Les six clubs de football rebelles anglais qui avaient exprimé leur intention de participer à la Super League de football ont conclu un accord avec la Premier League anglaise, rapporte l'agence de presse britannique PA. Le règlement à l'amiable s'élèverait à 22 millions de livres (25,5 millions d'euros). L'argent est destiné à des projets communautaires et ne sera donc pas versé aux autres clubs de Premier League.

Arsenal, Chelsea, Liverpool, Manchester City, Manchester United et Tottenham figuraient parmi les membres fondateurs de la Super League le 18 avril. Cependant, en moins de 72 heures, l'ensemble du projet s'est effondré comme un château de cartes en raison des vives protestations des supporters et de l'opposition de la Premier League, de l'UEFA, de la FIFA et du gouvernement britannique. Les six équipes anglaises ont rapidement retourné leur veste et annoncé leur intention de rester en Premier League. Leur départ aurait eu un impact majeur sur le championnat et les revenus commerciaux de la Premier League.

C'est Sky News qui a rendu public l'accord mercredi et il a ensuite été confirmé à PA par une source dans l'un des clubs. S'ils tentent de se séparer à nouveau à l'avenir, ils risquent des amendes allant jusqu'à 25 millions de livres (29 millions d'euros) et un retrait de 30 points. Plus tard dans la journée de mercredi, la Premier League devait publier une autre déclaration officielle.

En outre, la Premier League enquête toujours sur les circonstances exactes de la création de la Super League. Une nouvelle charte est également en cours d'élaboration pour éviter la répétition de cette situation. Neuf des douze clubs fondateurs de la Super League ont déjà conclu un accord avec l'instance dirigeante du football européen, l'UEFA.

Les équipes ont versé une contribution de 15 millions d'euros qui est entièrement destinée au développement du football des enfants et à des projets communautaires. En outre, cinq pour cent des revenus distribués par l'UEFA pendant une saison sont conservés et répartis entre les autres clubs.

Les trois clubs de Super League qui ne sont toujours pas revenus sur leur projet - le Real Madrid, le FC Barcelone et la Juventus - font toujours l'objet d'une enquête disciplinaire de l'UEFA. Selon les rumeurs, une interdiction de participer à la Ligue des champions fait partie des possibilités.

Les clubs eux-mêmes ont également intenté des poursuites, invoquant la violation par l'UEFA du droit européen de la concurrence en tentant de bloquer la création de la Super League et menaçant les clubs de sanctions.

Les six clubs de football rebelles anglais qui avaient exprimé leur intention de participer à la Super League de football ont conclu un accord avec la Premier League anglaise, rapporte l'agence de presse britannique PA. Le règlement à l'amiable s'élèverait à 22 millions de livres (25,5 millions d'euros). L'argent est destiné à des projets communautaires et ne sera donc pas versé aux autres clubs de Premier League.Arsenal, Chelsea, Liverpool, Manchester City, Manchester United et Tottenham figuraient parmi les membres fondateurs de la Super League le 18 avril. Cependant, en moins de 72 heures, l'ensemble du projet s'est effondré comme un château de cartes en raison des vives protestations des supporters et de l'opposition de la Premier League, de l'UEFA, de la FIFA et du gouvernement britannique. Les six équipes anglaises ont rapidement retourné leur veste et annoncé leur intention de rester en Premier League. Leur départ aurait eu un impact majeur sur le championnat et les revenus commerciaux de la Premier League. C'est Sky News qui a rendu public l'accord mercredi et il a ensuite été confirmé à PA par une source dans l'un des clubs. S'ils tentent de se séparer à nouveau à l'avenir, ils risquent des amendes allant jusqu'à 25 millions de livres (29 millions d'euros) et un retrait de 30 points. Plus tard dans la journée de mercredi, la Premier League devait publier une autre déclaration officielle. En outre, la Premier League enquête toujours sur les circonstances exactes de la création de la Super League. Une nouvelle charte est également en cours d'élaboration pour éviter la répétition de cette situation. Neuf des douze clubs fondateurs de la Super League ont déjà conclu un accord avec l'instance dirigeante du football européen, l'UEFA. Les équipes ont versé une contribution de 15 millions d'euros qui est entièrement destinée au développement du football des enfants et à des projets communautaires. En outre, cinq pour cent des revenus distribués par l'UEFA pendant une saison sont conservés et répartis entre les autres clubs. Les trois clubs de Super League qui ne sont toujours pas revenus sur leur projet - le Real Madrid, le FC Barcelone et la Juventus - font toujours l'objet d'une enquête disciplinaire de l'UEFA. Selon les rumeurs, une interdiction de participer à la Ligue des champions fait partie des possibilités. Les clubs eux-mêmes ont également intenté des poursuites, invoquant la violation par l'UEFA du droit européen de la concurrence en tentant de bloquer la création de la Super League et menaçant les clubs de sanctions.