"Je suis très reconnaissant et très enthousiaste face à cette belle et énorme responsabilité", a dit le technicien en conférence de presse, sa première prise de parole publique après l'officialisation de son contrat la semaine dernière.

"Mais pour moi, cela ne change rien par rapport aux 11 années précédentes que j'ai passées dans ce club", a ajouté Solari (42 ans) à la veille d'un déplacement à Eibar pour la 13e journée du Championnat d'Espagne.

Cet ancien milieu de terrain merengue (2001-2005) est devenu à la fin de sa carrière entraîneur dans les catégories de jeunes du Real. Puis il a pris la tête de la réserve en 2016 avant de reprendre en urgence l'équipe première fin octobre, succédant à Julen Lopetegui, limogé pour insuffisance de résultats.

D'abord nommé "provisoirement", Solari a convaincu dirigeants et supporters avec un sans-faute (4 victoires en 4 matches) et un allant retrouvé. Le club a formalisé le 13 novembre sa nomination avec un contrat de deux ans et demi, une belle marque de confiance pour ce technicien peu expérimenté.

"Pour moi et pour tout le monde, l'important est l'implication dans le club au quotidien, par le travail. Pour le reste, nous sommes tous de passage, dans la vie, et encore plus au Real, et encore plus à ce poste", a-t-il dédramatisé.

Avec sa communication bienveillante, c'est également un sans-faute pour Solari: l'ex-équipier de Zinédine Zidane marche sur les traces du Français, lui-même passé en 2016 de la réserve à l'équipe première avant de remporter trois Ligues des champions d'affilée.

L'Argentin a toutefois rejeté cette comparaison, la jugeant beaucoup trop flatteuse.

"Zidane est absolument incomparable, c'est une légende ce ce club. Il l'a été comme joueur, avec un niveau fantastique, c'était un joueur exquis que j'ai eu la chance de côtoyer, en transpirant et en luttant à ses côtés", a souligné Solari.

"Et comme entraîneur, c'est probablement l'entraîneur qui a le plus gagné dans l'histoire du Real Madrid. Mais au-delà de tout ça, j'admire Zidane en tant qu'homme. Pour moi, il ne faut le comparer à personne, il faut le laisser tout là-haut, seul dans sa grandeur", a-t-il conclu.