Avez-vous déjà entendu parler de l' Instituto Vini Jr? Probablement pas. Il s'agit d'un organisme qui veut utiliser la technologie et le sport pour former les jeunes Brésiliens et arriver à davantage d'égalité au Brésil. Le fondateur et mécène de l'institut n'est autre que Vinícius Júnior (21 ans), l'ailier du Real Madrid.
...

Avez-vous déjà entendu parler de l' Instituto Vini Jr? Probablement pas. Il s'agit d'un organisme qui veut utiliser la technologie et le sport pour former les jeunes Brésiliens et arriver à davantage d'égalité au Brésil. Le fondateur et mécène de l'institut n'est autre que Vinícius Júnior (21 ans), l'ailier du Real Madrid. "Nous avons besoin de davantage de médecins, d'avocats et d'ingénieurs qui ont grandi dans les favelas", explique Vini dans The Guardian. "N'est-il pas merveilleux de pouvoir sortir des enfants de la pauvreté en leur offrant une éducation?" Le jeune Auriverde, qui a lui-même grandi dans les bidonvilles, s'est inspiré des actions d'autres sportifs de haut niveau comme MarcusRashford et LewisHamilton. Durant son enfance, les parents de Vini aussi éprouvent des difficultés à réunir chaque mois l'argent pour l'école. Et la qualité des établissements laisse également à désirer. "J'ai de très bons souvenirs de l'école, mais c'était surtout parce que j'y jouais beaucoup au football", rigole le joueur. "Au Brésil, il y a toujours d'énormes disparités au niveau de l'alphabétisation." En combinant la formation, la technologie et le football, il espère aider les enfants issus de milieux pauvres à avoir une meilleure vie. Vinícius a dès lors investi dans le développement de Base, une application qui doit aider les élèves. Elle a été utilisée pour la première fois à l'école São Gonçalo, qu'il a fréquentée. BrunaFerreiraMatos, une élève de huit ans, se montre enthousiaste. "On trouve de nombreux puzzles dans l'application", dit-elle dans The Guardian. "Pour moi, c'est plus facile d'apprendre avec Base que dans les livres. J'aimerais l'utiliser plus souvent." Il est clair que Vinícius Júnior soigne son image. La jeune star a engagé pas moins de 39 personnes pour s'occuper de ses réseaux sociaux, de sa santé mentale et physique, de son alimentation, etc. Il est aussi un fervent partisan du mouvement Black Lives Matter. Par le passé, les supporters adverses le surnommaient souvent Neguebinha, une allusion à GuilhermeNegueba, un grand espoir noir de Flamengo qui n'a jamais percé. "Nous devons lutter contre le racisme et tout ce qui est utilisé pour diviser", dit le joueur du Real. Vinicíus a grandi dans les favelas près de São Gonçalo, un quartier populaire de la banlieue de Rio de Janeiro. Sa famille vit à l'époque dans une toute petite maison. Fan de Robinho, il y reproduit ses gestes et prend son pied au futsal. C'est là que tout commence pour lui. Ce n'est que plus tard que ses parents l'inscrivent à un entraînement sur le terrain d'une école locale, liée à l'académie de Flamengo. Ses coaches sont directement convaincus par le potentiel de ce garçon au large sourire. Même face à des joueurs plus âgés, il fait preuve de beaucoup d'aisance. Il est donc logique qu'il effectue ses débuts en équipe première dès l'âge de 17 ans. Deux jours plus tard, son contrat est prolongé et le montant de sa clause de départ revu à la hausse. Car Vinícius vient à peine de se montrer que de nombreux grands clubs européens marquent déjà leur intérêt. Parmi eux, le Real Madrid et le FC Barcelone. Depuis tout petit, Vinícius est fan du Barça, l'équipe avec laquelle il joue à FIFA. En 2017, c'est pourtant le Real qui emporte le morceau. Dix jours à peine après son premier match à Flamengo, le deal est conclu. Le transfert n'a cependant lieu qu'un an plus tard, car il faut attendre que Vinícius ait 18 ans. Ça lui laisse le temps de mûrir dans son club brésilien. Le prix de la transaction est élevé: 45 millions, ce qui fait de lui le joueur de 19 ans le plus cher de l'histoire. Lors de sa dernière conférence de presse à Flamengo, il ne parvient pas à contenir ses larmes. Il affirme qu'en signe de remerciement, il espère revenir terminer sa carrière au sein du club où tout a commencé pour lui. Avec Casemiro et Marcelo, Vinícius est bien encadré au Real. Plus tard, Rodrygo et EderMilitão le rejoignent. Le 29 septembre 2018, Vini effectue ses débuts au stade Bernabéu. Il monte au jeu à deux minutes de la fin du derby madrilène (0-0). La saison suivante, il gagne progressivement du temps de jeu et améliore ses statistiques ( voir encadré), sans toutefois percer véritablement. Ce n'est que cette saison, sous la direction de CarloAncelotti, qu'il allie créativité et rendement. Actuellement, c'est lui qui maintient EdenHazard sur le banc. Et avec la forme qui est la sienne, il sera difficile de faire changer les choses. Le Brésilien est surtout très fort en un contre un. Ses dribbles donnent le tournis à toutes les défenses. De plus, il est très rapide, surtout en contre. Cette saison, il est aussi beaucoup plus précis à la conclusion. Avec onze buts et sept assists, ses statistiques sont impressionnantes. Il est même le deuxième buteur de La Liga, derrière KarimBenzema. C'est dû au fait qu'il tire plus souvent au but, et de plus en plus près, ce qui augmente ses chances de succès. Sans oublier que ses actions et ses centres apportent souvent le danger. Il dribble de plus en plus haut et son placement est meilleur. Si KylianMbappé débarque, il aura de la concurrence, même si le Français peut jouer en pointe et remplacer Benzema, qui aura tout de même 34 ans ce mois-ci. À Madrid, Vinicius Júnior vit avec sa famille et ses amis. C'est un garçon très sensible pour qui la famille est sacrée. Ce sont ses parents qui gèrent ses finances. Son contrat prend fin en 2024, mais on parle déjà de prolongation et d'augmentation de salaire, qui pourrait faire de lui l'un des joueurs les mieux payés du club. Actuellement, il gagne toujours la même chose qu'à ses débuts au Real (huit millions d'euros par an, tout de même), mais ça ne l'empêche pas de dormir. "Beaucoup de joueurs seraient prêts à payer pour être à ma place", dit-il dans le journal espagnol AS. "Je ne me tracasse pas. Je joue dans le meilleur club du monde. Je veux faire une carrière comme celles de CristianoRonaldo, SergioRamos et Marcelo. Je veux rester longtemps, comme eux." Dans les équipes d'âge de la Seleção, on a toujours considéré Vinícius Júnior comme un grand espoir. À la Copa América U17 2017, remportée par le Brésil, Vinícius a inscrit sept buts et a été sacré meilleur joueur du tournoi. Entre-temps, il compte déjà neuf sélections en équipe A, même s'il a souvent été remplaçant et n'a pas encore inscrit le moindre but. Lors de la dernière trêve internationale, il n'avait d'abord pas été repris par le sélectionneur brésilien Tite. Dans sa forme actuelle, c'était pour le moins étrange. Tite avait déclaré que sur le flanc gauche, il n'était que le troisième choix, après LucasPaquetá (24 ans) de Lyon et Antony (21 ans), de l'Ajax. Finalement, il a quand même été appelé pour pallier la blessure de RobertoFirmino. Contre l'Argentine (0-0), il a signé une action formidable qui a donné un peu de couleur au match. Pourtant, Vinícius Júnior est encore loin d'avoir convaincu Tite. Il n'en est pas moins ambitieux: "Je veux disputer la prochaine Coupe du monde et j'espère la gagner. Je travaille dur chaque jour dans l'espoir d'être sélectionné."