C'est surement la nouvelle retentissante de la semaine : Zinedine Zidane, roi de Madrid, est venu reprendre son trône. Un trône qu'il avait abandonné en mai dernier après avoir remporté une troisième Ligue des Champions en trois ans. "Je suis revenu parce que le président m'a appelé et que j'aime ce club", a déclaré Zidane. Son attachement pour Madrid, en général, et pour le Real, en particulier, n'était d'ailleurs un secret pour personne. Au moment de prendre la parole, une impression de déjà-vu plane sur la salle de presse. Trois ans et deux mois auparavant, Zidane était nommé entraineur du Real Madrid pour la première fois...

Lors de la conférence d'hier, c'est un Zidane serein et en forme qui a remplacé le jeune entraineur, un peu déboussolé, d'il y a trois ans.

Les premiers contacts dateraient de mercredi dernier. Après l'affront subi par le "plus grand club du monde" (éliminé des huitièmes de finale de la Ligue des Champions par l'Ajax), Florentino Pérez aurait lui-même appelé le Français. Et comme Zidane et Pérez l'ont martelé hier en conférence de presse, ces deux-là sont liés à la vie à la mort. C'est donc sans hésiter que Zizou a accepté de relever le défi. "Tu es le meilleur du monde et tu reviens parmi nous. Tu représentes l'âme de notre club. Bon retour chez toi", terminait le président du Real en s'adressant à son nouvel entraineur.

Et pour ce retour, Zinédine Zidane sera entouré de la même équipe : David Bettoni, premier adjoint, Hamidou Msaidié, second adjoint, Antonio Pintus, préparateur physique, et Stéphane Plancque, technicien observateur seront la garde rapprochée du souverain madrilène. Mais la plus grosse révolution devra s'effectuer principalement sur le terrain. Lors de son premier passage, le technicien comptait sur Cristiano Ronaldo. Mais depuis le mois de juillet, le Portugais n'est plus là et le Real en souffre. Le point principal de la promesse de Florentino Pérez à Zidane se matérialisera donc sous la forme d'une enveloppe conséquente pour le prochain mercato. . De l'autre côté des Pyrénées, on parle de 500 millions d'euros.

Quels sont les projets de Zizou?

Il est évident que Zidane ne revient pas sur le banc sans avoir de réelles garanties de la part de son président. Si on connait l'omniprésence de Florentino Pérez dans le choix des joueurs qui composeront l'effectif, on se doute que cette fois, Zidane veut un contrôle total sur les entrées et sorties estivales.

"Des choses vont changer. Il faut le faire pour l'avenir du meilleur club du monde. Nous avons du temps, et cela c'est important", tels sont les mots du Marseillais au moment d'aborder le sujet de l'effectif hier en conférence de presse.

Au niveau des arrivées, le Français a posé deux conditions : il veut Eden Hazard et Kylian Mbappé. Et il est prêt à tout pour les obtenir. Le premier veut évoluer au Real Madrid depuis l'été dernier, même si il est toujours sous contrat jusqu'en 2020 avec Chelsea. Soucieux de passer un nouveau cap dans sa carrière, le capitaine des Diables Rouges ne veut pas rater le train pour Madrid. Seul bémol, mais d'une grande importance, l'interdiction de recruter de Chelsea qui pourrait s'opposer à un départ de son meilleur joueur.

Quant à Mbappé, c'est un fan de la "Casa Blanca" depuis sa plus tendre enfance et il n'a jamais caché que le fait d'évoluer avec le maillot blanc était un rêve pour lui. Florentino Pérez cherche un gros coup pour l'été et chiper la future star du football mondial à un concurrent direct au graal européen apparaitrait comme un tremblement de terre.

Deux autres postes sont à combler car la paire Modric-Kroos apparait exténuée, de même que celle Ramos-Varane. Le Real cherchera donc également un milieu et un défenseur central.

Bale le mal-aimé

Au niveau des départs, le premier nom qui vient est celui de Gareth Bale. Le Gallois ne cesse de décevoir les socios du club et a épuisé la patience du président madrilène. Celui qui est surnommé "le golfeur" par certains de ses coéquipiers, traine son spleen du côté de la capitale espagnole depuis qu'il n'est plus titulaire, et ne devrait plus faire long feu.

En revanche, l'avenir pourrait s'éclaircir pour Marcelo. Le latéral gauche placardisé depuis le début de la saison, et victime des performances du jeune Sergio Reguilón, ne compte que 14 matchs toutes compétitions confondues. Etant un des hommes forts du Real durant les deux saisons et demies du Français, il serait invraisemblable de voir le technicien français réservé le même sort au Brésilien. Pressenti à la Juventus depuis un petit mois, Marcelo pourrait se laisser convaincre de rester par l'homme qui lui a fait gagner trois Ligue des Champions.

Zidane revient comme un roi en son royaume, il a demandé les pleins pouvoirs et il les a obtenus. C'est donc cette fois-ci un projet bien plus ambitieux que lors de son premier passage au Real, et l'ancien capitaine de l'équipe de France est remonté à bloc.

Blaise Vanderlinden