"Tout le monde doit subir les conséquences de ce qu'il a fait et on ne peut pas prétendre que rien n'est arrivé", a-t-il estimé. En tout début de semaine, 6 clubs anglais, 3 espagnols et 3 italiens, parmi les plus riches d'Europe, avaient lancé un projet de compétition semi-fermée où 15 des 20 places seraient réservées tous les ans aux 15 mêmes fondateurs. Face au tollé médiatique, politique et à la réaction indignée des supporters, les six clubs anglais - Manchester City et United, Liverpool, Chelsea, Tottenham et Arsenal - avaient été les premiers à faire machine arrière mardi soir, suivis par l'Atlético Madrid, l'Inter Milan et le Milan AC. Mais le Real Madrid, Barcelone et la Juventus n'ont pas formellement jeté l'éponge et ce trio d'irréductibles a été moqué par Ceferin qui les a qualifiés de "ceux qui croient que la Terre est plate et que la Super League existe encore". Le dirigeant du football européen a d'ailleurs placé les 6 clubs anglais à part, dans la mesure où ils ont été les premiers à rentrer dans le rang. "Pour moi, il y a une grosse différence entre les clubs anglais et les six autres. Ils se sont retirés en premier, ils ont admis leur erreur. Il faut une certaine grandeur de caractère pour dire 'je me suis trompé'.". Ils n'échapperont pas forcément pour autant à toute conséquence, mais elles seront moins fortes, même si Ceferin s'est refusé à préciser l'éventail des sanctions envisageables. "Tout le monde sera tenu pour responsable (...) Est-ce que ce sera disciplinaire ? Est-ce que ce sera par une décision du comité exécutif ? On verra. Il est trop tôt pour le dire", a-t-il simplement indiqué. (Belga)

"Tout le monde doit subir les conséquences de ce qu'il a fait et on ne peut pas prétendre que rien n'est arrivé", a-t-il estimé. En tout début de semaine, 6 clubs anglais, 3 espagnols et 3 italiens, parmi les plus riches d'Europe, avaient lancé un projet de compétition semi-fermée où 15 des 20 places seraient réservées tous les ans aux 15 mêmes fondateurs. Face au tollé médiatique, politique et à la réaction indignée des supporters, les six clubs anglais - Manchester City et United, Liverpool, Chelsea, Tottenham et Arsenal - avaient été les premiers à faire machine arrière mardi soir, suivis par l'Atlético Madrid, l'Inter Milan et le Milan AC. Mais le Real Madrid, Barcelone et la Juventus n'ont pas formellement jeté l'éponge et ce trio d'irréductibles a été moqué par Ceferin qui les a qualifiés de "ceux qui croient que la Terre est plate et que la Super League existe encore". Le dirigeant du football européen a d'ailleurs placé les 6 clubs anglais à part, dans la mesure où ils ont été les premiers à rentrer dans le rang. "Pour moi, il y a une grosse différence entre les clubs anglais et les six autres. Ils se sont retirés en premier, ils ont admis leur erreur. Il faut une certaine grandeur de caractère pour dire 'je me suis trompé'.". Ils n'échapperont pas forcément pour autant à toute conséquence, mais elles seront moins fortes, même si Ceferin s'est refusé à préciser l'éventail des sanctions envisageables. "Tout le monde sera tenu pour responsable (...) Est-ce que ce sera disciplinaire ? Est-ce que ce sera par une décision du comité exécutif ? On verra. Il est trop tôt pour le dire", a-t-il simplement indiqué. (Belga)