Hanne Desmet se remet toujours progressivement de sa commotion cérébrale encourue à l'entraînement à Courmayeur en Italie début septembre. "Je peux patiner et participer à des compétitions, mais pas trop en suivant sinon j'ai mal à la tête", a confié la jeune Belge de 25 ans, mardi au lendemain d'un week-end à Leeuwarden aux Pays-Bas où se sont déroulées quelques courses non-officielles. "Je peux m'entraîner à fond, mais si je commence à voir des étoiles, je dois faire très attention. Je suis encore très sensible à la lumière et au bruit. Je suis contente des courses que j'ai faites depuis ma reprise. J'ai besoin de cette expérience des compétitions". Avec son frère, Stijn, Hanne Desmet s'entraîne depuis quelques années avec l'équipe néerlandaise de shorttrack à Heerenveen où elle habite. Avec succès, puis que la Belge est vice-championne du monde du 1.000m derrière la Néerlandaise Suzanne Schulting en mars dernier. (Belga)

Hanne Desmet se remet toujours progressivement de sa commotion cérébrale encourue à l'entraînement à Courmayeur en Italie début septembre. "Je peux patiner et participer à des compétitions, mais pas trop en suivant sinon j'ai mal à la tête", a confié la jeune Belge de 25 ans, mardi au lendemain d'un week-end à Leeuwarden aux Pays-Bas où se sont déroulées quelques courses non-officielles. "Je peux m'entraîner à fond, mais si je commence à voir des étoiles, je dois faire très attention. Je suis encore très sensible à la lumière et au bruit. Je suis contente des courses que j'ai faites depuis ma reprise. J'ai besoin de cette expérience des compétitions". Avec son frère, Stijn, Hanne Desmet s'entraîne depuis quelques années avec l'équipe néerlandaise de shorttrack à Heerenveen où elle habite. Avec succès, puis que la Belge est vice-championne du monde du 1.000m derrière la Néerlandaise Suzanne Schulting en mars dernier. (Belga)