Yeovil Town menait 1-0 et venait de bénéficier d'un penalty quand des incidents ont éclaté entre ses supporters venus en nombre, massés derrière le but, et le gardien camerounais de Haringey, Douglas Valery Pajetat.

Selon un témoin cité par l'agence PA, le gardien s'est approché des supporters pour discuter et des objets lui ont été lancés par ces derniers.

Les joueurs des deux équipes ont essayé de calmer le jeu mais l'entraîneur de Haringey a demandé à ses joueurs de quitter le terrain, a ajouté ce témoin.

Ils ont été immédiatement suivis par ceux de Yeovil. Quelques instants plus tard, les deux équipes sont revenues sur la pelouse applaudir les supporters qui s'étaient bien comportés mais le match a été définitivement interrompu.

"Le match a été arrêté à la suite d'insultes racistes. Il faut souligner que 99,9% des supportes de Yeovil sont aussi dégoûtés par ce qui s'est passé que nous", a écrit le club de Haringey Borough sur son compte Twitter.

L'ONG "Kick It Out", qui combat le racisme dans le football a loué la réaction "rapide et déterminée" de l'entraîneur de Haringey, Tom Loizou, et de ses joueurs.

Kick It Out l'a comparée à celle de l'équipe d'Angleterre en Bulgarie il y a cinq jours, lorsque ses joueurs noirs ont été la cible de cris racistes lors d'un match éliminatoire pour l'Euro-2020.

S'ils n'ont pas quitté le terrain, les joueurs et le staff anglais ont immédiatement averti les officiels des incidents. Plusieurs hommes ont été arrêtés par la police bulgare pour leur participation présumée à ces incidents.

L'UEFA a également ouvert une enquête qui pourrait déboucher sur de nouvelles sanctions contre la Bulgarie, dont le stade était déjà partiellement fermé pour ses raisons similaires.