Les Catalans, qui sortaient de deux défaites de rang contre l'Eintracht Francfort en Ligue Europa (3-2) et contre Cadix en Liga (1-0), ont redressé la barre au Pays Basque grâce à un but rapide de la recrue Pierre-Emerick Aubameyang, qui n'a eu qu'à placer dans le but vide un ballon parfait remis de la tête par Ferran Torres (11e).

Un succès qui fait du bien à la tête des Catalans, qui ont momentanément replongé avec les deux défaites de la semaine dernière, la marée blanche des supporters de l'Eintracht au Camp Nou et les révélations sur l'accord entre Piqué et la fédération autour de la Supercoupe d'Espagne.

"Je vais être honnête, bien sûr que cela m'inquiète", avait soufflé le technicien blaugrana Xavi après la défaite contre Cadix au Camp Nou, lundi. "On a gagné, ce sont trois points très importants, mais je ne suis absolument pas satisfait du match", a-t-il scandé en conférence de presse d'après-match. "Ce sont eux qui ont fait le jeu. Il faut que l'on s'améliore beaucoup, c'est clair", a ajouré Xavi.

- Infime espoir -

Avec ces trois points glanés au Pays Basque, le technicien blaugrana a fait un pas vers le top 4 du championnat d'Espagne et une qualification pour la prochaine édition de la Ligue des champions, le principal objectif du Barça depuis qu'il est arrivé sur le banc, en novembre.

En revanche, ce succès à Anoeta ne viendra pas inquiéter le Real Madrid dans sa quête du titre. Les Merengues, vainqueurs 3-1 mercredi à Osasuna, survolent la Liga avec quinze points d'avance sur le Barça et Séville.

Si l'Atlético, accroché 0-0 à Grenade mercredi, et le Séville FC ont d'ores et déjà dit adieu à leurs chances de titre, le FC Barcelone aura toujours une chance de venir titiller le Real dimanche. Alors que le championnat fait relâche en raison de la finale de la Coupe du Roi (qui oppose le Betis Séville au Valence CF samedi à Séville), seuls le Barça et le Rayo Vallecano vont jouer un match en retard de la 21e journée de Liga.

Les Basques, de leur côté, peuvent nourrir des regrets. Fidèles à leurs préceptes, ils ont tenté de produire du jeu quitte à se découvrir, et ont eu quelques grosses occasions, à l'image de celle d'Alexander Isak juste avant la pause (43e) ou du double raté d'Alexander Sorloth au retour des vestiaires (46e).

- Araujo blessé, Koundé buteur -

Seul bémol de la soirée pour Xavi: la sortie sur blessure de Ronald Araujo, touché au genou droit après un choc avec Sorloth (55e). Un vrai coup dur pour le jeune international uruguayen, qui venait de revenir de suspension contre Cadix. Le latéral Dani Alvés, fauché lors d'un duel, l'a rejoint sur le banc dix minutes plus tard (66e).

Un peu plus tôt dans la soirée, le Séville FC a relevé la tête à Levante. Après avoir été rattrapés et dépassés 3-2 par le Real Madrid lors du choc au sommet de la dernière journée, les hommes de Julen Lopetegui ont redressé la barre à Valence, enfonçant Levante au fond du classement (lanterne rouge à égalité de points avec Alavés, 25 pts).

Les Andalous ont pris l'avantage grâce à deux bus du Mexicain Tecatito sur deux passes de l'ancien Marseillais Lucas Ocampos (14e, 27e) malgré la réduction de l'écart par José Luis Morales (22e).

Et ils ont scellé la victoire grâce à un but en fin de match de l'international français Jules Koundé (81e) sur un service d'Ivan Rakitic, en résistant au but tardif de Roberto Soldado (87e) et au pénalty manqué quelques minutes plus tôt par Morales (71e), qui a fini le match en pleurs.

Les Catalans, qui sortaient de deux défaites de rang contre l'Eintracht Francfort en Ligue Europa (3-2) et contre Cadix en Liga (1-0), ont redressé la barre au Pays Basque grâce à un but rapide de la recrue Pierre-Emerick Aubameyang, qui n'a eu qu'à placer dans le but vide un ballon parfait remis de la tête par Ferran Torres (11e).Un succès qui fait du bien à la tête des Catalans, qui ont momentanément replongé avec les deux défaites de la semaine dernière, la marée blanche des supporters de l'Eintracht au Camp Nou et les révélations sur l'accord entre Piqué et la fédération autour de la Supercoupe d'Espagne."Je vais être honnête, bien sûr que cela m'inquiète", avait soufflé le technicien blaugrana Xavi après la défaite contre Cadix au Camp Nou, lundi. "On a gagné, ce sont trois points très importants, mais je ne suis absolument pas satisfait du match", a-t-il scandé en conférence de presse d'après-match. "Ce sont eux qui ont fait le jeu. Il faut que l'on s'améliore beaucoup, c'est clair", a ajouré Xavi.- Infime espoir -Avec ces trois points glanés au Pays Basque, le technicien blaugrana a fait un pas vers le top 4 du championnat d'Espagne et une qualification pour la prochaine édition de la Ligue des champions, le principal objectif du Barça depuis qu'il est arrivé sur le banc, en novembre.En revanche, ce succès à Anoeta ne viendra pas inquiéter le Real Madrid dans sa quête du titre. Les Merengues, vainqueurs 3-1 mercredi à Osasuna, survolent la Liga avec quinze points d'avance sur le Barça et Séville.Si l'Atlético, accroché 0-0 à Grenade mercredi, et le Séville FC ont d'ores et déjà dit adieu à leurs chances de titre, le FC Barcelone aura toujours une chance de venir titiller le Real dimanche. Alors que le championnat fait relâche en raison de la finale de la Coupe du Roi (qui oppose le Betis Séville au Valence CF samedi à Séville), seuls le Barça et le Rayo Vallecano vont jouer un match en retard de la 21e journée de Liga.Les Basques, de leur côté, peuvent nourrir des regrets. Fidèles à leurs préceptes, ils ont tenté de produire du jeu quitte à se découvrir, et ont eu quelques grosses occasions, à l'image de celle d'Alexander Isak juste avant la pause (43e) ou du double raté d'Alexander Sorloth au retour des vestiaires (46e).- Araujo blessé, Koundé buteur -Seul bémol de la soirée pour Xavi: la sortie sur blessure de Ronald Araujo, touché au genou droit après un choc avec Sorloth (55e). Un vrai coup dur pour le jeune international uruguayen, qui venait de revenir de suspension contre Cadix. Le latéral Dani Alvés, fauché lors d'un duel, l'a rejoint sur le banc dix minutes plus tard (66e).Un peu plus tôt dans la soirée, le Séville FC a relevé la tête à Levante. Après avoir été rattrapés et dépassés 3-2 par le Real Madrid lors du choc au sommet de la dernière journée, les hommes de Julen Lopetegui ont redressé la barre à Valence, enfonçant Levante au fond du classement (lanterne rouge à égalité de points avec Alavés, 25 pts).Les Andalous ont pris l'avantage grâce à deux bus du Mexicain Tecatito sur deux passes de l'ancien Marseillais Lucas Ocampos (14e, 27e) malgré la réduction de l'écart par José Luis Morales (22e). Et ils ont scellé la victoire grâce à un but en fin de match de l'international français Jules Koundé (81e) sur un service d'Ivan Rakitic, en résistant au but tardif de Roberto Soldado (87e) et au pénalty manqué quelques minutes plus tôt par Morales (71e), qui a fini le match en pleurs.