Appelé à remplacer Guy Luzon remercié lundi, l'ancien milieu de terrain, entre autres, de Bordeaux et de Lokeren, est d'abord revenu sur l'éviction du coach israélien. Lors de la conférence de presse, qui s'est tenue mercredi en fin d'après-midi à Sclessin, il a reconnu: "Nous venons de vivre des moments durs et perturbants. On sait que cela arrive dans une carrière, mais ce n'est pas agréable. Cependant, l'échéance européenne qui se profile nous oblige à réagir très vite".

Ivan Vukomanovic a mis l'accent sur l'approche psychologique: "Affronter le numéro 2 de la Liga, tenant du titre, c'est en soi un moment privilégié. Les joueurs ont le devoir d'en être conscients. Par ailleurs, celui qui vient au Standard doit savoir qu'enfiler le maillot Rouche représente une responsabilité qu'il faut assumer. J'attends d'eux qu'ils montrent de la rage, ainsi que de la fierté. Leur révolte doit être autant individuelle que collective."

Concernant le délai fort court dont il dispose pour redresser l'équipe liégeoise, Ivan Vukomanovic remarque: "N'oublions pas qu'il existe une base. Tout changer peut apporter beaucoup de désordre. Je crois qu'il ne sert à rien de chambouler l'équipe. Cela risque au contraire de perturber davantage des éléments qui le sont déjà".

On sait toutefois que c'est Yohann Thuram qui défendra les filets du Standard en lieu et place de Eiji Kawashima. Eyong Enoh pourrait également faire son entrée dans le onze de départ.

"Nous allons sortir de cette mauvaise situation"

"Ce n'est pas la première fois et sans doute pas la dernière fois que je vis un moment comme celui-là. Les départs font aussi partie du football", dit Jelle Van Damme. "Je savais que si ce n'était pas pour cette semaine, ce serait plus tard. Mais il semblait impossible pour M.Luzon de continuer. Les circonstances devenaient trop mauvaises."

L'attitude pour le moins agressive du public a servi de déclencheur à l'issue du match perdu en championnat contre Zulte-Waregem dimanche dernier (1-2). "Pourtant, il faut rester calme. Les supporters doivent revenir à de meilleurs sentiments car je suis convaincu que nous pouvons et que nous allons sortir de cette mauvaise situation".

Jelle Van Damme n'évacue pas la responsabilité des joueurs dans la passe compliquée que traverse le Standard: "Retrouvons vite de la fierté car il est indiscutable que nous avons nos torts. Maintenant, chacun dans le club doit faire son job. Le nôtre est de jouer et d'obtenir des résultats".

"Je vais faire tourner 70% de mon effectif"

Unai Emery, le coach du FC Séville compte faire tourner son effectif jeudi face au Standard. "Je vais faire tourner 70% de mon effectif", a annoncé le coach des tenants du titre lors de la conférence de presse d'avant match qui s'est tenue mercredi soir à Sclessin.

Ce qui signifie clairement que c'est une sorte d'équipe réserve améliorée qui va se produire dans la cuvette liégeoise. Toutefois Unai Emery a immédiatement précisé dans la foulée que "L'Europa Ligue nous a apporté de merveilleuses joies, dans le passé". "Il n'est pas question de la snober car à mes yeux, tous les matches sont importants. Il faut toujours être le meilleur. Nos joueurs ont le devoir d'offrir un rendement optimal à chaque sortie. La rotation (jadis chère à Guy Luzon) permet de conserver un noyau en éveil, avec des garçons perpétuellement concernés. Mais elle offre aussi la possibilité de préserver certains éléments.

Unai Emery ajoute enfin: "Une victoire demain (jeudi) pourrait conditionner de façon essentielle le reste de la compétition dans le groupe G. Ce match au Standard constitue un tournant que nous devons bien négocier."

"En 2008, nous avions été dominés par le Standard"

Le capitaine (même s'il n'est plus totalement titulaire) du FC Séville, Fernando Navarro est revenu en pays de connaissance à Sclessin. "Je dois bien avouer que le Standard nous avait dominé (1-0)", se remémore Navarro. "Il y avait de forts bons jeunes dans cette formation: Defour, Fellaini, Witsel, Dalmat. Je constate qu'ils se sont remarquablement épanouis ailleurs. Nous savons que le Standard a changé et qu'il connaît des jours difficiles. Mais justement, l'Europa League peut lui permettre de rebondir et de se refaire une santé. Le Standard a toujours été un adversaire très difficile à manier. Surtout à domicile où son public est très chaud. Cependant nous n'avons pas le choix. Nous devons gagner."

Appelé à remplacer Guy Luzon remercié lundi, l'ancien milieu de terrain, entre autres, de Bordeaux et de Lokeren, est d'abord revenu sur l'éviction du coach israélien. Lors de la conférence de presse, qui s'est tenue mercredi en fin d'après-midi à Sclessin, il a reconnu: "Nous venons de vivre des moments durs et perturbants. On sait que cela arrive dans une carrière, mais ce n'est pas agréable. Cependant, l'échéance européenne qui se profile nous oblige à réagir très vite".Ivan Vukomanovic a mis l'accent sur l'approche psychologique: "Affronter le numéro 2 de la Liga, tenant du titre, c'est en soi un moment privilégié. Les joueurs ont le devoir d'en être conscients. Par ailleurs, celui qui vient au Standard doit savoir qu'enfiler le maillot Rouche représente une responsabilité qu'il faut assumer. J'attends d'eux qu'ils montrent de la rage, ainsi que de la fierté. Leur révolte doit être autant individuelle que collective."Concernant le délai fort court dont il dispose pour redresser l'équipe liégeoise, Ivan Vukomanovic remarque: "N'oublions pas qu'il existe une base. Tout changer peut apporter beaucoup de désordre. Je crois qu'il ne sert à rien de chambouler l'équipe. Cela risque au contraire de perturber davantage des éléments qui le sont déjà".On sait toutefois que c'est Yohann Thuram qui défendra les filets du Standard en lieu et place de Eiji Kawashima. Eyong Enoh pourrait également faire son entrée dans le onze de départ."Ce n'est pas la première fois et sans doute pas la dernière fois que je vis un moment comme celui-là. Les départs font aussi partie du football", dit Jelle Van Damme. "Je savais que si ce n'était pas pour cette semaine, ce serait plus tard. Mais il semblait impossible pour M.Luzon de continuer. Les circonstances devenaient trop mauvaises."L'attitude pour le moins agressive du public a servi de déclencheur à l'issue du match perdu en championnat contre Zulte-Waregem dimanche dernier (1-2). "Pourtant, il faut rester calme. Les supporters doivent revenir à de meilleurs sentiments car je suis convaincu que nous pouvons et que nous allons sortir de cette mauvaise situation".Jelle Van Damme n'évacue pas la responsabilité des joueurs dans la passe compliquée que traverse le Standard: "Retrouvons vite de la fierté car il est indiscutable que nous avons nos torts. Maintenant, chacun dans le club doit faire son job. Le nôtre est de jouer et d'obtenir des résultats".Unai Emery, le coach du FC Séville compte faire tourner son effectif jeudi face au Standard. "Je vais faire tourner 70% de mon effectif", a annoncé le coach des tenants du titre lors de la conférence de presse d'avant match qui s'est tenue mercredi soir à Sclessin.Ce qui signifie clairement que c'est une sorte d'équipe réserve améliorée qui va se produire dans la cuvette liégeoise. Toutefois Unai Emery a immédiatement précisé dans la foulée que "L'Europa Ligue nous a apporté de merveilleuses joies, dans le passé". "Il n'est pas question de la snober car à mes yeux, tous les matches sont importants. Il faut toujours être le meilleur. Nos joueurs ont le devoir d'offrir un rendement optimal à chaque sortie. La rotation (jadis chère à Guy Luzon) permet de conserver un noyau en éveil, avec des garçons perpétuellement concernés. Mais elle offre aussi la possibilité de préserver certains éléments.Unai Emery ajoute enfin: "Une victoire demain (jeudi) pourrait conditionner de façon essentielle le reste de la compétition dans le groupe G. Ce match au Standard constitue un tournant que nous devons bien négocier."Le capitaine (même s'il n'est plus totalement titulaire) du FC Séville, Fernando Navarro est revenu en pays de connaissance à Sclessin. "Je dois bien avouer que le Standard nous avait dominé (1-0)", se remémore Navarro. "Il y avait de forts bons jeunes dans cette formation: Defour, Fellaini, Witsel, Dalmat. Je constate qu'ils se sont remarquablement épanouis ailleurs. Nous savons que le Standard a changé et qu'il connaît des jours difficiles. Mais justement, l'Europa League peut lui permettre de rebondir et de se refaire une santé. Le Standard a toujours été un adversaire très difficile à manier. Surtout à domicile où son public est très chaud. Cependant nous n'avons pas le choix. Nous devons gagner."