Fin mars, en rassemblement avec l'équipe de France, la "Pioche" avait lui évoqué un "club de rêve", "un rêve pour tout enfant, pour tout joueur de foot".

"C'est l'un des défis de la trêve internationale. Les joueurs sont disponibles tout le temps, c'est un environnement différent et c'était plus une discussion générale. Paul est un homme très gentil et poli, il a répondu à une question générale", a tempéré Solskjaer lundi en conférence de presse, avant le match décalé de Premier League contre Wolverhampton mardi.

Samedi, Zidane, de retour aux commandes à Madrid, avait loué en Pogba "un joueur vraiment différent", rappelant que le champion du monde "a toujours dit que Madrid était un club qui l'intéressait beaucoup".

"Bien sûr, Zidane est une icône en France. Zidane est un entraîneur fantastique, c'était un joueur fantastique, j'ai joué contre lui. Alors Paul a poliment répondu à cette question. Mais il est heureux ici. Il va jouer un rôle très important ici", a insisté Solskjaer.

"J'ai toujours dit que je voulais construire mon équipe autour de lui et ça n'a pas changé", a rappelé le Norvégien, confirmé jeudi pour trois ans à la tête de Manchester United.

Il a par ailleurs les présences mardi de Romelu Lukaku, remis de sa blessure qui l'avait obligé à renoncer aux sélections avec la Belgique, et d'Anthony Martial, touché samedi contre Watford, "à moins qu'ils ne rechutent à l'entraînement." Victor Lindelof devrait lui réapparaître dans l'équipe. En revanche, quatre joueurs sont toujours consignés à l'infirmerie : Matteo Darmian, Eric Bailly, Antonio Valencia et Alexis Sanchez.