"Juste avant les Jeux olympiques de 2004, il m'a envoyé dans les vestiaires en me criant 'Grosse vache'", a déclaré Vanwalleghem au sujet de Beltman dans le journal télévisé de la VRT. "Je me suis assise sur le canapé. Il se tenait les deux mains contre le mur et le visage près de moi. Il a serré son poing et l'a retiré juste à côté de mon visage. Il m'a dit que j'étais une personne horrible. Cela fait quelque chose à quelqu'un qui est encore relativement jeune". "Je lui ai pardonné, surtout pour s'être excusé ouvertement. Je pense que cela montre beaucoup de respect", a encore déclaré Vanwalleghem, qui affirme qu'il existe encore aujourd'hui des abus psychologiques. "Il y a beaucoup d'autres entraîneurs qui sont encore sur le terrain en ce moment et qui savent bien qu'ils agissent comme Gerrit. Il faut espérer que la fédération se rende compte qu'elle ne doit pas fermer les yeux sur ces situations, qui sont encore présentes aujourd'hui". "Certaines gymnastes ont eu besoin d'une thérapie post-traumatique après leur carrière. D'autres ont bénéficié pendant des années d'un accompagnement psychologique", a-t-elle affirmé à VTM. "Il y a encore d'anciennes gymnastes qui vont se faire entendre et nous voulons certainement offrir un soutien aux gymnastes, aux entraîneurs et à leurs parents. Il est juste super important qu'une solution soit trouvée". Vendredi, l'entraîneur de gymnastique néerlandais Gerrit Beltman avait reconnu avoir abusé et humilié de jeunes gymnastes lors de séances d'entraînement. "Je n'ai jamais eu l'intention de frapper, d'insulter, de blesser ou de rabaisser. Mais c'est arrivé", a-t-il déclaré dans une interview au Noordhollands Dagblad. Aagje Vanwalleghem a participé aux Jeux d'Athènes en 2004, sous la direction de Beltman. En 2008, Gymfed a mis fin à la collaboration avec Beltman parce que son approche n'était pas conforme à la politique de la fédération en matière d'éthique et de sport de haut niveau. . (Belga)

"Juste avant les Jeux olympiques de 2004, il m'a envoyé dans les vestiaires en me criant 'Grosse vache'", a déclaré Vanwalleghem au sujet de Beltman dans le journal télévisé de la VRT. "Je me suis assise sur le canapé. Il se tenait les deux mains contre le mur et le visage près de moi. Il a serré son poing et l'a retiré juste à côté de mon visage. Il m'a dit que j'étais une personne horrible. Cela fait quelque chose à quelqu'un qui est encore relativement jeune". "Je lui ai pardonné, surtout pour s'être excusé ouvertement. Je pense que cela montre beaucoup de respect", a encore déclaré Vanwalleghem, qui affirme qu'il existe encore aujourd'hui des abus psychologiques. "Il y a beaucoup d'autres entraîneurs qui sont encore sur le terrain en ce moment et qui savent bien qu'ils agissent comme Gerrit. Il faut espérer que la fédération se rende compte qu'elle ne doit pas fermer les yeux sur ces situations, qui sont encore présentes aujourd'hui". "Certaines gymnastes ont eu besoin d'une thérapie post-traumatique après leur carrière. D'autres ont bénéficié pendant des années d'un accompagnement psychologique", a-t-elle affirmé à VTM. "Il y a encore d'anciennes gymnastes qui vont se faire entendre et nous voulons certainement offrir un soutien aux gymnastes, aux entraîneurs et à leurs parents. Il est juste super important qu'une solution soit trouvée". Vendredi, l'entraîneur de gymnastique néerlandais Gerrit Beltman avait reconnu avoir abusé et humilié de jeunes gymnastes lors de séances d'entraînement. "Je n'ai jamais eu l'intention de frapper, d'insulter, de blesser ou de rabaisser. Mais c'est arrivé", a-t-il déclaré dans une interview au Noordhollands Dagblad. Aagje Vanwalleghem a participé aux Jeux d'Athènes en 2004, sous la direction de Beltman. En 2008, Gymfed a mis fin à la collaboration avec Beltman parce que son approche n'était pas conforme à la politique de la fédération en matière d'éthique et de sport de haut niveau. . (Belga)