Old Trafford doit se remettre d'une fameuse gueule de bois après la claque historique subie dimanche contre Liverpool (0-5). Un score de forfait, un fond de jeu proche du néant, des individualités qui déraillent et un Cristiano Ronaldo qui ne parvient pas à rester au-dessus de la mêlée: Manchester United a bu le bouillon et ne semble pas en mesure de revendiquer une place parmi les candidats au titre à la fin de la saison. Comme souvent, c'est le coach qui est pointé du doigt en cas de mauvais résultats. Les yeux bleus clairs d'Ole-Gunnar Solskjaer étaient d'ailleurs bien vides ce dimanche soir. L'ancienne icône du club semblait presque résignée.

Elle a néanmoins pu compter sur le soutien de Ronaldo qui a tenu à remettre la responsabilité du fiasco sur les épaules des joueurs. L'intervention du numéro 7 portugais a-t-elle influencé le choix de la direction de continuer au moins jusqu'au prochain match de championnat contre Tottenham (samedi 30 octobre à 18h30) ? Difficile à dire. Mais le board mancunian, dans lequel on retrouve un Sir Alex Ferguson dont la mine défaite de ce dimanche en tribunes a interpellé les nostalgiques des heures de gloire des Red Devils, a décidé d'accorder une dernière chance à l'attaquant de poche norvégien qui lui avait offert une Coupe aux grandes oreilles dans les arrêts de jeu d'un match disputé un soir de mai 1999.

Cette situation n'empêche pas, selon certains journalistes italiens bien informés comme Gianluca Di Marzo et Fabrizio Romano, les têtes pensantes de United de s'activer en coulisses en quête d'un remplaçant de leur T1 scandinave. Elles doutent de ses qualités à long terme pour redresser la barre et ramener le club à ses anciens sommets. Le premier nom auquel ont pensé les dirigeants de ManU est celui de Zinédine Zidane. C'est sous la houlette du Français que Cristiano Ronaldo emmenait le Real Madrid sur le toit de l'Europe. Mais l'ancien meneur de jeu des Bleus n'entend pas quitter la capitale espagnole pour le moment malgré son lien avec CR7. La succession éventuelle de Didier Deschamps après le Mondial au Qatar semble être son principal objectif.

Du coup, d'autres noms circulent: Erik ten Hag, le chef de meute de l'Ajax qui pourrait peut-être en profiter pour ressuciter un Donny van de Beek totalement disparu de la circulation mais aussi Laurent Blanc, ancien joueur du club mancunian actuellement à Al Rayyan.

Mais la candidature qui ressortirait en tête de pile est surtout celle d'Antonio Conte. L'Italien qui a quitté l'Inter Milan en juin dernier n'a pas retrouvé de club cet été malgré des flirts avec le Real Madrid et surtout... Tottenham, prochain adversaire des Red Devils donc. Le natif de Lecce connaît bien la Premier League puisqu'il a mené Chelsea au titre en 2017. Selon les deux journalistes italiens de Sky Sports, ce ne serait qu'une question de jours, et le match contre les Spurs, pour qu'il soit officiellement intronisé comme nouveau Mr Loyal du Théâtre des rêves.

Old Trafford doit se remettre d'une fameuse gueule de bois après la claque historique subie dimanche contre Liverpool (0-5). Un score de forfait, un fond de jeu proche du néant, des individualités qui déraillent et un Cristiano Ronaldo qui ne parvient pas à rester au-dessus de la mêlée: Manchester United a bu le bouillon et ne semble pas en mesure de revendiquer une place parmi les candidats au titre à la fin de la saison. Comme souvent, c'est le coach qui est pointé du doigt en cas de mauvais résultats. Les yeux bleus clairs d'Ole-Gunnar Solskjaer étaient d'ailleurs bien vides ce dimanche soir. L'ancienne icône du club semblait presque résignée.Elle a néanmoins pu compter sur le soutien de Ronaldo qui a tenu à remettre la responsabilité du fiasco sur les épaules des joueurs. L'intervention du numéro 7 portugais a-t-elle influencé le choix de la direction de continuer au moins jusqu'au prochain match de championnat contre Tottenham (samedi 30 octobre à 18h30) ? Difficile à dire. Mais le board mancunian, dans lequel on retrouve un Sir Alex Ferguson dont la mine défaite de ce dimanche en tribunes a interpellé les nostalgiques des heures de gloire des Red Devils, a décidé d'accorder une dernière chance à l'attaquant de poche norvégien qui lui avait offert une Coupe aux grandes oreilles dans les arrêts de jeu d'un match disputé un soir de mai 1999.Cette situation n'empêche pas, selon certains journalistes italiens bien informés comme Gianluca Di Marzo et Fabrizio Romano, les têtes pensantes de United de s'activer en coulisses en quête d'un remplaçant de leur T1 scandinave. Elles doutent de ses qualités à long terme pour redresser la barre et ramener le club à ses anciens sommets. Le premier nom auquel ont pensé les dirigeants de ManU est celui de Zinédine Zidane. C'est sous la houlette du Français que Cristiano Ronaldo emmenait le Real Madrid sur le toit de l'Europe. Mais l'ancien meneur de jeu des Bleus n'entend pas quitter la capitale espagnole pour le moment malgré son lien avec CR7. La succession éventuelle de Didier Deschamps après le Mondial au Qatar semble être son principal objectif.Du coup, d'autres noms circulent: Erik ten Hag, le chef de meute de l'Ajax qui pourrait peut-être en profiter pour ressuciter un Donny van de Beek totalement disparu de la circulation mais aussi Laurent Blanc, ancien joueur du club mancunian actuellement à Al Rayyan. Mais la candidature qui ressortirait en tête de pile est surtout celle d'Antonio Conte. L'Italien qui a quitté l'Inter Milan en juin dernier n'a pas retrouvé de club cet été malgré des flirts avec le Real Madrid et surtout... Tottenham, prochain adversaire des Red Devils donc. Le natif de Lecce connaît bien la Premier League puisqu'il a mené Chelsea au titre en 2017. Selon les deux journalistes italiens de Sky Sports, ce ne serait qu'une question de jours, et le match contre les Spurs, pour qu'il soit officiellement intronisé comme nouveau Mr Loyal du Théâtre des rêves.