"Je m'excuse auprès de toutes les personnes qui on pu se sentir offensées par le travail de l'artiste Simone Fugazzotto", a déclaré l'administrateur délégué de la ligue Luigi De Servio.

"Bien que l'artiste avait expliqué que le message (de l'oeuvre) était bien contre le racisme, certains d'entre vous l'ont trouvé critiquable", a poursuivi le patron exécutif de la Lega Serie A.

Selon la Ligue, l'oeuvre "a pour objectif de défendre les valeurs d'intégration, de multi-culturalisme et de fraternité".

Alors que les stades italiens sont le théâtre d'incidents racistes récurrents, notamment des cris de singe à l'adresse de joueurs noirs, le message a été mal perçu par plusieurs observateurs.

L'AS Rome avait manifesté sa "surprise" lundi, estimant que l'utilisation de cette peinture n'était pas "le bon moyen" de lutter contre le racisme. L'association FARE, qui oeuvre contre les discriminations, avait pour sa part parlé de "mauvaise blague".

Autre campagne à venir

"Ce qui n'est absolument pas à remettre en question est la condamnation sévère de toutes sortes de discrimination et de racisme, des phénomènes que nous nous sommes engagés à éradiquer de notre championnat", s'est défendu De Servio.

Lundi, il avait présenté un plan de lutte contre le racisme, qui prévoit notamment la signature d'une charte par chacun des 20 clubs de Serie A, qui ont tous choisi un joueur devant les représenter dans ce combat contre le racisme.

L'administrateur délégué de la Lega Serie A a également annoncé mardi que la Ligue italienne de football allait dévoiler une autre campagne contre le racisme avant la fin du mois de février.

"Je m'excuse auprès de toutes les personnes qui on pu se sentir offensées par le travail de l'artiste Simone Fugazzotto", a déclaré l'administrateur délégué de la ligue Luigi De Servio. "Bien que l'artiste avait expliqué que le message (de l'oeuvre) était bien contre le racisme, certains d'entre vous l'ont trouvé critiquable", a poursuivi le patron exécutif de la Lega Serie A. Selon la Ligue, l'oeuvre "a pour objectif de défendre les valeurs d'intégration, de multi-culturalisme et de fraternité". Alors que les stades italiens sont le théâtre d'incidents racistes récurrents, notamment des cris de singe à l'adresse de joueurs noirs, le message a été mal perçu par plusieurs observateurs. L'AS Rome avait manifesté sa "surprise" lundi, estimant que l'utilisation de cette peinture n'était pas "le bon moyen" de lutter contre le racisme. L'association FARE, qui oeuvre contre les discriminations, avait pour sa part parlé de "mauvaise blague". "Ce qui n'est absolument pas à remettre en question est la condamnation sévère de toutes sortes de discrimination et de racisme, des phénomènes que nous nous sommes engagés à éradiquer de notre championnat", s'est défendu De Servio. Lundi, il avait présenté un plan de lutte contre le racisme, qui prévoit notamment la signature d'une charte par chacun des 20 clubs de Serie A, qui ont tous choisi un joueur devant les représenter dans ce combat contre le racisme. L'administrateur délégué de la Lega Serie A a également annoncé mardi que la Ligue italienne de football allait dévoiler une autre campagne contre le racisme avant la fin du mois de février.