Tout a commencé il y a dix mois avec une interpellation adressée par écrit à la fédération hollandaise par deux jeunes adultes, Boni Jon et Dana Verhaeren. Au nom d'un groupe de LHBTI - l'abréviation pour lesbiennes, homosexuels, bisexuels, transgenres et intersexes - ils soulignaient le fait que les mots crus entendus dans les stades de football empêchaient de plus en plus de jeunes footballeurs de faire leur coming out.
...

Tout a commencé il y a dix mois avec une interpellation adressée par écrit à la fédération hollandaise par deux jeunes adultes, Boni Jon et Dana Verhaeren. Au nom d'un groupe de LHBTI - l'abréviation pour lesbiennes, homosexuels, bisexuels, transgenres et intersexes - ils soulignaient le fait que les mots crus entendus dans les stades de football empêchaient de plus en plus de jeunes footballeurs de faire leur coming out. Dans des déclarations à Inside Veronica, Johan Derksen, consultant et ex-rédacteur en chef de Voetbal International, estimait qu'il était " tout à fait normal ", qu'on s'inquiète de la recrudescence de l'homophobie dans les stades de football. Mais il ajoutait que les auteurs de la lettre étaient " deux jeunes homos hystériques " qui devaient " devenir des hommes. " " Il faut arrêter de dire qu'il est difficile de faire son coming out. Quand on a du caractère, on ose. " Cette dernière phrase, surtout, a suscité des réactions en chaîne. Ingrid van Engelshoven, ministre de l'Education, de la Culture et des Sciences, ne décolère pas. " Bien entendu, tout le monde a le droit de dire ce qu'il pense ", dit-elle dans Voetbal International. " Mais ici, on parle d'une lettre d'un jeune homme qui dit combien il est difficile de faire son coming out. Surtout lorsqu'il s'agit de football. En banalisant cela, on fait du tort à beaucoup de monde. " Pour Van Engelshoven, le football professionnel a un grand rôle à jouer pour briser le tabou de l'homosexualité. Bien que 70 % des (semi-) pros hollandais estiment qu'il n'est pas grave que quelqu'un fasse son coming out, personne ne l'a encore fait. Dans le football masculin du moins. " C'est tout de même interpellant ", dit Van Engelshoven. " Nous avons besoin d'exemples. Nous restons sur une année formidable pour le football féminin et là, on constate qu'il n'y a pas de problème. Prenons exemple. " Elle poursuit : " Nous sommes à la recherche du premier footballeur pro qui veut servir d'exemple en faisant publiquement son coming out. Je conçois parfaitement que cela demande du courage de la part de cette personne et que celle-ci doit être entourée. Je serais très heureuse que des clubs prennent l'initiative. Nous avons, aux Pays-Bas, des communautés arc-en-ciel qui, grâce à leur label, signalent qu'elle veulent assurer une sécurité sociale aux LBHTI. J'espère que les clubs de football lèveront le doigt et diront : nous voulons être un club arc-en-ciel. "