"Le dopage n'a aucune place dans le sport, je le désapprouve complètement. C'est aussi vrai dans ma carrière de joueur que ça le reste aujourd'hui dans mon rôle de sélectionneur", a déclaré mardi Joachim Löw à l'agence d'informations sportives SID.

La réaction de Löw, sacré entraîneur FIFA de l'année après avoir conduit l'Allemagne au sacre mondial, était attendue depuis la révélation lundi d'un système de dopage "à grande échelle" aux anabolisants en ex-Allemagne de l'Ouest.

Dans un communiqué, la commission d'évaluation sur la médecine du sport basée à Fribourg avait mis en cause le club de Stuttgart et, dans une moindre mesure, celui de Fribourg, pour leurs pratiques dopantes "à la fin des années 1970 et au début des années 1980".

Or, Joachim Löw a été milieu de terrain à Fribourg de 1978 à 1980 et de 1982 à 1984, avec un interlude à Stuttgart lors de la saison 1980-1981, avant d'entraîner ce dernier club.

"Le dopage n'a aucune place dans le sport, je le désapprouve complètement. C'est aussi vrai dans ma carrière de joueur que ça le reste aujourd'hui dans mon rôle de sélectionneur", a déclaré mardi Joachim Löw à l'agence d'informations sportives SID.La réaction de Löw, sacré entraîneur FIFA de l'année après avoir conduit l'Allemagne au sacre mondial, était attendue depuis la révélation lundi d'un système de dopage "à grande échelle" aux anabolisants en ex-Allemagne de l'Ouest.Dans un communiqué, la commission d'évaluation sur la médecine du sport basée à Fribourg avait mis en cause le club de Stuttgart et, dans une moindre mesure, celui de Fribourg, pour leurs pratiques dopantes "à la fin des années 1970 et au début des années 1980".Or, Joachim Löw a été milieu de terrain à Fribourg de 1978 à 1980 et de 1982 à 1984, avec un interlude à Stuttgart lors de la saison 1980-1981, avant d'entraîner ce dernier club.