On l'avait quittée déçue par la fin prématurée de son aventure à Genk. En désaccord avec le coach Guido Brepoels, Aline Zeler (37 ans), qui avait repris du service en début de saison en tant que joueuse après un an d'arrêt, mettait fin début mars à son bail avec le Racing. Quelques semaines plus tard, celle qui est également consultante pour RTL retrouve la Super League... mais sur le banc, cette fois. L'ancienne internationale va en effet prendre en mains la destinée des Zébrettes, l'équipe féminine de Charleroi, et ce dès la saison prochaine. "Afin de mettre en place ses idées, Aline Zeler a paraphé un contrat à durée indéterminée", a annoncé le club hennuyer sur son site internet. Ce n'est pas une première en tant qu'entraîneuse pour Aline, qui avait déjà coaché les jeunes internationales belges ainsi que les jeunes du PSV, lors de son aventure à l'étranger en 2018-2019.

Débarqué au sein de l'élite à la faveur de l'ouverture de celle-ci à dix clubs, le Sporting vit quant à lui une saison forcément compliquée, entre défaites et apprentissage du plus haut niveau. Les Carolos n'ont remporté qu'une seule victoire en dix-huit journées, contre Zulte Waregem à l'extérieur, et gratté six unités. Un total peu élevé, mais qui apparaît logique dans le chef d'un club qui a tout de même réussi à constituer un noyau en dernière minute et a encore tout à découvrir de la première division belge. Versé en play-offs 2, le Sporting a entamé la deuxième phase de sa saison par une défaite à domicile contre Zulte.

Côté staff, Charleroi a également connu quelques soubresauts, avec l'éviction de Philippe Venturoso avant même le début du championnat. Un coach qui allait revenir dans le coup en fin d'année 2020, en lieu et place de Tiziano Rutilo, celui-là même qui avait pris sa place avant l'ouverture de la Super League.

C'est donc une troisième coach qui s'apprête à prendre les rênes d'une équipe lancée en avril 2020 et qui aspire à atteindre le "top du championnat d'ici trois ou quatre ans", comme l'expliquait Mehdi Bayat, administrateur-délégué du club, à L'Echo, en novembre dernier. Celui-ci rappelait également que quatre joueuses issues de son effectif sont pros. Un record en Belgique, où Anderlecht ne compte par exemple que deux éléments professionnels à 100%.

On l'avait quittée déçue par la fin prématurée de son aventure à Genk. En désaccord avec le coach Guido Brepoels, Aline Zeler (37 ans), qui avait repris du service en début de saison en tant que joueuse après un an d'arrêt, mettait fin début mars à son bail avec le Racing. Quelques semaines plus tard, celle qui est également consultante pour RTL retrouve la Super League... mais sur le banc, cette fois. L'ancienne internationale va en effet prendre en mains la destinée des Zébrettes, l'équipe féminine de Charleroi, et ce dès la saison prochaine. "Afin de mettre en place ses idées, Aline Zeler a paraphé un contrat à durée indéterminée", a annoncé le club hennuyer sur son site internet. Ce n'est pas une première en tant qu'entraîneuse pour Aline, qui avait déjà coaché les jeunes internationales belges ainsi que les jeunes du PSV, lors de son aventure à l'étranger en 2018-2019.Débarqué au sein de l'élite à la faveur de l'ouverture de celle-ci à dix clubs, le Sporting vit quant à lui une saison forcément compliquée, entre défaites et apprentissage du plus haut niveau. Les Carolos n'ont remporté qu'une seule victoire en dix-huit journées, contre Zulte Waregem à l'extérieur, et gratté six unités. Un total peu élevé, mais qui apparaît logique dans le chef d'un club qui a tout de même réussi à constituer un noyau en dernière minute et a encore tout à découvrir de la première division belge. Versé en play-offs 2, le Sporting a entamé la deuxième phase de sa saison par une défaite à domicile contre Zulte.Côté staff, Charleroi a également connu quelques soubresauts, avec l'éviction de Philippe Venturoso avant même le début du championnat. Un coach qui allait revenir dans le coup en fin d'année 2020, en lieu et place de Tiziano Rutilo, celui-là même qui avait pris sa place avant l'ouverture de la Super League. C'est donc une troisième coach qui s'apprête à prendre les rênes d'une équipe lancée en avril 2020 et qui aspire à atteindre le "top du championnat d'ici trois ou quatre ans", comme l'expliquait Mehdi Bayat, administrateur-délégué du club, à L'Echo, en novembre dernier. Celui-ci rappelait également que quatre joueuses issues de son effectif sont pros. Un record en Belgique, où Anderlecht ne compte par exemple que deux éléments professionnels à 100%.