- Le choc: OM-OL, ça chauffe! -

"L'Olympico" reste ces dernières années un grand moment de chaque saison de Ligue 1, souvent serré, parfois spectaculaire mais aussi très chaud en tribunes. Positionné en fin de saison comme dimanche (20h45), il en devient plus alléchant encore, même si les deux formations ne semblent pas lutter dans la même catégorie.

Marseille, 2e, compte 13 points de plus que Lyon, reste en course pour un trophée européen (la Ligue Europa Conférence) malgré son revers 3-2 à Feyenoord en demi-finale aller jeudi et tient la corde pour décrocher la deuxième place, synonyme de billet direct pour la Ligue des champions la saison prochaine, aux côtés du champion de France, le Paris SG. "Cela sera encore difficile face à une équipe habituée à lutter pour l'Europe. Il faudra que nous restions tous mobilisés", a annoncé l'entraîneur Jorge Sampaoli.

Quant à Lyon, sa 8e place l'oblige à un sans-faute, car la dernière place qualificative pour l'Europe (la 5e) est déjà cinq points devant, à moins d'un carambolage de résultats rendant la 6e place européenne. Les hommes de Peter Bosz vivent une fin de saison paradoxale: capables de s'offrir des démonstrations offensives, comme lors de leurs deux derniers matches à domicile (6-1 puis 5-2 contre Bordeaux et Montpellier), ils déjouent aussi assez régulièrement, comme à Brest le 20 avril (défaite 2-1).

La rencontre est aussi sous tension en tribunes, après le jet de bouteille ayant atteint Dimitri Payet au match aller fin octobre, un incident ayant causé le report du match, finalement gagné par l'OL (2-1), tout en ayant écopé d'un point de pénalité dans le dossier.

- Le joueur: Wahbi Khazri, l'ASSE compte sur lui -

Blessé et absent pendant deux matches début avril, Wahbi Khazri a assisté de loin aux gifles reçues par Saint-Etienne contre Marseille (4-2) et à Lorient (6-2). Voici le Tunisien revenu aux affaires, avec de l'impact: le capitaine des Verts a retrouvé le chemin des filets le week-end dernier malgré la défaite contre Monaco (4-1), et sa titularisation quelques jours plus tôt contre Brest avait été synonyme de victoire (2-1).

Auteur de dix buts cette saison en Championnat, Khazri porte les espoirs de maintien de Saint-Etienne, 18e et barragiste, à deux longueurs de Clermont, 17e. "L'équipe et le groupe ne vont rien lâcher jusqu'au bout", a promis l'attaquant de 31 ans après le nul à Bordeaux (2-2) le 20 avril.

Alors qu'il sera suspendu lors de la prochaine journée à Nice pour une accumulation de cartons jaunes, Khazri a 90 minutes pour faire la différence samedi (21h00) à Rennes, son ancien club (2017-2018), un autre gros calibre du championnat (3e), en quête d'une qualification pour la Ligue des champions.

- Le chiffre: 55 buts d'écart, le gouffre -

Perméabilité contre solidité: Bordeaux-Nice, dimanche (17h05), pourrait se résumer ainsi. A domicile, une équipe girondine en total délitement, 19e de L1 et incapable de colmater les brèches. A l'extérieur, des Niçois en manque d'inspiration offensive mais toujours solidaires dans leur quête de "clean sheets".

La conséquence statistique est vertigineuse: Bordeaux a encaissé 55 buts de plus que Nice cette saison en 34 matches, soit un peu plus d'1,6 but d'écart par match. Avec 84 buts encaissés, la pire défense des cinq grands championnats européens bat des records. Jamais une équipe n'avait cédé autant de fois en L1 ces 40 dernières années... sur toute une saison. "C'est toute notre difficulté, on ne sait pas tenir un résultat en ce moment. On a pourtant soulevé le problème à l'entraînement, avant le match, à la mi-temps...", pestait l'entraîneur David Guion après la défaite 5-3 à Nantes dimanche au bout d'un match fou.

En face, le Gym (29 buts encaissés) n'est pas dans la meilleure phase de sa saison, mais avec une 5e place, il conserve encore ses chances d'accrocher l'Europe, soit en L1, soit via la finale de Coupe de France le 7 mai contre Nantes.

- Le choc: OM-OL, ça chauffe! -"L'Olympico" reste ces dernières années un grand moment de chaque saison de Ligue 1, souvent serré, parfois spectaculaire mais aussi très chaud en tribunes. Positionné en fin de saison comme dimanche (20h45), il en devient plus alléchant encore, même si les deux formations ne semblent pas lutter dans la même catégorie.Marseille, 2e, compte 13 points de plus que Lyon, reste en course pour un trophée européen (la Ligue Europa Conférence) malgré son revers 3-2 à Feyenoord en demi-finale aller jeudi et tient la corde pour décrocher la deuxième place, synonyme de billet direct pour la Ligue des champions la saison prochaine, aux côtés du champion de France, le Paris SG. "Cela sera encore difficile face à une équipe habituée à lutter pour l'Europe. Il faudra que nous restions tous mobilisés", a annoncé l'entraîneur Jorge Sampaoli.Quant à Lyon, sa 8e place l'oblige à un sans-faute, car la dernière place qualificative pour l'Europe (la 5e) est déjà cinq points devant, à moins d'un carambolage de résultats rendant la 6e place européenne. Les hommes de Peter Bosz vivent une fin de saison paradoxale: capables de s'offrir des démonstrations offensives, comme lors de leurs deux derniers matches à domicile (6-1 puis 5-2 contre Bordeaux et Montpellier), ils déjouent aussi assez régulièrement, comme à Brest le 20 avril (défaite 2-1).La rencontre est aussi sous tension en tribunes, après le jet de bouteille ayant atteint Dimitri Payet au match aller fin octobre, un incident ayant causé le report du match, finalement gagné par l'OL (2-1), tout en ayant écopé d'un point de pénalité dans le dossier.- Le joueur: Wahbi Khazri, l'ASSE compte sur lui -Blessé et absent pendant deux matches début avril, Wahbi Khazri a assisté de loin aux gifles reçues par Saint-Etienne contre Marseille (4-2) et à Lorient (6-2). Voici le Tunisien revenu aux affaires, avec de l'impact: le capitaine des Verts a retrouvé le chemin des filets le week-end dernier malgré la défaite contre Monaco (4-1), et sa titularisation quelques jours plus tôt contre Brest avait été synonyme de victoire (2-1).Auteur de dix buts cette saison en Championnat, Khazri porte les espoirs de maintien de Saint-Etienne, 18e et barragiste, à deux longueurs de Clermont, 17e. "L'équipe et le groupe ne vont rien lâcher jusqu'au bout", a promis l'attaquant de 31 ans après le nul à Bordeaux (2-2) le 20 avril.Alors qu'il sera suspendu lors de la prochaine journée à Nice pour une accumulation de cartons jaunes, Khazri a 90 minutes pour faire la différence samedi (21h00) à Rennes, son ancien club (2017-2018), un autre gros calibre du championnat (3e), en quête d'une qualification pour la Ligue des champions. - Le chiffre: 55 buts d'écart, le gouffre -Perméabilité contre solidité: Bordeaux-Nice, dimanche (17h05), pourrait se résumer ainsi. A domicile, une équipe girondine en total délitement, 19e de L1 et incapable de colmater les brèches. A l'extérieur, des Niçois en manque d'inspiration offensive mais toujours solidaires dans leur quête de "clean sheets".La conséquence statistique est vertigineuse: Bordeaux a encaissé 55 buts de plus que Nice cette saison en 34 matches, soit un peu plus d'1,6 but d'écart par match. Avec 84 buts encaissés, la pire défense des cinq grands championnats européens bat des records. Jamais une équipe n'avait cédé autant de fois en L1 ces 40 dernières années... sur toute une saison. "C'est toute notre difficulté, on ne sait pas tenir un résultat en ce moment. On a pourtant soulevé le problème à l'entraînement, avant le match, à la mi-temps...", pestait l'entraîneur David Guion après la défaite 5-3 à Nantes dimanche au bout d'un match fou. En face, le Gym (29 buts encaissés) n'est pas dans la meilleure phase de sa saison, mais avec une 5e place, il conserve encore ses chances d'accrocher l'Europe, soit en L1, soit via la finale de Coupe de France le 7 mai contre Nantes.