Le premier fait de match, après 1:12 de jeu à peine, aura été extra-sportif, une panne d'électricité obligeant l'arbitre russe Anastasia Pustovoitova à interrompre la partie. A la reprise, après une pause longue de cinq grosses minutes, c'est la Suisse qui a pris le premier quart d'heure à son compte.

Peu à peu rentrée dans la partie, l'équipe d'Ives Serneels a ouvert le score sur sa première possibilité. Bien trouvée par Laura Deloose dans la profondeur, Tessa Wullaert a eu tout le loisir de centrer vers Tine De Caigny, dont la tête a devancé la gardienne adverse (1-0, 24e), très peu autoritaire dans son petit rectangle.

Orpheline de sa capitaine Lia Wälti, sortie à la suite d'un coup à la tête, la Suisse va perdre pied. Après des occasions pour Marie Minnaert, sur un bon centre de Deloose (41e), et une transversale de Wullaert (45e), les Belges ont doublé l'écart juste avant la pause.

Le jusqu'au-boutisme de Wullaert a été la clé de ce deuxième but. L'attaquante d'Anderlecht a sauvé la balle de la sortie et trouvé Janice Cayman, qui a glissé à De Caigny, dont la frappe en un temps n'a laissé aucune chance à Elvira Herzog (2-0, 45e+1).

Battues à Thoune fin septembre (2-1), les Red Flames ont géré leur avance au retour des vestiaires. Bien en place défensivement, elles ont concédé un premier tir cadré à la 68e minute mais Justine Odeurs a bien arrêté la tête de Fabienne Humm.

Déjà en faute sur le premier goal, la gardienne adverse a loupé son intervention sur un corner de Wullaert, offrant le 3e but à la Belgique et le 50e chez les Flames pour la triple Soulier d'Or (3-0, 73e).

En contre, Janice Cayman a encore alourdi le score d'une frappe du droit après un bel effort en solitaire (4-0, 85e). La Suisse a pris en l'espace d'une rencontre deux fois plus de goals que lors de ses sept premiers duels dans ce groupe H.

Ce sera le deuxième Euro de rang pour la Belgique. En 2017, les Red Flames avaient été éliminées à l'issue de la phase de groupes du tournoi organisé aux Pays-Bas. Les Belges avaient d'ailleurs fait douter les Néerlandaises, futures lauréates.

Les Belges ont maintenant plus d'un an et demi pour se préparer au rendez-vous anglais. L'épreuve devait se tenir à l'été 2021 mais a été repoussée en 2022 pour ne pas concurrencer l'Euro masculin, désormais programmé en 2021 en raison de la pandémie de coronavirus.

Ives Serneels : "Une campagne historique"

Ives Serneels était un sélectionneur comblé après la démonstration belge contre la Suisse et la qualification pour l'Euro 2022 de football. Les Red Flames, incroyablement efficaces, se sont imposées 4-0 mardi soir à Louvain. "Remporter un groupe qualificatif pour un championnat d'Europe n'est jamais arrivé", a-t-il insisté en conférence de presse. "Notre campagne a été fantastique."

Le technicien de l'équipe nationale a souligné le caractère historique de la campagne des Flames. "Nous terminons à la première place du groupe avec 21 points et une différence de buts de +32. C'est énorme, historique. Je suis vraiment très heureux." "Nous avons signé une prestation collective de très haut niveau. C'est compliqué de mettre vraiment une joueuse en avant", a encore analysé Ives Serneels, ravi de la réaction de sa phalange malgré dix premières minutes compliquées. "La Suisse a bien débuté le match. Mais j'ai été très content de voir que mes joueuses ont rapidement pu avoir un déclic."

La Belgique termine donc en tête de son groupe, deux longueurs devant la Suisse. "Je suis très fier de ce que nous avons réalisé, mes joueuses ont effectué un travail fantastique ces derniers mois. C'est un jour historique pour le football féminin en Belgique", a ajouté Serneels. Le sélectionneur, en place depuis 2011, estime que son groupe peut encore évoluer. "Nous avons un très bon mélange entre jeunesse et expérience afin d'encore franchir une étape."

Ce match contre la Suisse constitue peut-être une référence pour l'équipe nationale. "La Suisse est une équipe qui a déjà joué de grands tournois. Voir que notre équipe est capable de jouer à ce niveau contre un tel adversaire doit nous donner confiance. C'est bien de voir que nous pouvons jouer avec beaucoup de maturité, garder notre calme et prendre confiance au fil d'un match."

Le premier fait de match, après 1:12 de jeu à peine, aura été extra-sportif, une panne d'électricité obligeant l'arbitre russe Anastasia Pustovoitova à interrompre la partie. A la reprise, après une pause longue de cinq grosses minutes, c'est la Suisse qui a pris le premier quart d'heure à son compte. Peu à peu rentrée dans la partie, l'équipe d'Ives Serneels a ouvert le score sur sa première possibilité. Bien trouvée par Laura Deloose dans la profondeur, Tessa Wullaert a eu tout le loisir de centrer vers Tine De Caigny, dont la tête a devancé la gardienne adverse (1-0, 24e), très peu autoritaire dans son petit rectangle. Orpheline de sa capitaine Lia Wälti, sortie à la suite d'un coup à la tête, la Suisse va perdre pied. Après des occasions pour Marie Minnaert, sur un bon centre de Deloose (41e), et une transversale de Wullaert (45e), les Belges ont doublé l'écart juste avant la pause. Le jusqu'au-boutisme de Wullaert a été la clé de ce deuxième but. L'attaquante d'Anderlecht a sauvé la balle de la sortie et trouvé Janice Cayman, qui a glissé à De Caigny, dont la frappe en un temps n'a laissé aucune chance à Elvira Herzog (2-0, 45e+1). Battues à Thoune fin septembre (2-1), les Red Flames ont géré leur avance au retour des vestiaires. Bien en place défensivement, elles ont concédé un premier tir cadré à la 68e minute mais Justine Odeurs a bien arrêté la tête de Fabienne Humm. Déjà en faute sur le premier goal, la gardienne adverse a loupé son intervention sur un corner de Wullaert, offrant le 3e but à la Belgique et le 50e chez les Flames pour la triple Soulier d'Or (3-0, 73e). En contre, Janice Cayman a encore alourdi le score d'une frappe du droit après un bel effort en solitaire (4-0, 85e). La Suisse a pris en l'espace d'une rencontre deux fois plus de goals que lors de ses sept premiers duels dans ce groupe H. Ce sera le deuxième Euro de rang pour la Belgique. En 2017, les Red Flames avaient été éliminées à l'issue de la phase de groupes du tournoi organisé aux Pays-Bas. Les Belges avaient d'ailleurs fait douter les Néerlandaises, futures lauréates. Les Belges ont maintenant plus d'un an et demi pour se préparer au rendez-vous anglais. L'épreuve devait se tenir à l'été 2021 mais a été repoussée en 2022 pour ne pas concurrencer l'Euro masculin, désormais programmé en 2021 en raison de la pandémie de coronavirus.