Depuis début janvier et un stage au Qatar qui l'a un peu démoli, Daniel Van Buyten a plus côtoyé les kinés et les osthéopathes que Pep Guardiola. Mais il revient. En début de semaine passée, il a retrouvé le groupe du Bayern. Prochain objectif: reprendre du temps de jeu en espérant être pleinement opérationnel pour le match du mois de mars contre la Côte-d'Ivoire. Il a un peu le même rôle à Munich que chez les Diables: il est le troisième choix du coach alors qu'il y a deux places en défense centrale. Mais il a encore disputé la moitié des matches éliminatoires pour la Coupe du Monde parce qu'il est moins souvent blessé que Kompany et Vermaelen. Idem au Bayern, où il a fait des apparitions régulières, y compris en Ligue des Champions.

Cette semaine, Sport Foot Magazine détaille la galaxie Van Buyten et s'intéresse aux rencontres les plus marquantes et les plus décisives de sa carrière. Waseige, qui l'a lancé en D1 belge, en fait évidemment partie. Il y a aussi Ivic qui l'a transformé en défenseur au Standard, Wilmots qu'il a déjà côtoyé comme coéquipier en sélection, et l'inévitable Franck Ribéry. Daniel Van Buyten nous dit, en parlant du Français : "On le connaît super mal, en tout cas en France. Aussi dans d'autres pays. On le considère comme un gars peu ouvert alors que c'est tout le contraire. Les Allemands l'ont compris entre-temps. Ribéry parle très peu à la presse française à cause des fameux incidents d'il y a quelques années, mais ici, il s'exprime. Aussi parce que le Bayern l'y oblige. Les médias allemands ont compris depuis longtemps qu'il avait plein d'humour. Ribéry et moi, on s'entend super bien parce qu'on a les mêmes délires. Mais attention, il ne faut pas l'ennuyer sur n'importe quoi."

Pierre Danvoye Retrouvez l'intégralité du reportage consacré à la galaxie Van Buyten dans Sport Foot Magazine de ce mercredi.

Depuis début janvier et un stage au Qatar qui l'a un peu démoli, Daniel Van Buyten a plus côtoyé les kinés et les osthéopathes que Pep Guardiola. Mais il revient. En début de semaine passée, il a retrouvé le groupe du Bayern. Prochain objectif: reprendre du temps de jeu en espérant être pleinement opérationnel pour le match du mois de mars contre la Côte-d'Ivoire. Il a un peu le même rôle à Munich que chez les Diables: il est le troisième choix du coach alors qu'il y a deux places en défense centrale. Mais il a encore disputé la moitié des matches éliminatoires pour la Coupe du Monde parce qu'il est moins souvent blessé que Kompany et Vermaelen. Idem au Bayern, où il a fait des apparitions régulières, y compris en Ligue des Champions. Cette semaine, Sport Foot Magazine détaille la galaxie Van Buyten et s'intéresse aux rencontres les plus marquantes et les plus décisives de sa carrière. Waseige, qui l'a lancé en D1 belge, en fait évidemment partie. Il y a aussi Ivic qui l'a transformé en défenseur au Standard, Wilmots qu'il a déjà côtoyé comme coéquipier en sélection, et l'inévitable Franck Ribéry. Daniel Van Buyten nous dit, en parlant du Français : "On le connaît super mal, en tout cas en France. Aussi dans d'autres pays. On le considère comme un gars peu ouvert alors que c'est tout le contraire. Les Allemands l'ont compris entre-temps. Ribéry parle très peu à la presse française à cause des fameux incidents d'il y a quelques années, mais ici, il s'exprime. Aussi parce que le Bayern l'y oblige. Les médias allemands ont compris depuis longtemps qu'il avait plein d'humour. Ribéry et moi, on s'entend super bien parce qu'on a les mêmes délires. Mais attention, il ne faut pas l'ennuyer sur n'importe quoi." Pierre Danvoye Retrouvez l'intégralité du reportage consacré à la galaxie Van Buyten dans Sport Foot Magazine de ce mercredi.