Sept buts et cinq assists en neuf matches de Primera Liga : Lionel Messi (31 ans) a encore prouvé qu'il était incontournable au FC Barcelone. Le week-end dernier, il a plié le match contre Séville, le leader, d'un but et d'un assist avant de quitter le terrain, victime d'une fracture du coude, à la 26e. Dimanche, pour la première fois depuis des lustres, le clasico se déroulera sans Messi ni Cristiano Ronaldo.

L'absence de l'Argentin n'est pas le seul souci du Barça. Les hommes d'Ernesto Valverde ont déjà encaissé onze buts en neuf matches et c'est trop. Valverde doit sans cesse remanier sa dernière ligne, Samuel Umtiti et Thomas Vermaelen étant en méforme tandis que Clément Lenglet, nouveau, et Gerard Piqué ne forment pas encore un duo central impeccable. Seule éclaircie, la forme de Marc-André ter Stegen, qui a encore effectué plusieurs interventions cruciales contre le FC Séville.

Mais si le FC Barcelone prend un peu l'eau, le Real est carrément un navire sans capitaine, qui risque le naufrage. Après la défaite 1-2 du Real contre Levante, le troisième revers déjà en championnat, les jours de Julen Lopetegui sont comptés. L'entraîneur basque ne parvient pas à sortir son équipe de la spirale négative dans laquelle elle a été aspirée suite à sa défaite 3-0 à Séville fin septembre.

Début octobre, le revers 1-0 du Real au CSKA Moscou a aggravé la situation, d'autant que d'après les rumeurs, le président Florentino Perez aurait fait de la Ligue des Champions son principal objectif. Une partie de la presse ibérique écrit qu' Antonio Conte est déjà prêt à remplacer Lopetegui. Il serait aussi possible que Santiago Solari, l'entraîneur du Real Madrid Castilla, assure l"intérim jusque fin décembre.

Cependant, ce n'est pas l'entraîneur qui est à l'origine du malaise mais le président. C'est lui qui a poussé CR7 vers la sortie, sans enrôler de remplaçant. Perez convoitait Neymar mais transférer le Brésilien du PSG était tout sauf une sinécure. En outre, en lui offrant un salaire annuel net de 50 millions, l'été, il aurait fâché une grande partie du vestiaire, à commencer par les anciens, qui sont toujours en contact avec Ronaldo.

Le Portugais leur aurait raconté que ce n'était pas lui qui avait décidé de quitter le club, lequel avait refusé de renouveler son contrat pendant sept mois. Le Real ne lui offrait que 28 millions par an alors qu'il pouvait en gagner trente à la Juventus. Plusieurs joueurs craignent donc que Perez ne veuille renouveler le vestiaire, d'après le quotidien El Pais. Le véritable problème du Real pour l'heure serait donc le mécontentement de piliers comme Marcelo, Kroos, Casemiro et Modric.

Par Steve Van Herpe