L'émotion est forte pour les supporters des Rangers. Les souvenirs des années de galère refont surface, et rendent le moment présent encore plus savoureux. Il y a 10 ans, le club soulevait le 54ème championnat d'Ecosse de son histoire. Mais personne n'imaginait alors, ce qui allait arriver quelques mois après. Avec des finances désastreuses, dont une accumulation de plus de 160M d'euros de dettes, le club est rétrogradé, en 2012, en quatrième division nationale. Un séisme pour le football écossais, qui voit le club le plus titré du pays en chute libre. C'est pendant ces années de galère que le Celtic Glasgow raflera tous les titres, et rattrapera les Rangers dans la hiérarchie.

À nouveau sur le toit du football national, The Teddy Bears remercie un seul homme. Celui qui a métamorphosé l'équipe en à peine trois saisons. En juin 2018, Steven Gerrard débarque à l'Ibrox Stadium, dans le but de faire revivre ce club mythique. Mais l'ancien capitaine des Reds arrive sans réelle expérience. À part avoir coaché les jeunes de l'académie de Liverpool, il en est alors à sa première expérience en tant qu'entraineur principal. Très vite, il impose sa patte au sein du vestiaire et du club. Lors de ses deux premières saisons, il finit deux fois deuxième, derrière le Celtic. Mais le club lui laisse le temps, justement, de construire son équipe. Surtout, que certains signes montrent une réelle avancée dans le processus de reconstruction du club. Les Rangers possèdent la meilleure attaque du championnat pour sa première saison, et la meilleure défense pour la suivante.

Outre le championnat, les Rangers s'illustrent aussi en coupe d'Europe. Une première campagne en rodage, où ils sont surclassés par Villareal et Vienne. La campagne suivante sera plus prometteuse, malgré l'élimination en huitième par Leverkusen, les hommes de Gerrard ont montré de belles choses. Cette saison, en revanche, les écossais ont fait office de patrons. Ultra-dominateur lors de la phase de groupe d'Europa League - le Standard pourra en témoigner-, ils ont ensuite écarté l'Antwerp, au tour suivant. Ils ont même une petite option sur leur qualification en quart, après le match nul, 1-1, à aller face au Slavia Prague, hier soir. Francky Vercauteren a été témoin de cette force de frappe écossaise : "C'est une équipe très efficace offensivement, on sent qu'ils sont en confiance".

Voilà donc un premier succès accompli pour l'icône de Liverpool, même si ce n'est pas encore terminé. Mais ce genre de résultats laissent entrevoir un futur radieux pour Gerrard. Vu les résultats des Reds en ce moment, son nom revient de plus en plus du côté d'Anfield. Quand il s'agit d'évoquer l'après-Klopp, nul doute que les amateurs de foot ont déjà ciblé le successeur. Que ça soit dans un an, ou même dans dix ans, l'avenir de Steven Gerrard s'inscrira en rouge, quoi qu'il arrive.

Vincent Attardo (st.)

L'émotion est forte pour les supporters des Rangers. Les souvenirs des années de galère refont surface, et rendent le moment présent encore plus savoureux. Il y a 10 ans, le club soulevait le 54ème championnat d'Ecosse de son histoire. Mais personne n'imaginait alors, ce qui allait arriver quelques mois après. Avec des finances désastreuses, dont une accumulation de plus de 160M d'euros de dettes, le club est rétrogradé, en 2012, en quatrième division nationale. Un séisme pour le football écossais, qui voit le club le plus titré du pays en chute libre. C'est pendant ces années de galère que le Celtic Glasgow raflera tous les titres, et rattrapera les Rangers dans la hiérarchie. À nouveau sur le toit du football national, The Teddy Bears remercie un seul homme. Celui qui a métamorphosé l'équipe en à peine trois saisons. En juin 2018, Steven Gerrard débarque à l'Ibrox Stadium, dans le but de faire revivre ce club mythique. Mais l'ancien capitaine des Reds arrive sans réelle expérience. À part avoir coaché les jeunes de l'académie de Liverpool, il en est alors à sa première expérience en tant qu'entraineur principal. Très vite, il impose sa patte au sein du vestiaire et du club. Lors de ses deux premières saisons, il finit deux fois deuxième, derrière le Celtic. Mais le club lui laisse le temps, justement, de construire son équipe. Surtout, que certains signes montrent une réelle avancée dans le processus de reconstruction du club. Les Rangers possèdent la meilleure attaque du championnat pour sa première saison, et la meilleure défense pour la suivante. Outre le championnat, les Rangers s'illustrent aussi en coupe d'Europe. Une première campagne en rodage, où ils sont surclassés par Villareal et Vienne. La campagne suivante sera plus prometteuse, malgré l'élimination en huitième par Leverkusen, les hommes de Gerrard ont montré de belles choses. Cette saison, en revanche, les écossais ont fait office de patrons. Ultra-dominateur lors de la phase de groupe d'Europa League - le Standard pourra en témoigner-, ils ont ensuite écarté l'Antwerp, au tour suivant. Ils ont même une petite option sur leur qualification en quart, après le match nul, 1-1, à aller face au Slavia Prague, hier soir. Francky Vercauteren a été témoin de cette force de frappe écossaise : "C'est une équipe très efficace offensivement, on sent qu'ils sont en confiance".Voilà donc un premier succès accompli pour l'icône de Liverpool, même si ce n'est pas encore terminé. Mais ce genre de résultats laissent entrevoir un futur radieux pour Gerrard. Vu les résultats des Reds en ce moment, son nom revient de plus en plus du côté d'Anfield. Quand il s'agit d'évoquer l'après-Klopp, nul doute que les amateurs de foot ont déjà ciblé le successeur. Que ça soit dans un an, ou même dans dix ans, l'avenir de Steven Gerrard s'inscrira en rouge, quoi qu'il arrive. Vincent Attardo (st.)