjà pu disputer pas mal de classiques, mais maintenant mon souhait est de pouvoir courir, si possible, un Grand-Tour". S'il espère prendre le départ d'une course de trois semaines, Capiot reste un spécialiste des courses d'un jour. "Ma préférence, je tiens à le dire, va aux courses d'un jour", dit-il. "Je suis un puncheur avant tout, mais je peux également me débrouiller en cas d'arrivée au sprint massif. Je ne compte pas parmi les coureurs les plus rapides, mais je suis en capacité de tirer mon épingle du jeu dans ce domaine de course. J'aime comme classiques les Flandriennes : Le Tour des Flandres et Paris-Roubaix". Amaury Capiot vient rejoindre Benjamin Declercq et Christophe Noppe au sein du groupe qu'Arkéa-Samsic met en place pour les classiques flandriennes. (Belga)