Castagne, 22 ans, est l'un des quatre nouveaux visages dans le noyau des Diables Rouges, avec Hans Vanaken (Club Bruges), Birger Verstraete (La Gantoise) et Leandro Trossard (Genk).

"Je n'étais pas spécialement déçu de ne pas être repris pour la Coupe du monde. C'est toujours compliqué d'intégrer un groupe avant un Mondial", a d'abord expliqué Castagne.

"J'ai été très bien accueilli, même si c'était un peu stressant", a avoué le défenseur au lendemain de son entrée avec les Diables. "Le groupe est très sympa, cela ne pouvait pas mieux se passer. Je compte bien montrer que je mérite d'être là, être le meilleur possible et j'espère jouer un peu."

Castagne, capable de jouer à droite ou à gauche, a déjà eu une discussion tactique avec Roberto Martinez. "Je sais maintenant ce qu'il attend des latéraux. Le plus important est de faire le lien avec le N.10, de jouer en fonction de lui. Ce système n'est pas loin de celui de l'Atalanta", a ajouté le néo-Diable, appelé à venir suppléer Thomas Meunier.

"Offensivement, Thomas est un des meilleurs alors que moi, je dois encore un peu m'améliorer. Il va m'aider à ce niveau-là. Mais je peux jouer à gauche également, ce n'est pas un problème. Le coach le sait bien, c'est peut-être pour ça aussi qu'il m'a repris."

Né à Arlon, le latéral a été formé au Racing Genk, où il a fait ses débuts professionnels en septembre 2014. En juillet 2017, Castagne a quitté la Belgique pour rejoindre la Serie A et l'Atalanta Bergame. Depuis lors, le Belge a déjà joué 31 rencontres, marqué 2 buts et délivré 4 assists. "J'ai beaucoup appris tactiquement en Italie. La vitesse d'exécution y est plus élevée et le pressing intense."

La Belgique de Roberto Martinez prépare à Tubize le match amical en Écosse (vendredi 7 septembre à Glasgow) et le premier match de la nouvelle Ligue des Nations (mardi 11 septembre à Reykjavik).

Castagne, 22 ans, est l'un des quatre nouveaux visages dans le noyau des Diables Rouges, avec Hans Vanaken (Club Bruges), Birger Verstraete (La Gantoise) et Leandro Trossard (Genk). "Je n'étais pas spécialement déçu de ne pas être repris pour la Coupe du monde. C'est toujours compliqué d'intégrer un groupe avant un Mondial", a d'abord expliqué Castagne. "J'ai été très bien accueilli, même si c'était un peu stressant", a avoué le défenseur au lendemain de son entrée avec les Diables. "Le groupe est très sympa, cela ne pouvait pas mieux se passer. Je compte bien montrer que je mérite d'être là, être le meilleur possible et j'espère jouer un peu." Castagne, capable de jouer à droite ou à gauche, a déjà eu une discussion tactique avec Roberto Martinez. "Je sais maintenant ce qu'il attend des latéraux. Le plus important est de faire le lien avec le N.10, de jouer en fonction de lui. Ce système n'est pas loin de celui de l'Atalanta", a ajouté le néo-Diable, appelé à venir suppléer Thomas Meunier. "Offensivement, Thomas est un des meilleurs alors que moi, je dois encore un peu m'améliorer. Il va m'aider à ce niveau-là. Mais je peux jouer à gauche également, ce n'est pas un problème. Le coach le sait bien, c'est peut-être pour ça aussi qu'il m'a repris." Né à Arlon, le latéral a été formé au Racing Genk, où il a fait ses débuts professionnels en septembre 2014. En juillet 2017, Castagne a quitté la Belgique pour rejoindre la Serie A et l'Atalanta Bergame. Depuis lors, le Belge a déjà joué 31 rencontres, marqué 2 buts et délivré 4 assists. "J'ai beaucoup appris tactiquement en Italie. La vitesse d'exécution y est plus élevée et le pressing intense." La Belgique de Roberto Martinez prépare à Tubize le match amical en Écosse (vendredi 7 septembre à Glasgow) et le premier match de la nouvelle Ligue des Nations (mardi 11 septembre à Reykjavik).