La plaignante, dont l'anonymat est jusqu'ici préservé, accuse le N°10 du Brésil de s'être montré "agressif" et d'avoir "fait usage de violence pour avoir une relation sexuelle (...) sans son consentement" mi-mai. "On m'accuse de viol, c'est un gros mot, c'est très fort, mais c'est ce qui se passe", a regretté Neymar dans une vidéo de sept minutes publiée sur Instagram. "Cela m'a surpris, c'était quelque chose de très moche, de très triste, car qui me connaît sait quel genre de personne je suis, sait que je ne ferais jamais une chose pareille", a-t-il poursuivi. Dans cette réponse vidéo, "Ney" a ensuite fait défiler, pour se disculper, le long échange de messages qu'il a eu avec la jeune femme entre mars et mai sur la messagerie WhatsApp, y compris les photos dénudées qu'il a reçues, tout en floutant le nom de l'intéressée. "Ce sont des moments intimes", a-t-il reconnu, "mais il est nécessaire de les exposer pour prouver que rien ne s'est réellement passé", a insisté le joueur. La réalité des faits, a plaidé Neymar Jr dans sa publication, l'air grave, est "totalement à l'opposé" des accusations. "Il y a quelques jours, Neymar a été victime d'une tentative d'extorsion pratiquée par un avocat de Sao Paulo qui, selon sa version, défendait les intérêts de la victime présumée", a par ailleurs déclaré l'avocat du meneur de jeu dans un communiqué. "C'était un piège et j'ai fini par y tomber. J'espère que cela servira de leçon pour l'avenir", a encore affirmé Neymar. Le joueur auquel le sélectionneur vient de retirer le brassard de capitaine de la Seleçao pour une tout autre affaire, celle d'un coup asséné à un spectateur après la finale de la Coupe de France, est au Brésil pour la préparation de la Copa America qui se déroulera dans son pays (14 juin au 7 juillet). (Belga)