Un jour, un coup de coeur. Chaque semaine, Sport Foot Magazine se propose d'égayer vos journées en rembobinant le fil de l'histoire. Pas forcément à travers des matchs mondialement réputés pour être "des moments clés de l'histoire du football", mais en vous soumettant une liste coup de coeur. Une visite dans les coulisses du football frisson. Celui qui surprend, attendri, rend fou ou amuse. Celui qui fait du football un sport différent. Une sélection forcément subjective donc décalée et discutable. Parce qu'un match ou un moment coup de coeur, c'est avant tout un plaisir coupable. Un frémissement, une euphorie, une émotion, un souvenir surtout. Celui d'avoir eu les poils. Magnéto.

1. France - Ukraine 3-0 (19/11/2013)

Jamais le Stade de France n'aura autant vibré, sous le coup des Marseillaises entonnées en choeur par les supporters, que ce soir de novembre 2013. Dans ce match de barrage pour la qualification pour la Coupe du monde 2014, l'équipe de France a tout donné. Après la manche aller lamentable (2-0) en Ukraine, beaucoup avaient enterré les rêves de qualification des Bleus en même temps que la carrière internationale de Laurent Koscielny. Cependant, devant un public du Stade de France transcendé, les hommes de Deschamps vont connaître une soirée fondatrice. Avec Franck Ribéry, Karim Benzema, alors encore toléré en équipe de France, et surtout Mamadou Sakho, en guest stars d'un soir. Score final 3-0, pour un scénario qui restera longtemps dans la mémoire des supporters des Bleus.

Le match en intégralité

2. Watford-Leicester 3-1 (12/05/2013)

Watford - Leicester, avec un certain Harry Kane du côté des Foxes., belga
Watford - Leicester, avec un certain Harry Kane du côté des Foxes. © belga

Il y a des scénarios que l'on n'ose même pas imaginer, mais que le foot anglais sait mettre en musique. Prenez ce match retour des demi-finales des play-offs pour accéder à la Premier League, en mai 2013, entre Watford et Leicester. Après avoir gagné 1-0 à domicile jours trois plus tôt, les Foxes ont l'occasion de valider leur ticket pour la finale grâce à un pénalty à la 96e minute, qui leur permettrait d'égaliser à deux buts partout. C'est l'ancien Liégeois Anthony Knockaert qui s'y colle. Manuel Alumnia repousse sa frappe une première fois, puis une seconde. La suite restera à jamais gravée dans les mémoires. La défense de Watford qui relance loin devant dans les trente derniers mètres de Leicester, le ballon qui arrive sur la tête de Hogg, qui remet en retrait pour Troy Deeney. Et finalement, l'Anglais qui ne se fait pas prier pour expédier le ballon au fond des filets de Schmeichel ! 97e minute, 3-1. Watford est qualifié pour la finale, qu'il perdra quinze jours plus tard face à Crystal Palace.

Le match en intégralité

3. Allemagne - Algérie 2-1 (30/06/2014)

André Schürrle., belga
André Schürrle. © belga

Sur papier, ce huitième de finale de Coupe du monde penchait très fortement en faveur de la Mannschaft. Pourtant, ce match aura été bien plus compliqué que prévu pour les hommes de Joachim Löw. La faute aux valeureux i qui ont, jusqu'à la fin des prolongations, fait douter les Allemands. Pendant 120 minutes, les défenseurs algériens, et surtout le gardien M'Bolhi, ont écoeuré les attaquants allemands. Treize frappes repoussées par le portier de la sélection algérienne sur l'ensemble du match. C'est finalement André Schürrle qui réussira à débloquer la situation à la 92e minute de jeu. Mesut Özil entérinera la qualification allemande à la 119e, d'une frappe à bout portant. La réduction du score à la 121e, signée Djabou, permettra aux supporters algériens de parler longtemps encore du match,où ils ont presque tenu en échec les futurs champions du monde.

Le match en intégralité

4. Uruguay - Ghana 1-1, t.à.b 4-2 (02/07/2010)

Uruguay - Ghana., belga
Uruguay - Ghana. © belga

Luis Suarez ne doit pas être très apprécié en Afrique de l'Ouest... Alors qu'il joue pour la première fois un quart de finale de Coupe du monde, le Ghana se retrouve à mener au score à la pause, face à l'Uruguay, grâce à un but de Muntari dans le temps additionnel de la première mi-temps. Malgré l'égalisation de l'inévitable Diego Forlan à la 55e, le Ghana tient bon et emmène l'Uruguay aux prolongations. À la 120e, alors que la tête de Dominic Adiyiah se dirige au fond des filets, Luis Suarez, l'enfant terrible du football sud-américain, repousse volontairement le ballon des deux mains. Carton rouge, et penalty pour le Ghana. La suite donne raison à l'attaquant du Barça. Asamoah Gyan voit sa frappe s'écraser sur la barre et le Ghana ne verra jamais les demi-finale du Mondial sud-africain.

Le match en intégralité

5. Liverpool - Borussia Dortmund 4-3 (14/04/2016)

Le but décisif de Dejan Lovren., belga
Le but décisif de Dejan Lovren. © belga

Quand on parle de remontada et de Liverpool, de nombreux fans de foot pensent immédiatement au match complètement fou contre le FC Barcelone où Liverpool s'était imposé 4-0 après avoir perdu 3-0 au match aller. Pourtant, en 2016 déjà, le club anglais avait déjà réalisé une remontée fantastique contre Dortmund en quart de finale d'Europa League. Après avoir partagé (1-1) au match aller en Allemagne, les Reds se retrouvent rapidement menés de deux buts à domicile dès la 9e minute de jeu. Divock Origi est déjà là pour réduire le score à la 48e et redonner un peu d'espoir aux supporters anglais. Moins de dix minutes plus tard, le couperet tombe : Reus fait 1-3 d'une frappe en finesse. Pour beaucoup, la messe est dite, Liverpool ne pourra pas revenir. C'était mal connaître les Reds, qui, poussés par leur public d'Anfield, réussissent une remontée improbable. Coutinho, Sakho et finalement Lovren d'un coup de tête rageur à la 91e, qualifient Liverpool pour la suite de la compétition. Un match qui a peut-être même fait se lever les supporters de Manchester City ou d'Everton.

Le match en intégralité

6. Lyon - Marseille 5-5 (08/11/2009)

Sidney Govou, face à trois Marseillais., belga
Sidney Govou, face à trois Marseillais. © belga

Si le scénario de ce match avait été écrit par Hitchcock ou Tarantino, cela n'aurait surpris personne. Rares sont les fois où un match de Ligue 1 a offert autant de suspens. Dès la 3e minute, Miralem Pjanic, au sommet de ses années lyonnaises, avait donné le ton de ce match complètement fou, d'une frappe en demi-volée dans le plafond de Steve Mandanda. La suite, c'est une véritable partie de flipper. Les deux équipes sont en feu, et laissent peu de temps aux techniciens pour modifier le score affiché sur les écrans du stade de Gerland. Au final, pas moins de dix buts seront inscrits durant la partie. Numéro de Govou en solitaire, penalty de Lisandro Lopez, savonnette de Grégory Coupet, but contre son camp de Toulalan, il y en aura pour tous les goûts durant cet Olympico. Un match qui restera longtemps dans les mémoires des supporters de Ligue 1. Loin de ces purges dominicales et de ces 0-0 attendus auquel le championnat de France nous a parfois habitué.

Le match en intégralité

7. Bayern Munich - Wolfsburg 5-1 (22/09/2015)

Robert Lewandowski, auteur d'un quintuplé., belga
Robert Lewandowski, auteur d'un quintuplé. © belga

Ce match était presque annonciateur de l'écrasante domination qu'allait imposer le Bayern Munich sur le championnat allemand cette saison-là. Pourtant, au-delà du travail de l'équipe, une performance en particulier avait frappé les amateurs de football par sa splendeur : celle de Robert Lewandowski. Remplaçant au coup d'envoi, le Polonais réalisera l'exploit d'inscrire à lui seul les cinq buts de son équipe en seconde période. Pas mal direz-vous ? Pas suffisant pour le grand Robert. Ces cinq buts, il les a inscrits en seulement neuf minutes de jeu. Du premier, à la 51e, jusqu'au cinquième, d'un ciseau acrobatique à l'entrée de la surface, à l'heure de jeu. Jamais, dans l'histoire du football, un joueur, qui plus est remplaçant au début du match, n'avait réussi à inscrire cinq buts en moins de dix minutes. Rien que pour ça, le match est à consommer ou à reconsommer sans modération. Que l'idée d'une pause toilettes à l'orée de la 50e minute ne vienne à l'esprit de personne, au risque de rater le show Lewandowski.

Le match en intégralité

Par Quentin Mahoudeau

Un jour, un coup de coeur. Chaque semaine, Sport Foot Magazine se propose d'égayer vos journées en rembobinant le fil de l'histoire. Pas forcément à travers des matchs mondialement réputés pour être "des moments clés de l'histoire du football", mais en vous soumettant une liste coup de coeur. Une visite dans les coulisses du football frisson. Celui qui surprend, attendri, rend fou ou amuse. Celui qui fait du football un sport différent. Une sélection forcément subjective donc décalée et discutable. Parce qu'un match ou un moment coup de coeur, c'est avant tout un plaisir coupable. Un frémissement, une euphorie, une émotion, un souvenir surtout. Celui d'avoir eu les poils. Magnéto.Jamais le Stade de France n'aura autant vibré, sous le coup des Marseillaises entonnées en choeur par les supporters, que ce soir de novembre 2013. Dans ce match de barrage pour la qualification pour la Coupe du monde 2014, l'équipe de France a tout donné. Après la manche aller lamentable (2-0) en Ukraine, beaucoup avaient enterré les rêves de qualification des Bleus en même temps que la carrière internationale de Laurent Koscielny. Cependant, devant un public du Stade de France transcendé, les hommes de Deschamps vont connaître une soirée fondatrice. Avec Franck Ribéry, Karim Benzema, alors encore toléré en équipe de France, et surtout Mamadou Sakho, en guest stars d'un soir. Score final 3-0, pour un scénario qui restera longtemps dans la mémoire des supporters des Bleus.Le match en intégralitéIl y a des scénarios que l'on n'ose même pas imaginer, mais que le foot anglais sait mettre en musique. Prenez ce match retour des demi-finales des play-offs pour accéder à la Premier League, en mai 2013, entre Watford et Leicester. Après avoir gagné 1-0 à domicile jours trois plus tôt, les Foxes ont l'occasion de valider leur ticket pour la finale grâce à un pénalty à la 96e minute, qui leur permettrait d'égaliser à deux buts partout. C'est l'ancien Liégeois Anthony Knockaert qui s'y colle. Manuel Alumnia repousse sa frappe une première fois, puis une seconde. La suite restera à jamais gravée dans les mémoires. La défense de Watford qui relance loin devant dans les trente derniers mètres de Leicester, le ballon qui arrive sur la tête de Hogg, qui remet en retrait pour Troy Deeney. Et finalement, l'Anglais qui ne se fait pas prier pour expédier le ballon au fond des filets de Schmeichel ! 97e minute, 3-1. Watford est qualifié pour la finale, qu'il perdra quinze jours plus tard face à Crystal Palace.Le match en intégralitéSur papier, ce huitième de finale de Coupe du monde penchait très fortement en faveur de la Mannschaft. Pourtant, ce match aura été bien plus compliqué que prévu pour les hommes de Joachim Löw. La faute aux valeureux i qui ont, jusqu'à la fin des prolongations, fait douter les Allemands. Pendant 120 minutes, les défenseurs algériens, et surtout le gardien M'Bolhi, ont écoeuré les attaquants allemands. Treize frappes repoussées par le portier de la sélection algérienne sur l'ensemble du match. C'est finalement André Schürrle qui réussira à débloquer la situation à la 92e minute de jeu. Mesut Özil entérinera la qualification allemande à la 119e, d'une frappe à bout portant. La réduction du score à la 121e, signée Djabou, permettra aux supporters algériens de parler longtemps encore du match,où ils ont presque tenu en échec les futurs champions du monde.Le match en intégralitéLuis Suarez ne doit pas être très apprécié en Afrique de l'Ouest... Alors qu'il joue pour la première fois un quart de finale de Coupe du monde, le Ghana se retrouve à mener au score à la pause, face à l'Uruguay, grâce à un but de Muntari dans le temps additionnel de la première mi-temps. Malgré l'égalisation de l'inévitable Diego Forlan à la 55e, le Ghana tient bon et emmène l'Uruguay aux prolongations. À la 120e, alors que la tête de Dominic Adiyiah se dirige au fond des filets, Luis Suarez, l'enfant terrible du football sud-américain, repousse volontairement le ballon des deux mains. Carton rouge, et penalty pour le Ghana. La suite donne raison à l'attaquant du Barça. Asamoah Gyan voit sa frappe s'écraser sur la barre et le Ghana ne verra jamais les demi-finale du Mondial sud-africain. Le match en intégralitéQuand on parle de remontada et de Liverpool, de nombreux fans de foot pensent immédiatement au match complètement fou contre le FC Barcelone où Liverpool s'était imposé 4-0 après avoir perdu 3-0 au match aller. Pourtant, en 2016 déjà, le club anglais avait déjà réalisé une remontée fantastique contre Dortmund en quart de finale d'Europa League. Après avoir partagé (1-1) au match aller en Allemagne, les Reds se retrouvent rapidement menés de deux buts à domicile dès la 9e minute de jeu. Divock Origi est déjà là pour réduire le score à la 48e et redonner un peu d'espoir aux supporters anglais. Moins de dix minutes plus tard, le couperet tombe : Reus fait 1-3 d'une frappe en finesse. Pour beaucoup, la messe est dite, Liverpool ne pourra pas revenir. C'était mal connaître les Reds, qui, poussés par leur public d'Anfield, réussissent une remontée improbable. Coutinho, Sakho et finalement Lovren d'un coup de tête rageur à la 91e, qualifient Liverpool pour la suite de la compétition. Un match qui a peut-être même fait se lever les supporters de Manchester City ou d'Everton. Le match en intégralitéSi le scénario de ce match avait été écrit par Hitchcock ou Tarantino, cela n'aurait surpris personne. Rares sont les fois où un match de Ligue 1 a offert autant de suspens. Dès la 3e minute, Miralem Pjanic, au sommet de ses années lyonnaises, avait donné le ton de ce match complètement fou, d'une frappe en demi-volée dans le plafond de Steve Mandanda. La suite, c'est une véritable partie de flipper. Les deux équipes sont en feu, et laissent peu de temps aux techniciens pour modifier le score affiché sur les écrans du stade de Gerland. Au final, pas moins de dix buts seront inscrits durant la partie. Numéro de Govou en solitaire, penalty de Lisandro Lopez, savonnette de Grégory Coupet, but contre son camp de Toulalan, il y en aura pour tous les goûts durant cet Olympico. Un match qui restera longtemps dans les mémoires des supporters de Ligue 1. Loin de ces purges dominicales et de ces 0-0 attendus auquel le championnat de France nous a parfois habitué. Le match en intégralitéCe match était presque annonciateur de l'écrasante domination qu'allait imposer le Bayern Munich sur le championnat allemand cette saison-là. Pourtant, au-delà du travail de l'équipe, une performance en particulier avait frappé les amateurs de football par sa splendeur : celle de Robert Lewandowski. Remplaçant au coup d'envoi, le Polonais réalisera l'exploit d'inscrire à lui seul les cinq buts de son équipe en seconde période. Pas mal direz-vous ? Pas suffisant pour le grand Robert. Ces cinq buts, il les a inscrits en seulement neuf minutes de jeu. Du premier, à la 51e, jusqu'au cinquième, d'un ciseau acrobatique à l'entrée de la surface, à l'heure de jeu. Jamais, dans l'histoire du football, un joueur, qui plus est remplaçant au début du match, n'avait réussi à inscrire cinq buts en moins de dix minutes. Rien que pour ça, le match est à consommer ou à reconsommer sans modération. Que l'idée d'une pause toilettes à l'orée de la 50e minute ne vienne à l'esprit de personne, au risque de rater le show Lewandowski.Le match en intégralitéPar Quentin Mahoudeau