Après la disparition du joueur, Cardiff avait décidé de ne pas honorer ce premier versement, alors qu'il avait été validé par les autorités du football avant l'accident. Nantes avait alors saisi la Fifa fin février pour réclamer la totalité du paiement du transfert.

"Nous nous félicitons de cette décision de la FIFA. Cardiff doit respecter ses engagements et les règles du droit du sport", a réagi le FC Nantes dans un communiqué de ses avocats transmis à l'AFP.

"Au-delà du drame humain qui a touché toute la communauté du sport avec la disparition d'Emiliano Sala, la FIFA vient de rappeler que la sécurité juridique des engagements pris par les clubs dans le cadre des transferts de joueurs doit être évidemment impérativement respectée", ajoutent les conseils du club présidé par l'homme d'affaires Waldemar Kita.

Trois échéances au total

La Fifa a précisé à l'AFP que la décision de ce lundi ne concernait "que le premier versement de 6 M EUR dû selon les termes du contrat", sur un montant total du transfert de 17 M EUR.

"Pour des raisons de confidentialité, nous ne pouvons apporter de commentaire sur les possibles futures échances ou sur d'autres conditions de l'accord", a ajouté la Fifa dans un second communiqué apportant des précisions.

Les deux prochaines échéances sont prévues en janvier 2020 (6 M EUR) et janvier 2021 (5 M EUR). L'ancien club de Sala, actuellement 2e ex-aequo du Championnat de France de Ligue 1, compte aussi en obtenir le paiement, aux dates prévues.

Un porte-parole du club de Cardiff a indiqué "prendre note" de la décision de la commission du statut du joueur, dans un communiqué transmis à l'AFP.

"Nous allons demander des clarifications à la Fifa sur la signification exacte de son communiqué afin de prendre une décision éclairée sur nos prochaines étapes", a-t-il ajouté.

Les deux clubs ont dix jours pour demander à recevoir les motivations de la décision et ils peuvent ensuite faire appel de cette décision devant le Tribunal arbitral du sport (TAS) qui siège à Lausanne.

La commission du statut du joueur de la Fifa, présidée par le Sud-Africain Raymond Hack, s'est réunie mercredi 25 septembre mais n'a notifié la décision que lundi aux deux clubs.

Circonstances tragiques

Dans ses délibérations, la commission a pris en considération "les circonstances tragiques et singulières entourant le litige, décidant notamment de ne pas réclamer de frais de procédure aux parties", a précisé la Fifa dans son communiqué.

Fin août, la Fifa avait adressé aux deux clubs un courrier dans lequel elle préconisait une conciliation pour le paiement du transfert du footballeur argentin.

Sans accord des clubs, le dossier a donc été soumis à la commission du statut du joueur, réunie jeudi dernier, qui a donc tranché.

Début février, après de longues recherches infructueuses, le corps d'Emiliano Sala avait finalement été récupéré dans l'épave du petit avion puis formellement identifié.

L'épave du monomoteur Piper Malibu qui emmenait le pilote, âgé de 59 ans, et l'ex-attaquant de Nantes, âgé de 28 ans, vers son nouveau club de Cardiff, avait été localisée à l'endroit où l'avion avait cessé d'émettre, dans la Manche, reposant à 67,7 mètres de fond, à une vingtaine de kilomètres au nord de l'île anglo-normande de Guernesey.