Dans les travées de la Ghelamco Arena, on aime visiblement se rappeler de bons souvenirs. Quand les dirigeants des Buffalos confient le gouvernail de leur paquebot à la dérive à Hein Vanhaezebrouck, ils savent déjà certainement que le profil d' Alessio Castro Montes plaira à celui qui avait offert à Gand le premier titre de son histoire au printemps 2015.
...

Dans les travées de la Ghelamco Arena, on aime visiblement se rappeler de bons souvenirs. Quand les dirigeants des Buffalos confient le gouvernail de leur paquebot à la dérive à Hein Vanhaezebrouck, ils savent déjà certainement que le profil d' Alessio Castro Montes plaira à celui qui avait offert à Gand le premier titre de son histoire au printemps 2015. Du coffre, du flair et un pied droit précis en bout de course, le package de l'ancien Panda rappelle forcément celui de Thomas Foket, l'un des hommes forts de la success story gantoise du milieu des années 2010. Surtout, il présente des atouts indispensables pour le jeu de Vanhaezebrouck, dont l'exploitation maximale de la largeur du terrain pour se créer de l'espace est l'un des credos majeurs. Souvent, les joueurs de couloir sont les destinataires des transversales vers le côté opposé après avoir surchargé un flanc par des combinaisons de passes, et doivent alors accélérer pour se rendre en position de centre, ou remiser vers l'intérieur en une touche et se projeter pour le une-deux si l'adversaire arrive assez rapidement pour mettre la pression avant le contrôle du ballon. La chorégraphie, minutieusement répétée par un Vanhaezebrouck tactiquement pointilleux, permet néanmoins quelques numéros de solistes, adaptés aux qualités individuelles de chaque acteur. Formé comme milieu de terrain, Alessio Castro Montes peut ainsi varier du traditionnel débordement le long de la craie, en mettant à profit ses qualités ballon au pied pour progresser vers l'intérieur du jeu et désorganiser l'adversaire. Pour une équipe de Gand qui, avant l'arrivée de Tarik Tissoudali et en l'absence de Vadis Odjidja-Ofoe, souffrait pour faire des différences individuelles, ces déplacements sont une aubaine. Ils permettent de créer un surnombre collectif dans une zone inattendue, et donc de s'offrir un premier décalage axial sur la route d'une occasion. La variété est particulièrement précieuse, dans un football qui peut vite devenir caricatural à force d'emprunter des circuits trop répétés. Sans véritable domination aérienne dans la surface adverse, le système d'Hein Vanhaezebrouck peut beaucoup moins miser sur les espaces sur les flancs qui mènent à un centre aérien qu'à l'époque où le meilleur Laurent Depoitre ou le géant Kalifa Coulibaly menaçaient la défense centrale. Au-delà des centres et des courses, Alessio Castro Montes présente aussi l'avantage de maîtriser la passe diagonale et tendue vers son trio offensif, qui perce l'organisation adverse à proximité des filets. La dernière lame d'un couteau suisse qui taille des brèches pour ses Buffalos.